La véritable motivation du 13 mai 1958

, par  Jean Claude THIODET , popularité : 14%

Mon ami depuis le début de mes études de médecine à la faculté d’Alger, le Docteur Jean-Claude Pérez, un des chefs historiques de l’OAS à l’échelon national, n’hésite pas à bousiller les idées reçues.

Il remet en cause certaines vérités "bibliques et canoniques", défendues par ceux qui restent soumis au carcan du politiquement correct.

Entre 1957 et 1965 il a connu la prison, à Barberousse , à Maison- Carrée, à la Santé, en Espagne, en Amérique latine et en Suisse.
Il fut condamné à mort par contumace.

Amnistié le 30 juillet 1968, il effectua une seconde carrière de médecin à Paris dans le XVème arrondissement.

Agé de 80 ans il jouit de la retraite des justes.

Il tient à préciser qu’il n’a jamais été parachutiste.

C’est à la suite de " l’affaire des barricades de janvier 1960", qu’il lui fut promis, de même qu’aux autre protagonistes de cet épisode, qu’il n’aurait pas d’ennui à la condition qu’il s’engageat dans un corps combattant en Algérie.

La photographie ci-dessous le montre alors que, déja médecin, il fait partie du commando ALCAZAR, basé à Chekfa, près de Philippeville.

Jean Claude PEREZ écrit ce qui suit :

« Chaque fois qu’il m’est donné de lire une relation historique des événements du 13 mai 1958, j’éprouve un même sentiment.

Je constate à quel point le gout de l’à-peu-près a imprégné les rédacteurs de cette page capitale de notre histoire.

Tout se passe comme s’ils voulaient nous inviter à une attitude de découragement. A poser des questions du genre de celle-ci :
"A quoi bon ? Pourquoi chercher à comprendre ?" »

Dans ces évènements du 13 mai 1958 nous avons identifié plusieurs intervenants.

1 –Tout d’abord une volonté stratégique.

Elle qui a conduit une fraction dominante du capitalisme financier à se débarrasser de l’Algérie française

Dans le but de faire produire une plus forte valeur ajoutée à leurs investissements, ils ont prôné le "délestage économique" de l’Algérie française.
C’est l’unique motivation stratégique.
Celle qui fera naitre la République algérienne.
La "liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes".

Les droits de l’homme", ne sont jamais invoqués dans le libellé de cette motivation stratégique.

2 - En deuxième lieu, on a mis en marche un agent d’exécution tactique dominant : le FLN avec ses deux organes de direction, le CNRA et le CCE.
Le 18 septembre 1958 naitra le GPRA.

3 - En troisième lieu, un groupe de protagonistes qui, lui même, va se subdiviser en deux sous-groupes d’intervenants tactiques successifs :

a) Le premier fonctionne en grand secret sous le couvert de l’autorité officielle. Il est constitué de personnalités de la IVème République qui ont joué un rôle dans différents gouvernements.

Le secret de leurs activités pro-FLN est motivé par un constat : l’opinion nationale française, dans son ensemble, est encore hostile à l’abandon de l’Algérie.

Ce sous-groupe s’appuie essentiellement sur les partis de gauche. Sur le marxisme-léninisme protéiforme, avec ses différents ersatz et dérivés.

Mais cette structure de gauche s’essouffle. Elle n’arrive à rien de concret. Elle va être concurrencée par l’autre sous-groupe, qui veut lui damer le pion sur l’échiquier des contacts, sur l’échiquier où s’élabore la défaite de la France en Algérie.

(1) (CNRA : Conseil National de la Révolution Algérienne, fondée en 1956 après le congrès de la Soummam.)
(2) (CCE : Comité de Coordination et d’Exécution créé dans les mêmes circonstances.)

b) Ce second sous-groupe, quant à lui, s’identifie à une structure qui se dit de droite. Elle prétend être seule capable d’obtenir un "cessez-le-feu en Algérie avant la victoire".

De l’imposer aux Français.

Conduisant ainsi une fraction importante de nos compatriotes de droite à souscrire à l’abandon de l’Algérie par ruse, par tromperie, par envoutement.

Ces manœuvriers, conduits par le général De Gaule cette fois, fourniront à la première structure socialo-communiste l’appui décisif qui lui manque.

