Le Cercle, les Stèles et notre Mémoire .

, par  Danièle LOPEZ , popularité : 16%

"Les algérianistes demandent des lieux de mémoire" titre ce 26 octobre, notre confrère Varmatin.com

Pour la première journée de ce 35ème congrès national du Cercle algérianiste le premier thème était :

« Quand les Français d’Algérie auront-ils enfin droit à leur lieu de mémoire ? »

Réunis au Palais des Congrès à Saint Raphaël, entourés de plus de 1200 personnes soucieuses de débattre des promesses faites par le Président Sarkozy, le Cercle Algérianiste a posé la question essentielle en dénonçant la guerre qui nous est déclarée par la gauche pour détruire notre mémoire à travers la destruction des stèles du souvenir de nos chers disparus.

"L’immense majorité de la communauté pied-noir se sent blessée, pour ne pas dire trahie.
Les pieds-noirs ne demandent que l’équité des mémoires et que chaque communauté éprouvée par la guerre d’Algérie puisse se recueillir en paix.

" 46 ans après la fin de la guerre d’Algérie, après le dramatique exode vécu par toute une communauté, force est de constater que cette mémoire douloureuse ne peut toujours pas s’exprimer en toute sérénité, a martelé le président Thierry Rolando.

"Tous nos lieux de mémoire sont contestés, leur existence combattue et menacée... Il y a la négation des drames pieds-noirs ».

Refus d’une repentance unilatérale

" Nous souhaitons montrer la réalité, beaucoup ont laissé des parents, des enfants, disparus, morts, enlevés par le FLN, des milliers d’ assassinés que l’histoire masque et n’a pas reconnu. L’équité veut qu’une mémoire ne s’impose pas à la place d’une autre, mais que les souffrances des pieds-noirs soient reconnues. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, ni sur le plan médiatique, ni sur le plan universitaire. Les livres gomment cette réalité quand ils ne la caricaturent pas, précise le président.

L’autre message que nous voulons faire passer est que nous ne pouvons accepter le discours de repentance unilatérale qui consiste à considérer que la présence française en Algérie a été un asservissement et que la France devrait faire des excuses alors que l’Algérie interdit toujours la venue des harkis et ne reconnaît pas les crimes commis contre les Français et les harkis. On ne peut pas faire l’amitié entre les peuples sans que l’Algérie fasse un pas vers la vérité historique ".

Monsieur Sarkozy, entendrez-vous notre appel ?

Lire en ligne l’article de Jocelyne Joris

Navigation

Brèves Toutes les brèves