Les disparus disparus et les autres !

, par  Jean Claude THIODET , popularité : 16%

Cette article nous est parvenu par un mail de JJ HANRIOT d’Avignon

La Betancourt qui cache la forêt…

Depuis des semaines et des semaines, sans trêve ni relâche, relayée par tous les média de France, la famille d’Ingrid BETANCOURT ex DELLOYE, monopolise les ondes, les écrans, le devant de la scène : Mélanie, la fille, Lorenzo, le fils, l’ex-mari …

On va même jusqu’à l’impudence de vilipender le gouvernement qui ‘’n’en fait pas assez’’…

C’est fort louable et le but est atteint, même si c’est de façon indécente : la classe politique a été sensible à ce sujet porteur au point que le président SARKOZY intervient lui-même…

Si on reprend la genèse de l’affaire, la candidate des Verts à la présidence de la République Colombienne, binationale franco-colombienne, s’est rendue, en février 2002, contre l’avis des autorités, dans une région contrôlée par les F.A.R.C., Forces Armées Révolutionnaires Colombiennes.
Elle ne pouvait ignorer que sa personne représentait une cible de choix pour les guérilleros. Ils l’ont, évidemment, enlevée…et séquestrée.

Au risque de passer pour un nombriliste ou un sans-cœur ou un je-ne-sais-quoi - ce qui, au demeurant, me laisse froid - je vais faire remarquer que, le 25 novembre 2007, un monument a été inauguré à PERPIGNAN, qui porte le nom de 2 619 disparus(disparus) civils de la guerre d’Algérie.
Combien de femmes y figurent-elles ?
Combien y a-t-il d’ ‘’Ingrid’’ ?

Je rappelle que sont inscrits les seuls noms des disparus officiellement répertoriés et non pas ceux des milliers de Français d’Algérie de toutes origines dont on n’a plus entendu parler depuis un demi-siècle !

Alors, je me dis qu’une Betancourt cache une forêt de Betancourt et que cette forêt n’a et n’aura jamais la faveur des média.

Si on avait consacré, en son temps, ne serait-ce que le millième de ce qui a été dédié à Ingrid, il est indéniable qu’on aurait pu - au moins - sauver quelques-unes des ‘’pensionnaires’’ des bordels du FLN !

Les Français d’Algérie qui, comme moi, sont retournés au pays de leurs ancêtres ont tous entendu les Algériens parler à mots couverts de camps de détenus français.

Pourquoi rien n’a-t-il été tenté sur le moment ?

Question sans réponse… du moins officiellement car nous savons à quoi nous en tenir…

Le président SARKOZY, qui n’a pas vécu les ‘’évènements d’Algérie’’, vient de s’y rendre et il a fait, à l’occasion de ce périple, des déclarations incriminant la colonisation, et donc, les colonisateurs que nos ancêtres ont été…

Bien entendu, il a caressé ses hôtes dans le sens du poil, mais à se découvrir en partie, il a suscité des appétits plus féroces…
Le proverbe arabe dit :
« Le chien ne mord pas la main qui tient un bâton… »

Notre président a joué sur les mots et il a habilement entremêlé ‘’colonisation’’ et ‘’colonialisme’’, stigmatisant au passage les français d’Algérie et accréditant la thèse officielle algérienne du méchant occupant qui a pillé et dilapidé les ressources du pays.

Comparer 1830 avec 1962 et 1962 avec 2007 est trop flagrant pour que ces gens s’y risquent !

Les faits sont là qui démentent de façon éclatante la mauvaise foi des tenants de cette thèse.

M. SARKOZY est cependant entouré de conseillers spéciaux de tous poils qui lui fournissent des renseignements - qu’on suppose fiables - sur la situation en Algérie, sur les positions des gouvernants, etc..

Toutefois, une interrogation permanente se pose à tous ces gens : pourquoi diable les ‘’Pieds-Noirs’’ qui retournent mettre leurs pieds dans les traces de leurs pas d’alors sont-ils si chaleureusement accueillis par les Algériens ?

Je crois bien disposer de la réponse et je vous la livre.

Les gouvernements successifs de l’Algérie se sont révélés incapables de faire avancer le pays qui est en voie de sous-développement matériel et moral. De quels ressorts disposeraient-ils alors pour maintenir la pression de leurs machinations ?

Le fonds de commerce de ces dirigeants sont la ‘’révolution’’ et la ‘’guerre d’indépendance’’.
La sinécure en Algérie c’est d’avoir sa carte de moudjahid (ancien combattant) ! Alors, tout est bon pour y parvenir.

En France, on vit aussi et encore sur des mythes tels que la ‘’résistance’’ qui voudrait faire croire au ’’bon‘’ peuple que tous les Français étaient résistants et gaullistes en 39-45 !

60 ans après, on sait que le pays est encore aux mains de cette oligarchie ou de ses descendants.

En Algérie, on voudrait pareillement faire croire que la guerre d’Algérie a été le soulèvement spontané d’un peuple tout entier dressé contre ses oppresseurs et ses esclavagistes.

Les cris de haine de Bouteflika et consorts ne trompent que les Algériens et les quelques Français de la ‘’bienpensance’’ : LDH, LICRA, SOS RACISME … qui, tous, le veulent bien…

Comment ces gens expliquent-ils l’accueil fait aux Pieds-Noirs et le cri des foules algériennes : « Attini visa »  ? (Donne-moi un visa) Le masochisme serait-il congénital chez les Algériens pour qu’ils tiennent à aller chez leurs tortionnaires ?

Il faut être volontairement aveugle pour ne pas se rendre compte du nombre croissant de ‘’réfugiés politiques’’ algériens qui se pressent à nos frontières, jusques et y compris d’authentiques meurtriers du FLN…

Ces gens sont accueillis de façon parfaitement humaniste et ils bénéficient d’une foule d’avantages que le citoyen lambda ne connaîtra jamais.

La réciproque sera-t-elle possible ? Rien ne le laisse supposer : les citoyens français que sont les anciens harkis ne circulent pas aussi librement en Algérie que les anciens de l’ALN et du FLN le font chez nous !
Puisque M. SARKOZY a fait un pas vers l’Algérie, ne serait-il pas légitime que les dirigeants algériens en fassent autant ?

Comme dit le proverbe arabe : « Pour applaudir, il faut deux mains… »
Et pour s’aimer, il faut être deux…
Incha Allah
 !

Navigation

Brèves Toutes les brèves