[]

Une merguez peut en cacher une autre..

, par  Cactus , popularité : 16%

La merguez, , est cette petite saucisse rouge épicée (cumin et poivre) et pimentée à base de viande de bœuf et de mouton, originaire de l’Afrique du Nord et de l’Espagne. Qui dit Afrique du Nord dit musulman et qui dit musulman ne dit pas cochon. Sauf pour 50 % des producteurs qui ont eu l’idée d’innover en ajoutant du porc dans leurs merguez.

Ajouter du porc n’est ni, gastronomiquement, une hérésie, sauf peut-être pour les puristes de la merguez, ni une pratique illégale, à condition d’en informer expressément le consommateur. On peut fabriquer et vendre des merguez au porc, mais il faut le faire savoir. Ce que d’aucuns s’abstiennent volontairement de faire. Une merguez ostentatoirement porcine ne ferait pas leurs affaires.

L’enquête, menée par la DGCCRF et publiée lundi 21 juillet, révèle en effet que la fraude est généralisée. 206 établissements ont été contrôlés dans 52 départements différents. Résultat : “Sur les 181 échantillons analysés, 96 étaient non conformes (53 %) dont 37 contenaient plus de 6 % de porc (20,4 %).” La condamnation en 2007 de la société Aux collines de l’Artois n’a semble-t-il pas servi d’exemple (voir notre article : Des merguez halal au porc, la société de charcuterie condamnée). L’appât du gain est plus fort : ajouter du porc permet de minimiser de façon substantielle les coûts de production et d’offrir une merguez à un prix défiant toute concurrence.

Bien que cette enquête risque de porter un coup sévère aux bouchers qui commercialisent de la viande halal, on peut se réjouir de la mise au jour de ces pratiques. C’est un secret de polichinelle : le marché de la viande halal est gangréné d’opportunistes dont le seul souci est de gagner de l’argent. Quitte à tromper les consommateurs. Surtout en trompant les consommateurs. Mais pour combien de temps encore ? Le marché explose, la demande grandit, certes. Mais parallèlement l’exigence de transparence et la volonté tant des consommateurs que de certains acteurs économiques, voire des pouvoirs publics, de voir cesser ces pratiques frauduleuses laissent à penser que les fraudeurs ont du souci à se faire.

Voir en ligne : Youtube

Navigation