A mort le Pape ! Quand on veut tuer son Pape, on l’accuse de...

, par  NEMO , popularité : 92%

Dieu n’existe peut-être pas, et à la limite, je m’en fiche, mais ce dont je suis certain, c’est qu’il est indispensable à l’humanité, sinon elle ne l’aurait pas inventé.

Je ne suis pas certain que le Dieu des Chrétiens soit le meilleur des Dieux, mais il se trouve que depuis Clovis c’est celui de la France, et donc le mien. Et, comme après une étude approfondie du marché de la bondieuserie, je n’ai pas trouvé en quoi les autres religions offraient un meilleur rapport coût/performances que la nôtre, je ne vois pas la nécessité impérieuse d’en changer.

Alors, lorsque le Pape, chef spirituel de la religion de nos Pères, est pris pour cible favorite de l’Occident en général, et de la bienpensance Française en particulier, avec la ferme intention de ne pas le rater, il y a quelque chose au fond de moi qui se met à bouillir. Surtout quand on y regarde d’un peu plus près...

Que reproche-t-on en réalité au « Cardinal » Ratzinger ?

D’avoir violé des petits enfants ? On pourrait le croire, à l’acharnement qui est mis contre lui. D’avoir recruté des prêtres pédophiles ? Un pédophile, ça ne se repère pas à l’œil nu, ce n’est pas marqué sur sa carte d’identité, et ce n’est pas une question posée dans les formulaires d’entrée au séminaire, enfin pas encore…

De n’avoir pas immédiatement fait battre tambours et sonner trompettes chaque fois qu’un prêtre était soupçonné de pédophilie ? Comme si c’était si évident, si facile.

Dans mes recherches, je suis tombé sur le compte rendu d’un débat sur la pédophilie à l’école, organisé en juillet 1997 par le FSU, premier syndicat de l’Education Nationale (http://institut.fsu.fr/kiosque/telechargement/pedopages1-30.pdf).
Le problème posé était exactement le même que celui qui dévaste aujourd’hui l’Eglise. Sans rentrer dans le détail des débats, on apprend par exemple que dans 99% des suspicions de pédophilie, il est impossible d’avoir une certitude. Que moins d’une affaire sur dix portées devant les tribunaux présente des preuves incontestables ; les autres, c’est la parole de l’enfant, et la conviction du juge. Que sur une centaine de cas, par an, d’enseignants mis en examen pour agression sexuelle, les trois quarts se révèlent non fondés. Surtout, tous les participants au débat s’accordent sur la difficulté qu’il y a pour la hiérarchie ou les collègues à dénoncer des enseignants sur la foi de rumeurs, et en l’absence d’élément concret.

Et c’était avant l’affaire d’Outreau, à une époque où la parole des enfants était d’Evangile, si l’on peut dire. Il est vrai que depuis, on se montre un peu plus circonspect.

Alors oui, l’agression sexuelle d’enfants est une abomination qui dépasse l’entendement. Oui, chaque fois que se trouvent en présence des éducateurs et des enfants, il y a risque qu’un prédateur pédophile se glisse parmi les adultes. Oui, les prêtres et les enseignants ne sont pas protégés par leur sacerdoce. Mais laisser entendre que l’Eglise catholique est un nid de pédophiles, qu’elle irait même jusqu’à les fabriquer par ses règles rétrogrades, et que son chef, le Pape Benoit XVI, a, au mieux, refusé de voir le problème, au pire été complice par abstention, est une dégueulasserie.

Et si les medias se sont vautrés dans cette fange, ce n’est pas par indignation ou par vertu. C’est tout simplement, en dehors de l’intérêt alimentaire pour les scandales, parce qu’un « contrat » a été mis sur la tête de Benoit XVI. Il faut dire que le Pape s’est fait beaucoup d’ennemis. Et il y a de quoi : il ose dire qu’avorter, c’est tuer un être humain… Intolérable ! Que la capote pour se protéger du sida, c’est mieux que rien, mais que s’aimer quand on fait l’amour, c’est encore mieux… Assassin ! Que l’amour « naturel », c’est entre l’homme et la femme… Homophobe ! Que l’Islam est une religion brutale... Islamophobe ! Que le progrès, ce n’est pas forcément ne plus croire qu’à l’argent… Cul béni ! Bref, un conservateur, un réactionnaire, probablement crypto nazi, après avoir été membre des jeunesses Hitlériennes…. Il faut abattre cet homme, ou au moins l’empêcher de nuire.

Heureusement, il y a eu la rumeur Sarkozy/Jouanno, Bruni/Biolay… tout aussi dégueulasse, mais un répit pour Benoit XVI. Pas pour longtemps, j’en ai peur.

Navigation