L’appui d’une fraction non négligeable de la France traditionnelle. Celle qui va à la messe, qui défend l’école libre, qui parfois a chanté "Maréchal nous voilà", qui a adhéré en 1946 au MRP, plus tard au RPF, et qui ne veut plus affronter un conflit.

La paix, la tranquillité, voilà ce qui la motive et qui la conduira à être complice, en se couvrant les yeux d’une main capitularde, de l’assassinat de la province française d’Algérie.

Puis de porter une grande responsabilité dans les massacres de harkis par dizaines de milliers, dans la fusillade d’Alger du 26 mars 1962 , dans le massacre d’Oran du 5 juillet 1962.

Qui portera sa responsabilité dans l’enlèvement de plusieurs centaines de nos concitoyens, jamais retrouvés.

Qui n’ exigera pas que nous soient rendus nos soldats prisonniers du FLN, disparus à jamais

4 - En quatrième lieu, c’est le général De Gaule.

Le FLN par l’intermédiaire de Ferhat Abbas et Boumendjel , mais aussi par l’intermédiaire de ses alliés tunisiens Bourguiba et l’ambassadeur de celui-ci à Paris, Mohamed Masmoudi, sait depuis le printemps 1956 que De Gaulle est partisan de l’Algérie indépendante. "Du délestage économique du boulet algérien", a-t-il déclaré. Il l’a affirmé sans ambiguïté à Boumendjel,au printemps 1956, ainsi qu’à l’écrivain autrichien Arthur Rosenberg.
C’était à Paris rue de Solferino, dans les locaux de l’ancien RPF ( Rassemblement du Peuple Français.)

Il entretient par ailleurs des contacts avec le CNRA grâce aux deux personnalités que nous venons de nommer et grâce à Gaston Palewski, ambassadeur de France au Vatican, Le champion de l’Algérie indépendante est ainsi élu.Par le FLN et ses alliés tunisiens.

C’est De Gaulle, "le plus illustre des Français", déclarent Masmoudi et Ferhat Abbas.

Il faudra donc canaliser le "torrent Algérie française".

Comment faire naitre l’évènement qui va le transformer en "torrent anti-Algérie française ?" C’est en réalité Bourguiba qui se situe à l’origine des manœuvres tragiques et sanglantes, qui déclencheront le 13 mai 1958.

Au début de l’année 1958 Bourguiba accorde une interview publiée dans la revue des Deux Mondes. Dans cet article le "Combattant suprême" divisait les Français en deux catégories :

Les Sudistes et Les Nordistes.

D’après lui les Nordistes acceptent la mort de l’Algérie française.

"Les Sudistes ne l’accepteront jamais" dit-il. Il précise :
"Les Sudistes sont prêts à tout pour garder l’Algérie. Ils se préparent à un coup de force militaire."

Il ajoute en substance :
"Seul, le général De Gaulle sera capable de les contrôler et de les mater. D’autant plus facilement que ce sont ces mêmes Sudistes qui feront appel à lui et qui l’installeront au pouvoir."

Mais comment mettre en marche cette conjuration anti-Algérie française ?

Voici la succession des évènements ou plutôt des opérations.
Le capitaine Allard commande un quartier tout près de la frontière tunisienne. Pas loin d’un cantonnement de fellaghas situé en territoire tunisien. Pas loin de Sakiet-Sidi-Youcef.

Dans la nuit du 10 au 11 janvier 1958, il est informé par son commandant de secteur, d’une tentative de passage de la frontière par une bande rebelle. On lui certifie que le renseignement est parfaitement recoupé.

En conséquence, il reçoit l’ordre de monter une embuscade et d’intercepter le détachement ennemi.
.. Pour le capitaine Allard, ce n’est pas un problème. C’est un officier aguerri.

Il dispose d’un effectif de soldats expérimentés. Il sélectionne 43 hommes du 23ème RI et du 18ème Dragon. Pour ces hommes courageux et entrainés, c’est suffisant pour monter une embuscade.

Mais surprise ! Il tombe sur une force de 300 fellouzes ! 3 katibas fortement armées.

C’est, certes, un traquenard.

Mais ce sont nos soldats qui y tombent ! Car le renseignement était un piège tendu parle FLN et par la Tunisie, dans le seul but de faire du bilan.

