En 2011, les Français ne se plaindront pas ! Et ils ne réclameront pas des moyens, c’est promis !

, par  NEMO , popularité : 82%

[!sommaire]
Pour les vœux traditionnels de nouvelle année, je vais souhaiter pour la France quelque chose d’inouï, quelque chose que même les Américains n’ont jamais osé faire ! Françaises, Français, mes frères et mes sœurs, je vous propose le défi du siècle : je souhaite que pendant un an, du 1er janvier 00 heure au 31 décembre 2011, au douzième coup de minuit, vous arrêtiez de vous plaindre de votre sort et de geindre sur le « manque de moyens ». Et ça vaut aussi pour tous les étrangers qui vivent dans notre pays, il n’y a pas de raison qu’ils y échappent, surtout qu’ils en tirent les bénéfices.

Voilà, à priori ça paraît un vœu fou, impossible, mais j’ai confiance en vous. Et pour vous aider à le réaliser avec moi, je vous propose quelques pistes, mais je suis certain que vous en trouverez plein d’autres :

Pour commencer, les informations à la télé. Mettons qu’il neige ! Qu’est-ce qu’ils font, à la télé ? Ils montrent les automobilistes pris dans des embouteillages sans fin, de préférence au milieu de la nuit sinistre et glacée, dans un paysage de cauchemar. Pour toucher toutes les catégories de population, ils ajoutent une couche d’aéroports bloqués (ça, c’est pour les cadres moyens/sup qui prennent l’avion plutôt que la bétaillère). Et pour faire bon poids, on interroge des sinistrés, dont le leitmotiv est que le gouvernement ne fait rien, qu’on manque de moyens, qu’on les traite pire que du bétail et que c’est une honte, en 2010, que des choses pareilles puissent encore se produire.

Hé bien je propose que, face à un élément somme toutes naturel, puisqu’il n’est pas totalement anormal qu’il neige en hiver, et contre lequel, quoi qu’on en dise, on ne peut pas grand-chose, je propose donc qu’on exige que la télé nous passe de magnifiques vues de la campagne sous la neige plutôt que des tempêtes. Plus besoin de regarder le documentaire de 23h sur le grand nord pour se détendre, on peut donc aller se coucher de bonne heure, ce qui laisse tout loisir de pratiquer une activité sexuelle que les médecins recommandent pour bien dormir. Bon sommeil = bon moral. Plus besoin de s’assommer aux antidépresseurs, le trou de la sécu enfin comblé. Notez qu’on peut réserver le même traitement médiatique à une foule d’événements : la grippe H1N1 sera avantageusement remplacée par un documentaire aviaire, la canicule d’été par un épisode d’Alerte à Malibu, les marées noires, par le film Pétrole, Pétrole, les émeutes des cités par qu’elle était belle, ma banlieue etc… Et surtout, on ne donne plus la parole aux passants. Qu’ils passent, et qu’ils ferment leur gueule !

- !- !- !- !- !- !-

Illustrons maintenant le fameux manque de moyens qu’on nous ressert chaque fois que quelqu’un s’est assis à côté de sa chaise, c’est-à-dire à peu près cent fois par jour. Prenons notre chère, très chère Education Nationale, mais on pourrait prendre la santé, l’agriculture, la justice ou la police. On accuse, à juste titre, l’école de fabriquer des analphabètes ? C’est la faute au manque de moyens, un point, c’est tout, nous assènent les syndicats du même nom. Eh bien pour 2011, le manque de moyens ne sera plus possible. Sans l’excuse des moyens, les instituteurs, piliers de la République, devront pratiquer la méthode la plus efficace pour enseigner à des petits qui ne demandent que ça. Ils leur apprendront par exemple que « a » collé à « b » ça fait « ba », si on ajoute « a » devant ça fait « aba », et si on met « les cons » derrière ça fait « à bas les cons » ! Au bout de l’année, nous aurons des élèves qui sauront lire, et même écrire, et il n’y a pas besoin d’ajouter des moyens !

- !- !- !- !- !- !-

Troisième exemple, nous gémissons depuis un bon mois sur le Médiator, c’est certes bien triste pour les malades qui sont morts de l’avoir pris, mais bon, on sait à quoi s’en tenir, maintenant. Alors, plutôt que de nous monter le bourrin en étalant la poignée de médicaments qui se sont révélés dangereux pour la santé depuis dix ans, nous honorerons les milliers de chercheurs qui mettent tous les jours au point les médicaments qui nous permettent de vivre de plus en plus vieux, et en meilleure santé. Et au lieu de sonner le tocsin chaque fois qu’il y a une erreur médicale quelque part, ce qui est inévitable et banalement humain, on se félicitera d’être sans doute le seul pays au monde qui soigne exactement de la même manière ses pauvres les plus misérables et ses riches les plus opulents.

Voilà, vous voyez qu’il y a de quoi faire. Alors nous sommes bien d’accord, hein ? 2011, l’année où on ne se plaint pas, et on arrête de réclamer des moyens, surtout qu’il n’y en a pas !

Je sais, ça va être très dur, mais je compte sur vous.

Et puis, si ça marche, j’ai déjà un projet pour 2012 : 2012, l’année où on arrêtera de dire qu’on a peur, peur des étrangers, peur de l’Islam, peur du chômage, peur de l’alcool, peur de la vitesse, peur de notre ombre, peur de traverser la route, peur de fumer, peur de faire l’amour, peur de dire merde aux cons qui nous font croire qu’on a peur…

Allez, très bonne année à tous. Et vivement 2011 !

Navigation