Les bienfaits de la colonisation

, par  MORA , popularité : 100%

... vu sur le NET ...

Mesure et pondération, un peu de recul ne fait pas de mal ....

Il est intéressant de noter qu’il peut y avoir des chemins vers l’objectivité, sans passions, sans excès et surtout avec un certain bon sens ...

Je n’ai nullement le droit de parler de l’Algérie, encore moins de servir des leçons à notre voisine n’étant ni Algérien ni spécialiste de ce pays dont le choix de l’affrontement violent de la colonisation française a coûté la vie à deux millions de martyres algériens et d’innocents français d’Algérie. Alors qu’une lutte pacifiste aurait donné le même résultat sans trop de victimes innocentes de part et d’autres. Mais là, les tortures et les massacres français mais aussi les exactions de la part du FLN contre des Français algériens étaient inadmissibles et méritent une appréciation dépassionnée et objective, œuvre des générations futures d’historiens.

Je peux toutefois apprécier à sa juste mesure la présence française en Tunisie de 1881 à 1956 d’après mes lectures, les réalisations immobilières françaises encore visibles sur le territoire tunisien, qui malheureusement disparaissent lentement, mais aussi d’après le témoignage de mes parents et de mes grands-parents et toute la génération de tunisiens que j’ai côtoyés et qui ont vécu le clair de leur jeunesse sous le protectorat français. Je peux affirmer que je n’ai jamais lu, entendu parler ou eu écho d’aspects négatifs, d’exactions, d’injustice flagrante, mis à part le « tiers colonial » soulte réservée aux fonctionnaires français et aux tunisiens naturalisés, seule injustice qu’évoquait mon père, instituteur de son état de 1924 à 1966. Injustice réparable à l’époque par la naturalisation rendue possible et très accessible pour les Tunisiens en vertu du décret français de 1923.

__espaceur.png__

En homme ambitieux, Bourguiba souffrait de cette injustice politique stupidement maintenue par la France. Lui et ses partisans étaient avides de pouvoir, ils s’impatientaient d’occuper des places importantes et de choix dans la société tunisienne de l’époque, désireux de s’occuper des affaires publiques, participer au débat politique et prendre part à la gestion de l’Etat. Leur ambition était certes légitime, leur frustration était compréhensible, leurs revendications d’une meilleure justice louable, mais ils roulaient pour leurs comptes et peu pour le compte des tunisiens, car leurs revendications, comme le statut juridique moderne de la femme, la laïcité, la lutte contre la pauvreté, le combat contre l’illettrisme étaient des objectifs réalisables sous le protectorat français, mais Bourguiba et les militants indépendantistes voulaient plus, ils voulaient le pouvoir, tout le pouvoir et rien que le pouvoir afin d’asservir, de dominer, de supprimer toute liberté accordée par la France aux tunisiens. Bourguiba qui écrivait librement ce qui bon lui semblait durant la période coloniale, avait aussitôt pris le pouvoir en 1956 mis fin à la liberté de la presse, interdit les partis politiques et entravé les associations !!! Bourguiba cherchait-il la liberté des tunisiens en revendiquant l’indépendance en leurs noms ??? Il ne cherchait que le pouvoir, satisfaire sa mégalomanie et ériger sa personne en Combattant suprême et en Dieu de la Tunisie.

Voir en ligne : Plus que des aspects positifs, la colonisation française fut un âge d’or de la Tunisie

Navigation

Brèves Toutes les brèves

  • Messages en UNE

    Vive la rentrée !!
    Devenez "promoteur" d’une projection de "La Valise ou le cercueil" ! (...)