VATICAN . MARIAGE DECONSEILLE

, popularité : 45%

Vatican . Mariage déconseillé .

Le Conseil pontifical pour la pastorale des migrants ne voit pas d’un bon oeil l’union des catholiques avec des musulmans .

Rarement document pontifical aura fait couler autant d’encre dans les pays musulmans que la très volumineuse instruction Erga migrantes caritis Christi :

" La charité du Christ envers les migrants et des personnes en déplacement à Rome ".

Objet du courroux : les restrictions que ce document apporterait aux mariages islam - chrétiens, et qui selon la presse arabophone, ont valeur d’interdiction de ces mariages.
Plusieurs hiérarques catholiques ont même été interpellés, lors de récentes rencontres de dialogue, au sujet d’une phrase contenue dans le paragraphe 63 du document :
" A l’exception de cas particuliers , le mariage entre catholiques et migrants non chrétiens devra être déconseillé, avec toutefois plus ou moins de force, selon la religion de chacun. "

" Le passage qui concerne le mariage mixte est bref, et n’a rien de révolutionnaire" tempère le père Jean-Marie Gaudel, secrétaire général de la Conférence épiscopale française pour les relations avec l’Islam .
Il confirme ce que chacun sait : l’union de deux personnes ayant des fois différentes peut présenter des difficultés . Il ne remet pas en cause les mariages religieux avec un conjoint non chrétien, et invite les évêques à accompagner ces couples mixtes avant le mariage, mais aussi après.

" C’est aussi sur un ton abrupt, peu usuel dans les arcanes du Vatican, que le document met en garde les futurs conjoints chrétiens contre une conversion hâtive à l’islam, soit sur la pression des familles, soit de manière plus insidieuse " :

" Dans le cas où le mariage serait transcrit auprès d’un consulat d’un État islamique, la partie catholique devra cependant se garder de lire ou de signer des documents contenant la shahada ( profession de croyance musulmane ) " paragraphe 67 ". C’est une question à laquelle nous sommes régulièrement confrontés depuis une dizaine d’années ", commente sobrement le père Gaudel.

Cette instruction vaticane ne se cantonne pas à la seule question des mariages :

c’est toute la question du phénomène migratoire sur lequel elle se penche, afin, est-il précisé en préambule, de protéger les exigences des personnes et des familles émigrées aussi bien que de la société d’accueil.

Ainsi, elle exclut la possibilité d’ouvrir les lieux de culte à " la disposition de croyants de religions non chrétiennes et moins encore qu’ils soient utilisés pour faire valoir des revendications vis-à-vis de l’autorité publique (paragraphe 61).

Elle réclame un " principe de réciprocité " pour les migrants chrétiens en pays musulmans ( paragraphe 65 ).

Et après un vibrant plaidoyer en faveur de l’accueil de l’autre, qui est le frère, elle assène :
A côté de ces convergences existent aussi des divergences, dont certaines concernent les acquis légitimes de la modernité. Soucieux en particulier des Droits de l’Homme, nous souhaitons donc de la part de nos frères et sœurs musulmans une prise de conscience toujours plus grande (... ) de l’égale dignité de l’homme et de la femme, du principe démocratique du gouvernement de la société, d’une saine laïcité de l’État (paragraphe 66).

Djenane Kareh Tager - août 2004 - Le Monde des Religions .

__espaceur.png__

Navigation

Brèves Toutes les brèves