Les chaleureuses relations entre Marseille et Alger

, par  Allezou...bIda , popularité : 26%

Une délégation d’élus marseillais composée de Michel Vauzelle, Président du Conseil Régional, Jean-Noël Guérini, Président du Conseil Général, Eugène Cazelli, Président de la Communauté Urbaine, Roland Blum premier Adjoint représentant Jean-Claude Gaudin retenu au dernier moment et Jacques Pfister, Président de la Chambre de Commerce, soutenue par Anne-Marie Idrac, Secrétaire d’État au Commerce Extérieur, a fait un voyage éclair en Algérie pour y rencontrer le 1er Ministre et essayer d’atténuer l’impact des décisions, prises par le Gouvernement algérien le 29 juillet 2009, prévoyant de taxer lourdement les importations de matériel de chantier neuf et d’en interdire celles de matériel d’occasion.
Ces échanges représentaient 10% du trafic portuaire de Marseille.

De retour ce 7 décembre au soir, cette délégation s’est dit satisfaite de sa fructueuse rencontre avec le représentant algérien bien que son pays ne soit pas revenu sur cette décision des plus importantes pour l’économie de notre Région mais ayant obtenu la promesse de grands projets de coopération.

Les représentant de Provence-Alpes-Côte d’Azur ont répondu aux journalistes venus les interroger sur cette "première historique", voici quelques extraits de leurs réactions :

"Cette réunion de diplomatie participative a été de très haut niveau, se réjouit Michel Vauzelle. On a expliqué au Premier ministre qu’on respectait les mesures prises et qu’on était venu en frères. Il nous a d’ailleurs reçu comme tels. Nous avons intérêt à nous parler même si le climat entre les deux États n’est pas au beau fixe. Il nous a reçu car il a bien conscience de l’importance des échanges entre l’Algérie et la Provence."

Jean-Noël Guérini relève : "l’échange direct et loyal avec le Premier ministre avec qui nous avons pu élaborer des stratégies."

Pour Roland Blum, "nous avons travaillé pour détecter de nouvelles coopérations utiles. Des pistes ont été évoquées comme la création d’une Maison Marseille-Provence à Alger".

Selon Eugène Caselli, "cette maison favorisera la venue des TPE et des PME françaises en Algérie mais aussi la venue d’entreprises algériennes en Provence".

Jacques Pfister estime : "Nous avons un savoir-faire que nous pouvons partager avec nos amis algériens. Quand les élus jouent collectif, on obtient des résultats. Nous revenons de ce voyage avec un vrai message positif pour les entreprises de la région."

Le second axe évoqué a été le développement de la coopération portuaire, notamment entre le port d’Alger et celui de Marseille.

Enfin, les élus ont proposé à l’Algérie de participer à "Marseille capitale européenne de la culture" en 2013. Bernard Latarjet, son directeur, devrait être reçu par la ministre de la Culture algérien prochainement. Selon la délégation, certaines mesures contraignantes auraient déjà été adoucies du côté de l’Algérie.

En attendant, il est demandé aux entreprises provençales de s’adapter aux nouvelles règlementations afin de promouvoir "encore plus de coopération décentralisée".

En réalité je pense que l’Algérie n’a pas plié sur la question la plus importante ayant fait se déplacer cet aréopage : le côté économique ; il n’a ramené encore une fois que des pis-aller pouvant favoriser l’implantation de PME et TPE extérieures, peut-être au détriment des locales - et sans aucune mesure avec le défi que la capitale régionale a à relever : sa survie.

Ce que démentirait leur air réjoui

Voir en ligne : http://www.laprovence.com/article/e...

Navigation

Brèves Toutes les brèves