300 hommes passent donc la frontière.

Ils disposent de toute la logistique conventionnelle : liaisons radio, renseignements fournis par l’armée tunisienne.

Par dessus le marché ces 300 hommes sont véhiculés par des camions de la garde nationale tunisienne jusqu’à la frontière.

L’accrochage est dur. Les fells sont repoussés avec de lourdes pertes. Mais ils sont protégés dans leur repli vers la Tunisie par des tirs de mitrailleuses et de mortiers qui partent des crêtes tunisiennes.
14 de nos soldats sont tués.

Et surtout, 4 hommes sont faits prisonniers par le FLN.
ls sont emmenés en territoire tunisien
.

Parmi eux, Richomme, Decourtreix, du 23ème RI et Feuillebois du 18ème Dragon.

Retenons les noms de ces trois fils de France. ++++

Insistons, avec vigueur, sur cette anomalie opérationnelle de ramener des prisonniers en Tunisie.
Car l’accrochage avait été dur. Ils avaient eu le temps, avant, d’éventrer et d’émasculer 14 soldats français. Pourquoi donc s’encombrer de prisonniers et les transporter de l’autre côté de la frontière ?

Nous verrons l’usage tactique décisif qui sera fait par l’ennemi de ces soldats capturés.

A la suite de ce drame, le colonel Duval commandant de l’aviation du Corps d’ Armée de Constantine, ordonne l’intensification des opérations de reconnaissance sur la Tunisie, tout près de la frontière.

Il faut à tout prix localiser les assassins de nos soldats. Et si possible découvrir le lieu de détention de ces infortunés prisonniers.

Le 13 janvier 1958, un de nos avions est abattu par un violent tir de la DCA tunisienne. L’équipage est sauvé.
Au début du mois de février 1958, un autre appareil est sévèrement touché. Il réussit néanmoins à atterrir à l’ouest de la frontière tunisienne. Son équipage est recueilli par une patrouille française.
Précisons que ces tirs de DCA constituent en eux-mêmes une véritable provocation.

En effet, en cas d’un survol national par des aéronefs étrangers, les tirs de défense aérienne doivent obéir à une procédure prévue et codifiée par les Nations Unies. Or les avions français n’étaient pas agressifs. Ils relevaient des informations dans le but de protéger nos soldats.

Le général Jouhaud, commandant l’aviation en Algérie, demande à son supérieur, le général Salan, de solliciter du général Ely, chef d’état-major général de l’armée, l’autorisation de déclencher un raid de riposte.

Le généra Ely ne peut donner cet ordre sans l’accord de son gouvernement. Il transmet très vite cependant son feu vert pour un raid de représailles. Le gouvernement de la IVème République est donc d’accord.

Se déclenche alors le raid contre la base ennemie de Sakiet-Sidi-Youcef, le 8 février 1958.
L’escadrille française est composée de onze B25, six Corvair, huit Mistral. La base est détruite.

CE BOMBARDEMENT, APRES L’ENLEVEMENT DES QUATRE PRISONNIERS FRANCAIS, CONSTITUE. LE MOMENT CRUCIAL DE LA CONJURATION DU 13 MAI.

D’après le général Jouhaud, plusieurs dizaines de fellaghas ont été tués par ce raid aérien.

D’après Bourguiba, n’ont été tués que des femmes, des enfants, des combattants blessés.

Il est plus logique d’accorder du crédit à Radio Tunis.

En effet, ce raid étant la conséquence d’une provocation montée de toutes pièces par une collusion FLN-BOURGUIBA, il parait impensable de concevoir qu’un effectif de combattants valides ait été volontairement soumis au bombardement de nos avions.

Les combattants fellouzes repérés antérieurement par nos appareils furent très opportunément remplacés par des victimes innocentes, pour les besoins de cette conjuration.

Effectivement Bourguiba nous livra, de l’évènement, une exploitation démentielle, délirante. "Un crime contre l’humanité !"

La France est mise en accusation. Il réclame des sanctions internationales. L’ébranlement émotionnel atteint très opportunément les Anglo-Saxons(!!!!!), qui osent proposer "leurs bons offices", pour la recherche de la paix en Algérie.

Colère à Paris ! Colère en Algérie !

