Marine Le Pen, cauchemar et rêve de Nicolas Sarkozy

, popularité : 79%

Les sondages donnent Marine Le Pen à 23 %, en tête du premier tour des prochaines présidentielles. Certains crient victoire, moi pas. Car c’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. C’est une bonne nouvelle car enfin : les Français montrent qu’ils...

C’est ainsi, que l’on soit d’accord ou pas : comme disait le grand Baudrillard, Le Pen incarne en France la pensée sauvage, celle qui même quand elle fait de justes concessions au politiquement correct, continue de les exaspérer, de les rendre tous fous. Or, malgré le terrorisme intellectuel, malgré l’ahurissement planétaire, malgré le silence imposé aux citoyens sous peine de poursuites soixante-huitardes au vinaigre, les Français continuent de respirer. Balle non pas au centre, mais aux extrêmes. Dans un arbre, le centre est mort, c’est l’écorce qui est la vie. Les extrêmes c’est la vie.
On se retrouverait donc avec la candidate du Front National devant le président sortant et le ou la candidate socialiste. Jusque là tout va bien : tout va bien surtout si Marine Le Pen est élue ou va plus loin. Sinon, nous allons nous retrouver en parodie perdue, en Enfer comme en 2002 : avec l’héritier de la Chiraquie ou du vieux collabo Mitterrand au second tour. Avec dix ou trente millions de collégiens analphabètes dans les rues en train de nos hurler que « plus jamais ça, oui, plus jamais ça »… Plus jamais quoi, ignorants ?
Mais je me demande aussi si ces collégiens bac+5 avec des masters de finances et des BTS d’apprentis-sondeurs, payés au SMIG et logés dans des chambres de bonnes après le Capa, se feront prendre au jeu à chaque fois…
Dès lors on comprend mieux le jeu médiatique propre à la Chiraquie : faire monter Marine Le Pen en profitant de Kadhafi, du débat sur l’islam, du chômage, du sentiment de misère ou d’insécurité, du mal-être psychologique généralisé pour se retrouver au second tour avec elle, et donc l’écraser devant les urnes et les médias bien rangés du monde mondialisé.

Voir en ligne : http://www.philipperanda.com/cc/art...

Navigation