La gouvernance Pieds NOIRS ? Mise en place du projet - Acte 6

, par  MORA , popularité : 2%

[!sommaire]

Les articles précédents sur le sujet ont montré ce qui nous parait être la question et ses différents aspects.

En résumé :

- un travail considérable a été fait par les mouvements associatifs,
- malgré ces nombreuses actions, au niveau de la société française, la communauté d’origine n’est non seulement pas reconnue et en plus, elle est salie, dénoncée, amalgamée !

Ce constat simple permet d’isoler la question fondamentale à trancher :

Comment obtenir que la communauté d’origine soit reconnue ?

NotreJournal propose une méthode ET un moyen d’y parvenir !

- La méthode :

Sans l’apparition claire du VOTE PN & HARKI, il était impossible, jusqu’à maintenant de formuler la moindre hypothèse sérieuse d’action !

Les courriers, les communiqués, les pétitions, les manifs, rien n’y a fait ! Et c’est normal, ces actions s’apparentent à des protestations "sans poids" !

Or, il se trouve que maintenant, si nous continuons dans la logique électorale, nous sommes collectivement en mesure d’agir de façon TRÈS TRÈS sensible sur les politiques !

Nous faire entendre, bien sûr, mais surtout OBTENIR des résultats concrets !

Pour que cela fonctionne, il faut être prêts à aller jusqu’au bout et éventuellement savoir VOTER contre nos amis ou celles et ceux qui s’annoncent comme tels, sans ne rien faire ! !

Cela signifie qu’individuellement, la prise de conscience est nécessaire !

__espaceur.png__

Voici donc un élément important de la méthode :

LE MOYEN DE PRESSION ÉLECTORAL

sans lui rien n’est possible, ni envisageable, les 47 ans passés sont là pour nous le prouver !

__espaceur.png__

Avoir un moyen de pression est essentiel, mais pour quel objectif ?

Là aussi, nous avons longuement réfléchi et sur la base d’une expérience de bientôt 11 ans sur ces questions, nous avons procédé ainsi :

- quelles actions ont-elles été menées et pour quel succès ?
- à quel moment, ces actions ont-elles réussi ou achoppé et pourquoi ?
- comment la somme considérable de travail fait par chacun n’a pas porté nationalement ses fruits et comment toutes ces compétences, souvent de très haut niveau, n’ont-elles pas connu le succès espéré ?
- comment et pourquoi certains procès n’ont eu que des succès mitigés, ou bien des échecs flagrants (non lieu, etc...) ?

Nous en sommes arrivés à une conclusion très simple à décrire :

Nous n’avons aucune arme juridique, car nous n’existons pas juridiquement !

Ceci amène immédiatement la question d’importance :

Comment et pourquoi pouvons-nous exister juridiquement ?

Le POURQUOI est relativement simple à aborder :

  • que ce soit les Pieds-Noirs ou les Harkis, nous sommes constamment les victimes de stéréotypes !
    • Pieds Noirs tous OAS et colons !
    • Tous des criminels et des "sueurs de burnous" !
    • Les PN sont responsables de l’aventure coloniale et ses injustices !
    • etc..
    • Harkis des arabes comme les autres !
    • etc...

Ceci va jusqu’à nier nos commémorations et rejeter les fondements de ce que fût l’existence de nos aïeux !

C’est GRAVE et c’est AU PRÉSENT !

Pour celles et ceux qui en doute en tout ou partie, voyez les différentes chartes réalisées, celle du CLAN-R, celle du CLAIIR, celle en cours sur un projet de rassemblement dans le Sud, avec VERITAS, etc... Qui contiennent d’innombrables questions restées sans réponses et qui font partie des attentes de beaucoup d’entre nous !

Donc à la question :

Pourquoi voulez-vous apparaitre comme un groupe identifiable ?

Trois réponses :

- voici le passif avec les différentes chartes,
- voici le présent avec le 19 mars, le 26 mars, le 5 juillet (qui reviennent tous les ans), voici les contre-manifs qui nous accablent, voici les agressions directes ou indirectes subies à chaque occasion (colloques, commémorations, manifs, télé, films, etc...),
- à chaque action juridique, on nous répond que nous n’existons pas !

[*Il s’agit donc bien d’une disposition discriminatoire basée sur l’origine des personnes visées !*]

Nous considérons faire l’objet d’une EXCLUSION SOCIALE et SOCIOLOGIQUE, nous sommes donc fondés à demander une identification claire.

__espaceur.png__

Reste l’autre aspect et non le moindre : COMMENT ?

Première question : Comment le défendre ?

Réponse : en exerçant le poids de la pression du VOTE PN et HARKI !

Deuxième question : que devons-nous demander ?

Réponse : un outil qui nous permette de nous défendre en tant que citoyen et dans un cadre légal bien clair.

CONCLUSION :

Nous devons obtenir une loi qui reconnaisse une "appellation d’origine" :

- Les repliés d’Algérie, comme un groupe sociologique citoyen, membre à part entière de la communauté du peuple français et qui demande son identification claire pour pouvoir défendre sa mémoire.

Exemple d’une condition : Toute personne née avant le 2 juillet 1962 dans les départements d’Algérie et de nationalité française.

Un texte est en préparation pour être soumis à nos députés, sénateurs et tous représentants du peuple.

Il nous faudra ensuite diffuser cette demande, puis l’appuyer avec notre ACTE ÉLECTORAL et enfin constituer une entité qui sera chargée de veiller à son respect.

Tout çà est pour le prochain ACTE !

Navigation

Brèves Toutes les brèves

  • Messages en UNE

    Vive la rentrée !!
    Devenez "promoteur" d’une projection de "La Valise ou le cercueil" ! (...)