Lettre ouverte au PARISIEN

, par  MORA , popularité : 22%

Lettre ouverte au PARISIEN

En date du 11 novembre le Parisien a fait l’honneur de ses pages à NotreJournal en le citant nommément. Lire l’article du PARISIEN et ceux de NotreJournal - Bastien 11 novembre et le suivi de la presse.

Il est vrai que NotreJournal tend à devenir une plate forme d’expression diversifiée, en essayant de porter au plus grand nombre à la fois l’information et aussi la possibilité libre d’exprimer ses opinions et regards ! Ses lecteurs ont doublés depuis le mois de juillet 2008 !

Ce n’est pas pour autant que NotreJournal constitue un "porte parole" de la communauté des PN, de leurs compagnons d’infortune : les Harkis, les nombreuses associations nationales ou locales sont là pour le faire.

Le "travail" de NotreJournal consiste à relater les faits, évènements, témoignages qui lui sont confiés.

Dans ce sens, NotreJournal n’a pas d’orientation politique ou sociétale, sauf qu’il cherche à protéger, à faire connaître des valeurs et des vérités simples qui constituent les attentes d’une communauté de sort.

Il mène ses actions par sa simple présence sur le NET.

__5__

L’article évoqué met NotreJournal en avant comme "prescripteur" !

C’est trop d’honneurs ! En outre, c’est un peu faux.

Bastien THIRY (voir la biographie de l’Encyclopédie de l’A.F.N.) a été un homme remarquable, dans l’histoire complexe de l’abandon de ses départements en Algérie, par la France.

Remarquable aussi par sa personnalité, ses actions et le symbole qu’il représente, qui marque aussi, lourdement, la fin d’une période historique.

Cette période historique concerne l’épisode français en Algérie, mais aussi la fin d’un monde où étaient intimement liés l’Armée française ET la société française.

Cette fracture, menée par le monde politique, a des conséquences dans notre quotidien et en aura encore pendant de longues années.

__5__

NotreJournal devait-il éclairer cette commémoration ?

Il s’agit d’une évidence, d’une part à cause de ce qui est dit plus haut et d’autre part, du fait que la commémoration est "du libre arbitre de chacun".

C’est là le rôle de l’information de dire (quand on le sait) qu’il se passe ou qu’il va se passer, tel évènement.

Il se trouve que certains mouvements contestent ce libre choix et la légitimité des sentiments personnels et/ou religieux, voire patriotiques !

C’est pour eux, nous avons le regret de le dire, un grave manquement aux respects des opinions, des convictions et aux plus élémentaires droits de notre société.

__5__

En résumé, nous remercions le Parisien de nous lire et le prions de continuer à le faire avec régularité.

Si quelqu’un doit nous reprocher d’avoir parlé du 11 novembre de Bastien, c’est sa famille et UNIQUEMENT elle.

__espaceur.png__

Navigation

Brèves Toutes les brèves