la filière communiste/F.L.N

, par  Danièle LOPEZ , popularité : 26%

Au début, les seuls explosifs dont il pouvait disposer étaient fournis à Yacef par le Docteur Daniel Timsit du parti communiste , qui travaillait dans la villa de Birkadem avec Georgio Arbib italien , communiste connu, sous le contrôle de Hadjarès.

Ce n’était plus les petites bombes artisanales du début.

Ils avaient mis au point un système d’horlogerie à retardement qui leur permit de placer leurs bombes dans les établissements publics , dans la journée, au cœur de la ville, occasionnant ainsi de nombreux morts et blessés.

Le but de Yacef était de frapper à la même heure en plusieurs endroits de la ville et de faire beaucoup de victimes . Dans la fumée, les cris, le sang, il en eut une centaine et il y eut des morts.

Ce fut la journée du 30 septembre 1956

le 30 septembre

Mais les blessures de ces pauvres jeunes enfants qui préparaient leur rentrée scolaire, ou de ce soldat qui prenait un verre juste avant de repartir chez lui, de cette mère qui avait voulu offrir un chocolat chaud à sa petite fille.... Ces blessures-là ne guérirent jamais.

il y eu un nombre inimaginable d’amputations.

Nicole un bras, Marc une jambe , Robert un pied ... l’autre une main .... ces enfants ou jeunes gens devenus des adultes aujourd’hui, portent à jamais dans leur chair la trahison des communistes.

Après le bilan de cette première journée du 30 septembre 1956 , Daniel Timsit et l’Abbé Barthez, et le Docteur Pierre Chaulet et sa femme que la même opinion unissait quant à la guerre d’ Algérie, se sentirent-ils responsables des ces atrocités qui avaient été commises grâce à leur soutien et leur savoir ? Le saurons-nous jamais ?

La répression qui s’en suivit fut néanmoins condamnée par toute la presse française.

Le réseau Timsit fut démantelé après son arrestation par la police et remit en question la participation des communistes dans cette guerre. La recherche des communistes devint la principale préoccupation de notre police laissant ainsi sans le vouloir, le champs libre à Yacef Sâadi d’organiser d’autres attentats aussi sanglants avec des bombes fabriquées par les émules qu’il avait recrutés.

Un point positif de cette traque, les Européens, activistes du F.L.N, ne pouvaient plus passer au travers des barrages, ils durent prendre des précautions infinies pour mener leurs actions terroristes.

dans le désordre les noms des complices associés au "réseau bombe" arrêtés par la police après le 30 septembre 1956 :

Georges Smadja étudiant

Maurente paco interne des hôpitaux

Alerini Charles sous-lieutenant 13°R.T.S.

Moatti fiancée au docteur Hadjerès

Meyer Timsit
Gabriel Timsit frères du docteur Daniel Timsit

Ohana Henri reporter à l’Echo d’Alger

Pastor Baptiste menuisier

Neplaz instituteur

Mme Morali cousine de Timsit

Mme Steinner

Melle Bacri Yvette
Melle Isnard Nicole toutes les deux étudiantes

Raynaud Jean Claude

Cervetti Jean Baptiste

Conejo Joseph

mme Quarré-Barel

tous ces gens comparaissaient devant le Tribunal permanent des Forces Armées à Alger le 23 mars 1957.

Navigation