Le journaliste et l’évènement... Articles EXPRESS

, popularité : 46%

envoyé par Henri Bidaut

Le journaliste et l’évènement...

La "page de présentation d’Orange" qui donne aussi "les dernières Nouvelles", affiche cet "article" qui m’a fait dresser les cheveux sur la tête... :

Citation :"Avec 445 véhicules incendiés recensés à 6H00, contre 372 durant la même période l’an dernier, la nuit de la Saint-Sylvestre a enregistré une hausse de 19,62% des voitures brûlées mais aucun incident majeur n’est déploré par le ministère de l’Intérieur, selon un bilan provisoire.

Malgré ce bilan, le plus élevé des comptages officiels à 6H00 du matin communiqués pour les huit dernières années, le ministère souligne que la nuit de réveillon "a été unanimement perçue comme plutôt calme et sans incidents notables", précisant n’avoir recensé "aucun dégât aux biens immobiliers publics ou privés".

Seul le bilan "exhaustif réalisé en fin d’après-midi (jeudi, ndlr) permettra d’avoir un résultat certain" des véhicules brûlés "comparé avec les 878 (véhicules brûlés) du bilan consolidé de 2008 et de 973 en 2007", affirme l’Intérieur.

Au cours de la nuit, 288 personnes ont été interpellées (+ 11,20%), dont 219 placées en garde à vue (+ 31,93%)."

Fin de citation.

Alors je me suis posé cette question, parfaitement stupide, comme à mon habitude : Le "travail" des journalistes consiste-t-il à informer le public sur les évènements qui se produisent de façon fortuite, ou bien consiste-t-il à PROVOQUER l’évènement qui va leur permettre de "vendre de l’information à un public fasciné par le sang, les flammes, les pleurs ????

Je suis dégoutté par tous ces gens qui, dès le 29 décembre parlaient des préparatifs policiers et de la mobilisation des Pompiers pour "parer à toute éventualité"... D’un air de dire :"Alors, vous les brûlez, ces voitures ? Qu’est-ce que vous attendez ?"...

s’ils avaient voulu provoquer ces "autodafés automobiles", ils ne s’y seraient pas pris autrement ! Même Madame Alliot-Marie, notre Ministre de l’Intérieur, y est allée de son couplet, comme si ses "forces de l’Ordre" avaient besoin de ça pour avoir "du pain sur la planche"...

Mais quelle C..........IE !!!

Navigation

Brèves Toutes les brèves