Cette intervention de l’étranger dans nos affaires est inacceptable !

L’ambiance est telle qu’à Alger on prévoit une manifestation. Une "aimable" manifestation. Pour aboutir finalement au "gentil" défilé du 26 avril 1958 qui regroupe les associations d’anciens combattants et les mouvements nationaux.

Alger gronde. Alger gueule. mais Alger "ne se déclenche pas". Tout se déroule "dans le calme et la dignité".

Le plus déçu par le calme des Algérois, c’est le FLN.

Ces Algérois sont vraiment trop mous ! Quand vont-ils se décider à faire la révolution ? Il faut donner un coup d’accélérateur. Car il est impératif qu’un coup de force se déclenche à Alger. C’est nécessaire au FLN, à Bourguiba... et à leur complice parisien. L’âme du complot. L’homme de Colombey, Charles De Gaulle.

Tout s’accélère tragiquement à partir du 9 mai 1958.

Le FLN publie à grands coups médiatiques un effroyable communiqué. Est annoncée l’exécution de trois soldats français : René Decoutreix, Robert Richomme, du 23ème RI et Jacques Feuillebois du 18ème Dragon.

L’assassinat de ces hommes s’est accompli le 30 avril 1958. Quatre jours après la manifestation du 26 avril, jugée trop molle par le FLN.

Ces quatre soldats faits prisonniers lors de l’accrochage du 11 janvier 1958, ont été jugés à toute allure par un tribunal militaire FLN. Celui-ci prit grand soin d’acquitter l’un d’entre eux.

Ce qui permit au FLN, le plus sérieusement du monde, de démontrer son objectivité dans le jugement de ces "criminels de guerre".

A Alger c’est l’horreur ! La rage évolue vers la haine. Nous réclamons justice.

Nous réclamons vengeance.
Alger explose !
Alger se jette dans la rue, en masse, et demande que l’on venge nos trois soldats assassinés !
Alger veut mettre à bas un gouvernement qui passe son temps à baisser culotte devant les terroristes de l’anti-France.

Et le voici ! Il est là ! Il est arrivé ce fameux 13 mai 1958 ! Avec son enthousiasme, son délire, sa connerie !

J’y participe bien évidemment.
Je pénètre avec les émeutiers dans les locaux du Gouvernement Général d’Algérie, le fameux GG.
En accord avec mon camarade Ortiz , j’essaye de limiter la casse : "Occupez les lieux ! Mais ne détruisez rien !"

Je balance quelques claques, quelques marrons. Puis, dépassé par les événements, je laisse faire. La foule est décérébrée. Ca gueule, ça chante les Africains et la Marseillaise. Et ça continue de casser.

Je remarque tout à coup le général Allard en personne. Le commandant du Corps d’ Armée d’Alger.

Il observe la manifestation, immobile dans l’angle d’un escalier. D’un calme hautain, sceptique, mais pas hostile.
Je n’hésite pas à l’interpeler avec correction. Le chahut est
tel que je suis obligé de hurler pour lui dire : "Mon général, l’armée doit mettre à la porte tous les fossoyeurs de l’Algérie française !"

En toute sincérité, ce jour-là, le 13 mai 1958, j’ai l’impression d’avoir formulé quelque chose qui ressemble à une imprécation digne d’un CATON ! Aujourd’hui quand il m’arrive d’évoquer le souvenir de cette phrase, j’éclate de rire devant ma naïveté, mon idiotie. J’aurais dû crier :
"Mon général, prenez le pouvoir, fusillez tous les traîtres et assassins présents en Algérie. Menacez le FLN d’un massacre. Faites baisser culotte à Bourguiba pour l’assassinat de nos soldats ! Faites la révolution  !"

Mais le général Allard se situait à des années-lumière de ces considérations martiales et révolutionnaires. Il me répond d’un ton pondéré et courtois :

"Mon cher monsieur, si nous faisons tuer nos garçons en Algérie, c’est bien pour la garder. Mais, dites-moi, avez-vous une idée de l’origine de cette journée que nous sommes en train de vivre ? Qui se situe derrière tout ça ? C’est trop beau pour être vrai." !!!!!!!!!!!!!!!!!

