Rugby : la France aurait pu gagner... si elle n’avait pas mérité de perdre ! Qu’est-ce que la morale vient faire dans un match de rugby ?

, par  NEMO , popularité : 100%

[!sommaire]
Et si nous parlions rugby, pour changer ? Si j’ai bien compris tout ce qu’on a raconté sur le XV de France, en gros, on n’aurait pas mérité d’aller en finale, mais on aurait mérité de la gagner, la finale où on n’aurait pas mérité d’être. Sauf que n’ayant pas mérité d’y aller, il était normal qu’on perde la finale, même si on méritait de la gagner, d’autant plus que les All Blacks, qui, eux, dominent le rugby mondial depuis des années, l’avaient mérité, ce titre de champions du monde, même s’ils n’avaient pas vraiment mérité de gagner la finale. Ça va, vous me suivez ? Les Français étaient donc sommés par toute la bienpensance rugbystique, bienpensance Française au premier rang, c’est ça le plus beau, de se faire battre par les All Blacks, avec une bonne vingtaine de points d’écart, pour que justice soit éclatante.

Alors, que les « sales gosses » aient failli battre les « vainqueurs à l’unanimité avant le match » du Mondial, c’est donc déjà une insulte à l’intelligence de tous ces messieurs (il y a essentiellement des « hommes », dans le rugby, les femmes ne sont là que pour pousser des petits cris d’effroi en se rongeant les ongles quand les packs entrent en mêlée)… Mais que certains en viennent à mettre en doute l’impartialité de l’arbitrage de cette finale, non, tout de même ! Ce serait un manque d’élégance de la part des Frenchies, qui en ont eu si peu qu’ils sont arrivés en finale en usurpant la place des Gallois. Ah, les Gallois, ce sont eux qui auraient dû être là à la place des Français, dans une finale de rêve que de toute façon les All Blacks auraient gagnée, mais de peu, serrée, avec de grands mouvements statiques d’avants arcboutés sur leurs positions. De la sueur et des larmes, tout ce qu’on aime, et pas le jeu fantasque de ces Français, il faudrait peut-être penser à les exclure de la prochaine compétition, pour qu’une telle erreur de casting ne se reproduise pas…

- !- !- !- !- !- !-

Sinon, je dois quand même vous avouer que je n’y connais pas grand-chose aux règles actuelles du rugby, d’autant plus que le « Board » (l’instance supérieure du rugby, où les anglo-saxons font la pluie et le beau temps), les change chaque fois que les Français réussissent à les comprendre. Mais quand je ne sais pas, je cherche à savoir, et ma petite enquête m’a amené, à ma grande stupéfaction, dans les arcanes de l’inconscient Français : Mesdames et messieurs, que la France file en quenouille, ce n’est pas une nouveauté, mais que le syndrome de l’auto flagellation ait contaminé jusqu’au rugby Français, symbole du meilleur de notre terroir national, ça, ça vient de sortir !

Démonstration

Vous ne pouvez donc pas ignorer, puisque nos spécialistes médiatiques nous l’ont répété à satiété, que la France n’a dû sa présence en finale qu’à une espèce de hold up qu’elle aurait perpétré, par le truchement d’un arbitrage outrageusement en sa faveur (aurions-nous soudoyé l’arbitre que personne n’aurait été étonné, et quel beau scandale ça aurait fait… dommage), et une décision d’expulsion inique qui a condamné le Pays de Galles à une défaite irrémédiable. A 14 contre 15, si on en croit ces mêmes spécialistes, l’affaire ne pouvait qu’être pliée en notre faveur, et c’est donc l’arbitre qui a gagné le match, pas nous.

