Afghanistan : Cyrille Hugodot, chasseur parachutiste, tireur d’élite, tué en opération

, par  PC , popularité : 46%

25 juin 2011 - La mort d’un soldat au cours d’une opération
en Afghanistan porte à
63 le nombre de militaires français qui
ont trouvé la mort
au cours de ce conflit, depuis
2001. 

 

Cyrille Hugodot, chasseur parachutiste, 63ème Français tué en Afghanistan

En Afghanistan, les jours sombres se suivent et se ressemblent pour les
soldats français. Pour la deuxième fois en une semaine, un parachutiste
du 1er RCP de Pamiers
a été tué par les insurgés. L’accrochage a tué
le jeune Cyrille Hugodot, parachutiste de première classe qui
venait d’avoir 24 ans et était père d’un enfant de quatre ans. Il s’est produit
en milieu de matinée ce samedi 25 juin 2011, alors que la section appartenant
au BG (Battle Group) Raptor a été prise à partie par un groupe d’une
demi-douzaine d’insurgés.

Après cet affrontement, deux hélicoptères - un Tigre et une
Gazelle
- sont intervenus et l’artillerie a tiré pour détruire le
groupe de combattants insurgés. Cyrille Hugodot et ses camarades assuraient la
protection d’une unité du génie qui reconnaissait un itinéraire. Grièvement
blessé, le jeune soldat a été évacué par un véhicule blindé vers la base de
Tagab, puis vers l’hôpital militaire de Kaboul où il est
décédé des suites de ses blessures.

L’état-major de l’armée de terre précise dans la biographie du jeune homme,
diffusée peu après l’annonce de son décès par le service de presse de la
présidence de la République, que Cyrille Hugodot était un tireur
d’élite
affecté depuis janvier 2010 à la 3e compagnie de combat. Il se
trouvait en Afghanistan depuis le 15 mai 2011.

Sa mort suit d’une semaine celle de son camarade de combat Florian
Morillon
, tué le 18 juin 2011. Entre ces deux décès, Nicolas
Sarkozy
a annoncé le début prochain du retrait des forces
françaises d’Afghanistan
. Sans doute pour cette raison, l’état-major
particulier de la présidence de la République a changé les termes du formulaire
type qui annonce toujours de la même façon le décès d’un soldat français.
L’ancienne formule copiée-collée contenait notamment les phrases suivantes :
"Le chef de l’État réaffirme son soutien au peuple afghan et aux autorités
afghanes. Il exprime la détermination de la France à continuer d’œuvrer au sein
de la Force internationale d’assistance à la sécurité. Cette force, mandatée
par l’ONU, a reçu la mission de contribuer au retour de la
stabilité, au rétablissement de la paix et au développement en
Afghanistan."

La nouvelle formulation évoque désormais la "transition", cette période qui
vient de s’ouvrir et qui conduira au départ des alliés, avant la probable
arrivée au pouvoir des actuels insurgés : "Le chef de l’État réaffirme
l’engagement de la France aux côtés du peuple afghan et des autorités afghanes
pour mener à son terme, avec ses alliés, le processus de transition. La France,
au sein de la Force internationale d’assistance à la sécurité, œuvre depuis 10
ans avec détermination au retour de la stabilité, au rétablissement de la
paix et au développement en Afghanistan."

Source : Jean Guisnel - Le Point.fr

* * *

Voir en ligne : http://infos.fncv.com/post/2011/06/...

Navigation

Brèves Toutes les brèves