Un putschiste Grand Croix de la Légion d’Honneur... On est tombé bien bas ! Mais on peut encore creuser.

, par  NEMO , popularité : 96%

[!sommaire]
Fallait-il élever Hélie Denoix de Saint Marc à la dignité de Grand Croix de la Légion d’honneur ? Apparemment non, si on en croit la réaction unanimement indignée de toute la bienpensance nationale. Que les putschistes d’Alger, dont Saint Marc était le porte-parole, aient été amnistiés par de Gaulle, c’était déjà limite, mais qu’on en Grand « Croixrise » un, décidément, tout fout le camp, dans la République de Sarkozy. Et tout ça pourquoi ? Pour récupérer les voix des Pieds Noirs, dont chacun sait que sinon, ils voteront comme un seul homme pour le Front National. Beurk ! Les Pieds Noirs, il n’aurait jamais fallu les laisser rentrer en France… D’ailleurs, c’est eux et leur malveillance qui empêchent la République d’intégrer nos arabes, c’est vous dire s’ils sont nuisibles, même cinquante ans après.

Il faut reconnaître aussi qu’il a eu tout faux tout au long de sa vie, ce monsieur de Saint Marc. D’abord, résistant quand la France était plus pétainiste que Pétain, ça autorise à douter de ses capacités mentales, non ? Et puis, si on veut chercher la petite bête, avoir été enfermé à Buchenwald dénoterait de sa part un certain manque de tact vis-à-vis des victimes autorisées des déportations de la Seconde Guerre Mondiale, mais bon, là-dessus, glissons, c’est un sujet trop sensible. Mais après, alors là ! Se porter volontaire pour l’Indochine, sauter sur Suez avec les paras de la légion étrangère, et, le comble, participer et gagner, parce qu’ils l’ont gagnée, les paras, la bataille d’Alger, ça, dans la France d’aujourd’hui, résignée à toutes les lâchetés et toutes les veuleries, c’est, plus qu’une faute morale, une faute de goût. Impardonnable !

- !- !- !- !- !- !-

Je ne vais pas reproduire ici un florilège de toutes les réactions indignées qu’a suscitées cette décoration, mais il se trouve que j’écoutais, comme souvent le soir en voiture, « On refait le Monde », sur RTL, et que c’est une journaliste du nom d’Anne Sophie Mercier qui m’a fait entrevoir l’énormité du scandale. Cette dame s’indignait, il est vrai avec modération, soyons objectif, qu’on ait pu accorder une aussi haute distinction à l’homme dont j’ai décrit ci-dessus brièvement les errances ; et, ce qui ne manque pas de sel quand on y pense, elle s’interrogeait avec le plus grand sérieux sur l’exemple (déplorable) que constitue pour notre jeunesse, déjà si fragile, ce qui pourrait s’apparenter à un hommage à la désobéissance et à la rébellion contre les autorités constituées. Sans oublier que derrière tout parachutiste de la guerre d’Algérie se cache un affreux tortionnaire… re-beurk !

Pourquoi ai-je choisi Anne Sophie Mercier plutôt que n’importe quel ténor socialiste qui en a dit de bien pires ? Hé bien figurez-vous qu’elle est la fille du général Philippe Mercier, ancien chef d’Etat Major de l’Armée de Terre, le type même de « brillant officier de carrière », plus familier des couloirs ministériels que des champs de bataille… Il n’y a pas de hasard.

- !- !- !- !- !- !-

Et voilà comment se fait le monde : d’un côté, les califes et les vizirs qui veulent devenir califes, parfaitement à l’aise dans l’eau sale du marigot, toujours dans le sens du vent, médiocres et fiers de l’être, de l’autre les idéalistes, qui croient en des mots aussi désuets que "devoir", "respect de la parole", "honneur", "France"..., pour tout dire des types un peu bas de plafond, pour résumer…

Hé oui, Mme Mercier, Hélie de Saint Marc n’a pas fait la carrière de votre père. A l’obéissance facile et à tous les avantages qui allaient avec, il a préféré sa conscience, et l’idée qu’il se faisait de la France, quitte à tout perdre… L’histoire officielle, sans doute, lui a donné tort. Mais malgré tout, vous pourrez lui reconnaître au moins une circonstance atténuante : Si la France a perdu depuis longtemps le AAA de l’honneur, lui, au moins, n’y est pour rien.

- !- !- !- !- !- !-

Quant aux Pieds-Noirs que l’article de Valeurs Actuelles à propos du document de l’historien Jean-jacques Jordi « Un silence d’Etat » » a rempli de l’espoir d’une histoire de la guerre d’Algérie enfin équitable, je crains qu’ils soient fortement déçus : à ma connaissance, à part Valeurs Actuelles, aucun grand média n’a publié le moindre commentaire. S vous ajoutez que dans le milieu de la bienpensance, on considère Valeurs Actuelles comme un hebdo d’extrême droite, donc pas politiquement correct, je peux vous prédire que le livre de Jordi sera bien vite enterré… Que voulez-vous, il faut vous y faire : les Pieds-Noirs et ceux qui ont défendu une certaine idée de la France en Algérie ne sont pas dignes de la carte nationale d’identité que la France leur a trop généreusement délivrée. Le jugement est ferme et définitif.

Navigation