[]

Gérard, engagé métro s’exprime..

, par  Jean Claude THIODET , popularité : 6%

Travaillant sur différents épisodes du second conflit mondial, et particulièrement sur leurs conséquences sur le devenir de "Notre Algérie", j’ai communiqué à mon ami Gérard, (qui a des responsabilités départementales à l’UMP en Vaucluse) un très bon article sur l’attaque de la flotte française à Mers-El Kebir paf le flotte anglaise en 1940.

Je vous livre son commentaire édifiant !

Cher ami

Tu viens me parler de Mers El-Kébir et tu réveilles en moi de vieux souvenirs, souvenirs que je croyais avoir oubliés pour toujours, souvenirs de massacres, d’assassinats, de sang et de pleurs. Souvenirs qui te rongent sans t’en rendre compte

J’étais affecté pendant deux ans au commando marine Jaubert et à une certaine période, nous avons séjourné dans les souterrains de Mers-El-Kébir, en alerte, pour éviter que se poursuivent les tueries d’Oran et plus particulièrement à Petit Lac, tueries concernant ses habitants de religions et de confessions différentes mais revendiquant leur attachement à la France.

Tueries oubliées, qu’il est honteux de rappeler, car elles émanaient du FLN et de ses sbires.

C’est vrai que pour certains métropolitains, ces pieds noirs ouvriers, petits fonctionnaires, bâtisseurs, médecins, etc n’étaient que d’affreux colons et les harkis de mercenaires ou de traites à leur pays.
Mais c’est avec leur sang et leur sueur que « l’Algérie était un beau pays ».
La France est partie :

Une grande partie des harkis ont été massacrés par leurs soi-disant frères, des non algériens ont été assassinés, des femmes ont été enlevées, violées, tuées, mais qui s’en souvient ?

Je méprise au plus profond de moi, tous ceux qui n’ont pas connu ces tragiques événements et qui en parlent en nous insultant, nous traitant de bourreaux, ces historiens et profs bidons, ces politiques, ces bien-pensants, ces siffleurs de marseillaises, ces gauchistes qui salissent notre pays et qui falsifient la vérité.

Mais où étaient-ils devant les atrocités commises par le FLN ?

Ils n’ont pas connu les bombes dans les cars, les cinémas, les salles de danse, etc...

Aujourd’hui on pose toujours des bombes et on égorge toujours en Algérie et pourtant les salauds ont quitté le pays.

Le sang de mes amis et de tous ces gens qui aimaient la France a impré gné cette terre d’Algérie et j’entends des fois leurs voix qui résonnent en moi,

« Dis leur la vérité, pour que nous ne soyons pas mort pour rien

« Nous n’étions pas des salauds ! ».

Aujourd’hui, mes frères décédés commandos, soldats, pieds-noirs, harkis vous qui êtes morts pour la France je ne peux vous oublier et je me battrai toujours pour qu’on respecte vos sacrifices et votre mémoire.
L.G.

Un ancien commando de marine aux mains propres

Navigation