- !- !- !- !- !- !-

Hé bien la réalité n’est pas tout à fait celle-là. D’abord, on ne perd pas forcément un match avec un joueur en moins. Il n’y a pas de statistique flagrante à ce sujet. Et puis, contrairement à ce que nos pisse-vinaigre Français unanimes n’ont pas cessé de nous marteler, relayés par des Gallois trop heureux de trouver des alliés chez leurs adversaires, et pas gênés apparemment qu’on les accuse de manque de fair play, l’arbitre, Alain Rolland - un irlandais, bien que son nom puisse prêter à quiproquo-, a appliqué les règles du rugby non seulement à la lettre, mais aussi dans l’esprit : le placage de Sam Warburton, qu’il ait été volontaire ou non, là n’est pas la question, mettait en péril la vie (ce n’est pas de la petite bière) de Vincent Clerc, qui est resté KO un bon moment. La sanction immédiate et indiscutable, dans le cas d’un placage dit « cathédrale » (vous voyez que je me suis renseigné), est le carton rouge et l’expulsion. Si les Gallois ont perdu la demi-finale, ils en sont les premiers responsables, et ce n’est surtout pas aux médias Français de reprocher à notre équipe sa qualification. On est certes libre de critiquer le jeu, les choix tactiques, les joueurs, mais la qualification, il n’y a pas à faire la fine bouche : notre équipe a gagné sa place en finale sur le terrain, nos joueurs n’ont pas commis d’acte illicite ou illégal, alors bravo, et merde à qui mal y pense.

Quant à la finale, parlons-en : pendant que les médias Français effleuraient du bout des lèvres quelques problèmes d’arbitrage, parce qu’il aurait été difficile de faire autrement, mais en insistant aussitôt sur le fait incontestable que les Blacks méritant le titre, il n’y avait pas véritablement lieu de crier à l’injustice, il a fallu que ce soit une TV irlandaise, Setanta Sport, qui remette les pendules à l’heure. Pour les journalistes irlandais, une finale n’est pas là pour couronner celui qui a fait le meilleur parcours depuis la finale précédente, mais celui qui gagne le match qu’il faut au moment qu’il faut. Sinon, à quoi bon ce tournoi mondial ? Il n’y avait qu’à organiser une élection « démocratique » pour désigner le vainqueur. Et ces mêmes journalistes ont démontré consciencieusement, en mettant en parallèle une dizaine d’actions de jeu comparables punies d’un côté, et absoutes de l’autre, que l’arbitrage avait été partial, et qu’il ne faisait aucun doute que l’équipe de France s’était fait voler la finale.

- !- !- !- !- !- !-

Bon, vous aurez compris que gagner ou perdre une finale, ce n’est pas le sujet de cette tribune. Non, ce que je dois malheureusement encore une fois constater, c’est que l’élite intellectuelle et morale reconnue de notre pauvre pays éprouve une jouissance infinie à saisir toutes les occasions de nous faire honte d’être Français. Nous arrivons en finale du mondial de Rugby ? Honte à la France, elle n’a pas bien joué, elle n’a pas mérité sa place. Nous perdons la finale sur des décisions arbitrales contestables ? C’est normal, l’équipe avait été indigne dans les matchs précédents (sic !). Honte à ceux qui, en protestant, voudraient stigmatiser le corps arbitral, ou donner de la France l’image arrogante dont notre pays des Droits de l’Homme a déjà tant souffert… A croire que toute l’ambition de nos maîtres à penser est de faire de la France le paillasson du monde. Bel idéal…

Alors je le dis à tous ces bons Français qui s’honorent de dénoncer nos petitesses : puisque nous, la « populace », sommes définitivement : racistes, xénophobes, égoïstes, colonialistes, assassins, islamophobes, antisémites, chrétiens (quelle horreur), hétérosexuels (beurk), beaufs et maintenant mauvais perdants, à quoi bon continuer encore le combat pour notre rédemption morale ? Il n’y a plus d’espoir. Réfugiez-vous dans vos ryads, vos haciendas, vos fermes patagones, vos îles des Caraïbes, vos chalets suisses, bref, vos petits chez vous dans des pays où la vie n’est pas un cauchemar ininterrompu, et laissez-nous tomber. nous ne vous méritons pas !

Navigation