Hier le voile, aujourd’hui la burqa, demain les minarets ? Plus on recule, plus on nous...

, par  NEMO , popularité : 91%

Au risque de vous décevoir, je pense que la loi dite « sur la burqa » ne peut qu’être une très mauvaise solution, parce qu’elle est supposée régler définitivement un problème que nos élus, par peur de porter une étiquette de fachos à droite ou par intérêt électoral à gauche, se refusent encore une fois de poser.

Or, rappelez-vous, il y a eu la loi « sur le voile », qui devait affirmer haut et fort que les valeurs de la République n’étaient pas négociables. Les trublions étaient clairement identifiés. Le problème, tout le monde le savait, concernait exclusivement les Musulmans. Hé bien, pour ne pas « stigmatiser » (chaque fois que j’entends ce mot, j’ai une crise d’urticaire) nos emmerdeurs patentés, la solution a été d’interdire tous les signes trop visibles d’appartenance religieuse. Tout le monde dans le même sac, voile, crucifix, kippa, turban Sikh ou robe safran des bouddhistes, sans oublier les punks et les gothiques...

Et le résultat concret de la loi sur les signes ostentatoires d’appartenance religieuse a été de mettre sur le même plan le Christianisme, religion deux fois millénaire de la France, et l’Islam, religion importée depuis quelques décennies. Une victoire de première importance pour les Islamistes, ne nous trompons pas !

Vous étonnerez-vous alors que les Islamistes, après ce premier pas, continuent leur petit bonhomme de chemin ? Vous connaissez sans doute ce hadith : « Agis pour ce monde comme si tu devais vivre indéfiniment et pour l’autre comme si tu devais mourir demain. » Les Arabes jouent avec l’éternité. Ils ne sont pas pressés, mais ils ne s’arrêtent jamais. Hier c’était le voile, aujourd’hui, c’est la burqa, la nourriture hallal, les lieux de prière, la polygamie, l’école, le sport...

Et nous, on recule, on recule encore, et on se tranquillise, on se "bonne consciencise" en votant des lois dont les Islamistes se fichent comme d’une guigne : le moustique démocratique contre le char d’assaut totalitariste.

Soyez donc certains qu’après l’interdiction de "se dissimuler le visage dans l’espace public", il y aura une suite. Tenez, je vous fais un pari : dans un an ou deux, trois maximum, un imam, du haut d’un minaret parfaitement sonorisé de nos nouvelles mosquées, va appeler à la prière du vendredi. On ne dira rien. Alors l’imam s’enhardira, il appellera à la première prière de 5 heures du matin un dimanche, histoire de faire comprendre aux rares habitants non musulmans de l’endroit que le règne d’Allah commence dans la "maison de la guerre". Le maire de l’endroit essaiera d’abord de « dialoguer ». Il se fera poliment envoyer paître, au nom de la liberté religieuse. Il prendra un arrêté qui sera annulé par le Conseil d’Etat. D’autres imams, dans d’autres mosquées, prendront le relais. Le ministre de l’Intérieur souhaitera une loi pour interdire l’appel à la prière. Les associations musulmanes crieront au scandale et à la stigmatisation de l’Islam, d’autant que pendant ce temps là les cloches de nos églises n’arrêtent pas de sonner à toute volée, sans que nul n’ait idée de s’en offusquer. Alors, c’est quoi, cet Etat Français soi-disant laïque qui favorise les Chrétiens et stigmatise les Arabes ? Un état cripto-raciste et islamophobe, voilà la vérité. Honte à la France, pays des Droits de l’Homme… Repentance, colonisation crime contre l’humanité, et patati, et patata...

Vous voyez le topo ? alors moi je vous le dis. La loi sur la burqa, c’est une reculade de plus, qui entretient la fiction d’un Islam modéré adhérant aux valeurs de la France (voir ma tribune « le carnaval des Islam-aux »).

Si nous voulons régler le problème de l’Islam, ce n’est encore une fois pas avec une loi de circonstances, mais en imposant nos valeurs, par la loi et par la force de la loi si nécessaire. Que l’on soit croyant ou non ne change rien à l’affaire. La France est un pays occidental. En Occident, c’est la religion Chrétienne et l’héritage Gréco-Romain qui ont façonné nos valeurs, pas l’Islam. L’Islam n’est pas la deuxième religion de la France. Il n’y a pas de deuxième et encore moins de troisième ou quatrième religion en France. L’Islam est la religion des Arabes. Elle a été « inventée » par des Arabes et pour des Arabes, pas pour nous.

Que des Musulmans vivent en France, pourquoi pas, qu’ils pratiquent leur religion, pas de problème, mais en se pliant aux valeurs de notre pays. Quant à ceux que notre façon de vivre offense, il y a assez de pays Arabes dans lesquels ils trouveront leur bonheur, plutôt que de continuer à se faire stigmatiser chaque jour qu’Allah fait.

Bien entendu, poser le problème de l’Islam en France et y répondre nécessite un certain courage politique. Il faut par exemple revoir tout le code de la nationalité (j’y reviendrai une autre fois), et toute la solidarité sociale qui va avec. Je suis pour ma part convaincu que beaucoup d’hommes politiques seraient prêts à faire leur devoir. Encore faudrait-il que les Français soient derrière eux, plutôt qu’en RTT.

Navigation