ORAN : Les fabricants de ruines ! Qui est responsable ?

, par  anonyme , popularité : 40%

Avant tout je tiens à remercier vivement un ami récent, Claude de Cannes, Pied Noir,qui vient de m’adresser ces photos ahurissantes d’Oran !

Oui un grand MERCI Claude pour ces photos, que je transmets aussitôt à ma famille,amis d’Oran, et Pieds Noirs de l’Algérie Française.

Je reste sous le choc des images ! Décontenancé, triste. Oran était ma ville natale
"Ils" l’ont pourrie !

Je suis abasourdi de voir "ma" ville dégradée à ce point ! Les plus "anciens" que moi,(terme respectueux), auront du mal à reconnaître les endroits.
Ce que je ressens, une espèce de profond écoeurement à la vue de la dégradation de notre si belle ville.

En 1962 Oran comptait 400.000 habitants. C’était une ville Lumière.

Elle est devenue Lépreuse, Abominable de saleté, Repoussante de crasse et de misère. 47 ans depuis l’indépendance, et voilà ce qu’il reste d’un quartier d’Oran, comme bien d’autres.J’allais souvent chez mes copains Bouaziz et Lenaour au quartier Juif. De mes souvenirs d’enfance je n’ai pratiquement plus rien reconnu ...

Quelle désolation, quelle tristesse !

Le quartier de la Marine est identique au point que l’on a du mal à situer les lieux.
Les rues sont des décharges, les immeubles des ruines, tout s’écroule lentement,
les rues, avenues sont fantomatiques.

Plus d’éclairage public, plus d’entretien des écoulements des eaux de pluies, pire encore, les évacuations des égouts sont inexistantes comme dans d’autres quartiers !
Tout y est méconnaisable, la désolation progresse , cela fait de la peine à regarder.

Le bitume a disparu... les eaux usées s’écoulent dans les rues, dégoulinant des murs des maisons on mure certains passages afin de cacher le chaos !

Ma ville se dégrade et se meurt !

Nous nous en doutions déjà tous en juillet 1962.

Que c’est beau l’Indépendance !

Malgré la peine que j’ai eue à regarder les photos, je te remercie encore chaleureusement

Claude, pour ton beau geste d’Amitié.

Bernard.

Navigation

Brèves Toutes les brèves