Vu de loin, mais examiné de près..

, par  MORA , popularité : 49%

Bertrand BOURET m’ayant autorisé à reproduire ici sa synthèse, je vous en fait profiter !

Juste pour se rendre compte que les discours ne sont pas les mêmes dans Le Monde que dans le monde.

Les messages des dirigeants arabes à Nicolas Sarkozy :

Le Président Zine El Abidine Ben Ali :

« Votre élection à la tête de l’Etat français m’offre l’heureuse occasion de vous adresser, en mon nom personnel et en ceux du gouvernement et du peuple tunisiens, mes chaleureuses félicitations et mes sincères vœux de succès dans les charges suprêmes que vient de vous confier le peuple français ami, en hommage à vos hautes qualités humaines et à votre large expérience politique.
Je voudrais saisir cette heureuse occasion pour vous dire mon entière disponibilité à poursuivre avec vous la tradition de dialogue et de concertation qui a toujours caractérisé les relations historiques tuniso-françaises, et vous assurer de ma détermination à œuvrer en vue de consolider l’amitié et d’enrichir la coopération entre nos deux pays.
Je demeure convaincu que les années à venir vont nous permettre de franchir de nouvelles étapes dans le raffermissement du dialogue entre les deux rives de la Méditerranée en vue de bâtir ensemble un partenariat stratégique et solidaire à même de relever les défis du développement, de la stabilité et de la sécurité et de nous permettre de préparer l’avenir de notre espace euroméditerranéen dans la confiance et la sérénité pour consolider la stabilité et la paix dans le monde.
En vous réitérant mes félicitations, je vous prie de croire à l’expression de ma profonde estime et de ma haute considération ».

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika :

"Vous connaissant homme d’engagement et de conviction, je sais pouvoir compter sur vous pour impulser ensemble les relations algéro-françaises et leur conférer une ampleur et une profondeur correspondant aux ambitions que nos deux pays se sont assignés". "Je sais que vous accordez comme moi la plus grande importance aux relations entre nos deux pays, relations qui reposent sur des intérêts partagés mais surtout sur les liens tissés par une longue histoire commune qui a laissé des traces profondes dans chacun de nos peuples", ajoute le président Bouteflika. "Nous devons unir nos efforts pour maintenir et développer notre coopération qui, pour être déjà multiforme et riche, n’en recèle pas moins des réserves importantes qu’il convient d’exploiter efficacement en vue du partenariat d’exception que nous ambitionnons pour nos pays", souligne Abdelaziz Bouteflika.

Le roi du Maroc Mohammed VI :

"Votre accession à la présidence de la République est un évènement qui retient particulièrement l’attention du Maroc en raison des liens séculaires, variés et profonds qui unissent nos deux pays". Le roi du Maroc s’est outre déclaré convaincu que Nicolas Sarkozy est également animé par la même volonté d’approfondir les liens "historiques" entre les deux pays. Sur le plan international, a-t-il ajouté, la coopération franco-marocaine "s’inscrira, comme toujours, dans la poursuite des mêmes idéaux, ceux de la paix, de la sécurité, des droits de l’Homme, du développement durable et de l’approfondissement du dialogue euro-méditerranéen, si nécessaire à notre région". Pour le roi du Maroc, il existe une "urgence à trouver des solutions à certaines crises persistantes dont l’acuité met en péril la stabilité, la sécurité et le développement de certaines régions, notamment en Afrique et au Moyen-Orient".

Le président égyptien Hosni Moubarak :

a félicité Nicolas Sarkozy, et l’a assuré de "la poursuite de l’excellence de la relation franco-égyptienne", a indiqué l’ambassadeur d’Egypte en France, Nasser Kamel. Les deux présidents "se sont mis d’accord pour intensifier la concertation entre les deux pays sur le dossier du Moyen-Orient et à l’international", a ajouté l’ambassadeur.

Le chef de la majorité parlementaire antisyrienne au Liban, Saad Hariri

s’est dit "certain, comme le peuple libanais, que les relations historiques entre le Liban et la France se poursuivraient sur les plans politiques, économiques et culturels" pendant la présidence de Nicolas Sarkozy.

Le Hezbollah libanais :

"Nous félicitons le nouveau président pour la confiance que lui a accordée le peuple" français, affirme le responsable des relations extérieures du Hezbollah Nawaf Moussaoui qui souhaite une politique plus équilibrée et "moins alignée sur une partie au Liban ou dans la région".

CQFD !!

Navigation