[]

La FRANCE est-elle toujours un Etat de Droit ?

, par  MORA , popularité : 8%

La FRANCE est-elle toujours un État de Droit ?

C’est en effet la question simple que l’actualité du pays amène à se poser.

D’un côté, il y a des lois, des règlements, des contraintes en quelque sorte et de l’autre, il y a la vie de tous les jours...

Le propre d’un état dit DE DROIT est de définir un cadre et des limites, afin que la vie en collectivité soit possible. Mais aussi et surtout que l’ensemble fasse l’équilibre entre les différents types de pouvoir.

Ainsi, théoriquement le système tend à l’équilibre, car si l’un "sort des clous" l’autre lui rappelle qu’il est devenu "hors normes"...

Définition du wikipédia :
L’état de droit (appelé principe de primauté du droit dans le français juridique canadien) est une situation juridique dans laquelle chacun est soumis au respect du droit, du simple individu jusqu’à la puissance publique[1],[2]. Il est très lié au respect de la hiérarchie des normes, de la séparation des pouvoirs et des droits fondamentaux.

L’état de droit est celui dans lequel les mandataires politiques - en démocratie : les élus - sont tenus par le droit qui a été édicté. La théorie de la séparation des pouvoirs de Montesquieu, sur laquelle se fondent la majorité des États occidentaux modernes, affirme la distinction des trois pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire) et leur limitation mutuelle. Par exemple, dans une démocratie parlementaire, le législatif (le Parlement) limite le pouvoir de l’exécutif (le gouvernement) : celui-ci n’est donc pas libre d’agir à sa guise et doit constamment s’assurer de l’appui du Parlement, lequel est l’expression de la volonté de la population. De la même façon, le judiciaire permet de faire contrepoids à certaines décisions gouvernementales (en particulier, au Canada, avec le pouvoir que la Charte des droits et libertés de la personne confère aux magistrats). L’état de droit s’oppose donc aux monarchies absolues de droit divin et aux dictatures, dans lesquelles l’autorité agit souvent au mépris des droits fondamentaux. L’état de droit n’exige pas que tout le droit soit écrit. La Constitution de la Grande-Bretagne, par exemple, est fondée uniquement sur la coutume : elle ne possède pas de disposition écrite. Dans un tel système de droit, les mandataires politiques doivent respecter le droit coutumier avec la même considération des droits fondamentaux que dans un système de droit écrit.

Ce système, sans doute l’un des moins mauvais, présente bien entendu des failles et des avantages.

Que faut-il donc penser lorsque les failles et les faiblesses sont exploitées ?

En gros, il y a une Administration de l’État français, celle ci est censée appliquer les lois et règlements, sur elle même bien sûr, mais aussi sur les français.. ou autres.

Mais bien entendu quel que soit l’organe structurel évoqué, tout passe par le politique !

Car s’il n’y a pas de volonté politique, les obligations des Administrations ne suivent pas ou peu... bien sûr la "machine globale" continue de fonctionner mais sans objectif, ou bien si vague....

En fait, la société délègue un peu ses champs de compétences aux spécialistes.. c’est pas sot, quelquefois dangereux mais globalement productif !

__espaceur.png__

Mais aujourd’hui que se passe-t-il ?

Une certaine volonté politique semble se dessiner. Après des années de babacoolisme et il faut bien le dire, d’un certain laisser-aller...

Nos enfants sortent de l’école et ne savent plus lire, ni écrire et encore mois compter...

L’ambition moyenne est de rentrer chez les "fonctionnaires", mais pas de créer sa boite !

Plus personne n’est choqué de faire trois fois la même radio pour les toubibs !

Il est devenu "normal" de s’inscrire au chômage quand on a finit ses études !!

Il est devenu normal de fermer à double tour sa voiture, son logement ou sa maison.. et si vous laissez trainer quelque chose, vous ne retrouverez que son emplacement !

Le monde est bipolaire, les pauvres et gentils salariés et les vilains patrons !

Les vilains Pieds Noirs (tous des OAS !) et les gentils métros !

Les vilains NICOLAS et les gentilles MARTINE et autres SEGO !

__espaceur.png__

Bref, un vrai cauchemar, un "mochemar" comme disait ma fille quand elle était petite !!

__espaceur.png__

Revenons à l’actualité du jour !

Actuellement, se produit une levée (toute relative d’ailleurs...) de boucliers contre NICOLAS !

Pourquoi ?

Parce que NICOLAS veut appliquer la loi sur une population : les ROMS !

Quels que soient les procédés utilisés, il est urgent de se poser plusieurs questions !

- comment est-ce fait ?
- quel est l’objectif ?
- quels sont les décalages entre l’Etat, les villes et les ROMS ?
- quels sont les vrais problèmes et quelles solutions envisager ?

Dans l’absolu, il est curieux que NICOLAS ait commencé par les ROMS, est-ce un tour d’entrainement avant les sujets qui fâchent ?

Qu’ont donc fait les roms pour être ainsi choisis comme cible ?

__espaceur.png__

A mon avis, c’est juste un test en vraie grandeur !

S’il est vrai que les ROMS posent des questions spécifiques, ils n’en sont pas moins respectables et devront bénéficier du cadre légal dans lequel ils s’inscrivent...

C’est donc un laboratoire qui vient de s’ouvrir pour "voir" ce qu’il se passe, lorsque l’on passe des droits aux devoirs !

Cela va être à suivre avec beaucoup d’attention !

Navigation