Quelques heures plus tard on entend le général Massu. Celui-ci, qui n’était au courant de rien EN THEORIE, s’adresse à la foule depuis le balcon du GG :

"Nous n’accepterons jamais les décisions d’un gouvernement d’abandon... Nous supplions le général De Gaulle de faire entendre sa voix."
Intevient à son tour le général en chef, Raoul Salan :

"Vive l’Algérie française !"

Et, parce que Léon Delbecque le lui souffle, il ajoute :

"Vive De Gaulle !!!!"++++

La nuit est en train de tomber sur le forum d’Alger. Mon vieux camarade Sigüenza est à mes côtés. Je l’entends dire :"Nous sommes lésés... avec un B majuscule."

Les gaullistes qui sont présents, ignorent évidemment les intentions du général De Gaulle.

Quelques jours plus tard Soustelle arrive. Il veut imposer le gaullisme en Algérie.

Inconscience ? Crime ? Pourquoi s’interroger ? Parce que Soustelle est parfaitement informé des projets véritables du général De Gaulle.

Mon camarade et frère d’armes Serge Jourdes m’a rappelé quelque chose, il y a quelques années :

"Quelques heures avant l’arrivée de son mari, madame Soustelle converse avec monsieur Weckel, le grand patron de l’EGA, pour lui déclarer que si les Algérois étaient informés de la teneur des propos confiés par le général De Gaulle à Soustelle sur le sort de l’Algérie, ils lui réserveraient certainement un autre accueil."

L’opération est déclenchée.

De Gaulle entreprend l’assassinat de l’Algérie française aux cris de :
"Je vous ai compris... Des Français à part entière... Vive l’Algérie française..."

Quand on évoque le 13 mai 1958 il faut éviter les termes de "promesses bafouées", de "parjure".

C’est uniquement pour se débarrasser de l’Algérie française qu’il vient de prendre le pouvoir. Mais pour conduire sa mission à bonne fil il lui faut encore manoeuvrer.

Ces cris d’encouragement étaient les seuls qu’il pouvait pousser, compte tenu de l’ambiance locale et de l’état d’esprit national.

Bourguiba, le FLN et lui- même ont réussi cependant à contrôler le torrent Algérie française pour le transformer en rivière rampante et soumise.
A Paris, dans un bureau feutré de la DST, existe un dossier.
Bourré de dynamite.

C’est le dossier de la collusion De Gaulle-FLN établie depuis 1956.

Le dossier des contacts secrets que le général De Gaulle entretient avec les rebelles depuis cette date.

Le dossier de la conjuration contre la France.

Des influences extrêmement lourdes ont interdit que l’on sorte l’affaire sur le plan juridique.

Pour ces fonctionnaires, il est parfaitement établi que l’avènement de De Gaulle sera le résultat d’une manoeuvre montée par le FLN avec l’appui de Bourguiba.

Manoeuvre payée tout d’abord par la mort des quatorze soldats français massacrés dans l’embuscade du 11 janvier 1958.

Massacre complété trois mois plus tard par l’assassinat de Richomme, Decourtreix et Feuillebois, exécutés le 30 avril 1958.

Ont participé à cette conjuration contre la France des personnalités en renom, Gaston Palewski, ambassadeur de France au Vatican et Olivier Guichard.

Le grand patron de la DST n’y tient plus.
Il veut intervenir et faire échouer la conjuration. Il dispose de relations privilégiées dans les milieux des services secrets français.

Il fait expédier à Alger deux officiers parachutistes, anciens SAS auprès du général Massu.

Ils l’informent des intentions réelles de De Gaulle. Ils lui proposent une procédure... de neutralisation définitive...

Tout cela m’a été confié en 1974, dans une maison d’Argenteuil, par le commandant Botella, ancien combattant SAS lui-même et ancien compagnon d’armes des deux émissaires envoyés auprès de Massu.

Celui-ci ne veut rien entendre.

C’est en toute connaissance de cause qu’il s’est soumis à De Gaulle. Il joua lui aussi la comédie de l’Algérie française.

Avant d’être l’élu des Français, De Gaulle fut l’élu du FLN.

C’est le FLN qui le propulsa au pouvoir, grâce à l’assassinat des trois soldats français le 30 avril 1958.

Voilà la signification réelle du 13 mai 1958.

Docteur Jean-Claude PEREZ

Navigation