Comment vivrons nous nos vieux jours ?

, par  Jean Claude THIODET , popularité : 23%

Au crépuscule de notre vie, l’angoisse nous prend légitimement. Non pas quant à l’issue à laquelle nous avons eu de longues années pour nous préparer et que chacun de nous appréhende avec plus ou moins de sérénité, mais surtout quant à la façon dont nous vivrons nos vieux, je devrais dire : nos plus vieux, ou nos très vieux jours.

La plupart d’entre nous, ceux en tous cas qui ont eu la chance que cela puisse se passer de la sorte, ont vu vieillir leurs parents, leurs grands parents, près d’eux, et ont pu, ou su, ou les deux, les entourer de leur amour et leur rendre moins pénible cette phase de la vie que seuls ont connue ceux qui ont joui (est-ce bien le mot) d’une appréciable (est-ce encore le mot ?) longévité.

Aujourd’hui, le déroulement de la vie de chacun évolue de telle sorte que nous sommes en droit de nous inquiéter.

A bientôt quatre vingts ans, bien qu’en bonne forme physique, ( Ah ben, vous faites pas votre age !!!!) je ressens une différence très appréciable (est-ce bien encore le mot !!) entre mon état à ce jour et ce que j’étais il y a seulement cinq ans.

Fatigue beaucoup plus rapide à l’effort, sommeil de moins en moins réparateur, inquiétude de prendre le volant de ma voiture pour aller rendre visite à ma grande sœur (3 heures pour rejoindre Nice) impression que je crois justifiée de ne plus intéresser mon entourage !.... et surtout....... ne pas leur rebattre les oreille avec l’A......(chut !!)

Voila pourquoi il m’est venu à l’idée de mettre en ligne cet article paru hier sur "LA PROVENCE" qui m’a plongé dans une certaine tristesse.

Mais non, cela n’est pas pour que vous plongiez, vous aussi, dans une légitime morosité, mais parce qu’il faut bien prendre conscience de ce qui nous attend....peut être !

Bref !!!!

Gardons courage !! Nous sommes en tête !!

Navigation

Brèves Toutes les brèves