Et la Martine qui veut régulariser a tour de bras

, par  Jean Claude THIODET , popularité : 43%

Et la Martine qui veut régulariser a tour de bras, comme ça, ça fera appel d’air et une grosse fournée va encore arriver, alors qu’on a pas assez de boulot pour tous ceux déjà en France. Et le Peillon qui veut les accueillir, il ne sait pas peut être qu’ils sont déjà clandestinement en France

Débat sur les entreprises employant des sans-papiers en France

Le 23/11/2009 à 12h56 GMTPARIS (Reuters) - L’idée du gouvernement de fermer les entreprises employant des étrangers en situation irrégulière fait débat en France, où la gauche réclame parallèlement une large régularisation des sans-papiers.

Les ministres du Travail et de l’Immigration, Xavier Darcos et Eric Besson, ont annoncé pour les prochaines semaines un projet de loi punissant les patrons employant sciemment des sans-papiers dans les secteurs de la restauration, du bâtiment et du nettoyage notamment.

Face à ces développements, Martine Aubry a déclaré dimanche que le PS était favorable à une " large " régularisation des étrangers qui revendiquent actuellement des papiers. Une idée reprise lundi par le député européen socialiste Vincent Peillon. "Pour que la France soit fidèle à son image - le soldat de la liberté, le pays qui porte les droits de l’homme - je crois qu’il faut être aujourd’hui généreux et accueillir ces gens-là", a-t-il déclaré sur France Inter.

Pour Olivier Besancenot, porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste, le projet du gouvernement est saugrenu. "Il faut être un peu sérieux : on va fermer quoi ? Bouygues, la RATP ? C’est une blague !", a-t-il déclaré sur i-Télé. "La seule solution c’est la régularisation des sans-papiers".

Selon la CGT, le mouvement de grève de travailleurs sans papiers, qui dure depuis six semaines, touche plus de 5.000 salariés de 1.800 entreprises. Une nouvelle loi "ça (ne) sert à rien", estime le syndicat, qui plaide pour "une circulaire de régularisation" donnant "des critères définis, harmonisés, simplifiés et améliorés". "On ne peut pas mettre dans le même sac un grand donneur d’ordre et des petits employeurs qui sont les boucs émissaires de cette affaire, et faire peur à des employeurs individuels qui ont besoin de nounous pour leurs enfants", a souligné sur France 2 Francine Blanche, secrétaire confédérale. Selon elle, 85% des travailleurs illégaux ont des papiers.


FRAUDES ET ABUS

Le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, a apporté son soutien à ses collègues du Travail et de l’Immigration. "S’il y a des entreprises qui sciemment emploient des travailleurs clandestins, cela me paraît sain [de les fermer- (NDLR)"], a-t-il dit sur RTL. "Dans notre pays il ne doit pas y avoir de place pour les fraudes et les abus, c’est un moyen de lutter contre ceux-ci".

Le secrétaire général de l’UMP, Xavier Bertrand, a estimé sur RMC qu’il n’était "pas question d’assouplir les règles" pour les clandestins mais de "renforcer les dispositifs pour sanctionner ceux qui utilisent des sans-papiers, car si vous n’êtes pas clair ça ne peut pas marcher".

Pour Jean-François Roubaud, président de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), " une entreprise qui sciemment emploie des sans-papiers, à des tarifs et dans des conditions qui ne sont pas acceptables, il est normal qu’elle soit fermée : c’est totalement illicite et c’est de la concurrence déloyale ".

Il a toutefois souligné sur RTL que les patrons ne sont pas toujours en mesure de savoir si leurs employés sont en règle. "Le chef d’entreprise ne peut pas lui-même voir si les papiers sont faux", a-t-il souligné. "Ne transformons pas les chefs d’entreprise en policiers".

Pour Christian Charpy, le directeur général de Pôle Emploi, les fermetures administratives envisagées permettraient "d’assainir une situation qui n’est pas saine". "Il faut impérativement sortir d’une situation où des personnes sont mises en état de précarité et des entreprises en situation de danger par rapport aux règles qu’elles doivent respecter", a-t-il dit sur LCI.

Christian Charpy a précisé que Pôle Emploi était en mesure de garantir aux entreprises de leur présenter des demandeurs d’emplois ayant des papiers en règle.

Voir en ligne : http://www.actradis.fr/

Navigation

Brèves Toutes les brèves