Un témoignage incroyable à propos de Mohamed Merah

, par  Vendger , popularité : 93%

Je vous invite à lire ce témoignage incroyable de quelqu’un qui connaissait bien le tueur ... et qui s’était déjà efforcé de le mettre au tribunal, en vain d’ailleurs ...

Toute cette affaire n’aurait-elle pas pu être évitée si l’homme avait été arrêté plus tôt ? Remarquez qu’il y avait pourtant de quoi le mettre au tribunal ... violence contre des mineurs, menaces de morts etc.

Extrait du Télégramme :

"Je suis sidérée. Il a fallu que tous ces gens soient tués pour que Mohamed Merah soit enfin arrêté. C’est un énorme gâchis...". Selon cette mère de famille qui réside dans l’ancien quartier où vivait l’auteur présumé des tueries de Montauban et Toulouse, "la police savait tout de la dangerosité de cet individu et de sa radicalité". "J’ai porté plainte contre Mohamed Merah deux fois et j’ai relancé à de très nombreuses reprises. En vain."

Une petite partie des faits qu’elle évoque ont été révélés dans la journée par de nombreux médias, sur la base du témoignage d’une femme, Malika. Celle-ci rapportait un incident datant de 2010 où Mohamed Merah, menaçant, était apparu dans le quartier des Izards, en treillis sombre, encagoulé, un sabre à la main et criant "Allah Aqbar". "C’est nous qu’il menaçait ce jour là, révèle notre témoin anonyme, que nous appellerons Aïcha. Et c’est aussi ce jour là qu’il a agressé mes enfants."

"Il a forcé mon fils à regarder d’insoutenables videos"

La veille, le fils d’Aïcha, alors âgé de 15 ans, est apostrophé par Mohamed Merah. "Il est monté dans sa voiture. Il lui a fait écouter un CD de chants, en lui faisant croire que c’était le Coran." Les chants sont en fait des appels à partir au combat. "Il a conduit mon fils à son domicile, là où il est encore retranché. Dans son appartement, il y avait un immense Coran dans son salon et plusieurs grands sabres accrochés au mur. Il en a décroché un, puis lui a imposé de regarder des vidéos d’Al Qaïda." Les scènes sont "insoutenables". Des femmes exécutées d’une balle dans la tête, et des hommes égorgés. "Mon fils m’a appelé. On a finalement pu le récupérer. Il est resté enfermé là bas de 17h à minuit...".

"Un moudjahidin"

Aïcha porte plainte, ce qui provoque la colère de Mohamed Merah. "Il est venu devant chez nous. Il m’a menacée et frappée. Il disait que j’étais athée et que je devrais payer comme tous les Français. Il n’arrêtait pas de répéter qu’il était un moudjahidin et qu’il mourrait en martyr, qu’il effacerait de la Terre tous ceux qui tuaient des Musulmans... Il disait aussi que lui et ses amis viendraient prendre mon fils et qu’il ne me resterait plus que mes yeux pour pleurer". Le surlendemain, Mohamed Merah s’en serait pris à son fils : "Pourquoi t’as tout raconté à ta mère ?". "Il l’a frappé, reprend celle-ci, et ma fille est intervenue. Il l’a rouée de coups. Il y avait beaucoup de monde, mais personne n’a bougé".

De ces scènes de violence (elle évoque aussi un flash-ball avec lequel il aurait menacé son neveu), Aïcha a "tout gardé" : "la robe de sa fille tâchée de sang et déchirée, le dépôt de plainte, les courriers de relance, des photos et les certificats médicaux..."

Une plainte "très circonstanciée" déposée en juin 2010

L’avocat d’Aïcha, Me Mouton, confirme qu’une "plainte très circonstanciée" a bien été déposée. "Le 25 juin 2010", complète Aïcha. "J’ai relancé à de nombreuses reprises. On ne m’a jamais dit quelle suite avait été donnée", poursuite la mère de famille. L’avocat, qui "répond de la sincérité de sa cliente", confirme encore : "La maman a été entendue, mais j’ignore si une enquête a été déclenchée et si, oui, quelle suite lui a été réservée."

Depuis qu’Aïcha a appris que l’auteur présumé des tueries de Montauban et Toulouse était Mohamed Merah, elle est "terrorisée". "Il nous a menacés de mort. Il m’a fait le signe de l’égorgement. J’essaie de protéger ma famille, mais j’ai peur." Elle reparle de Mohamed Merah. "Si vous le voyiez, vous lui offririez le café. Il semble doux comme un agneau et on lui donnerait le bon dieu sans confession... Il a un double visage. Il pouvait subitement changer de comportement. Il pouvait boire une bière et partir, deux minutes plus tard, en courant pour aller faire sa prière."

Lire la suite ...

Merci à Elise.

Je vous invite à lire ce témoignage incroyable de quelqu’un qui connaissait bien le tueur ... et qui s’était déjà efforcé de le mettre au tribunal, en vain d’ailleurs ...

Toute cette affaire n’aurait-elle pas pu être évitée si l’homme avait été arrêté plus tôt ? Remarquez qu’il y avait pourtant de quoi le mettre au tribunal ... violence contre des mineurs, menaces de morts etc.

Extrait du Télégramme :

"Je suis sidérée. Il a fallu que tous ces gens soient tués pour que Mohamed Merah soit enfin arrêté. C’est un énorme gâchis...". Selon cette mère de famille qui réside dans l’ancien quartier où vivait l’auteur présumé des tueries de Montauban et Toulouse, "la police savait tout de la dangerosité de cet individu et de sa radicalité". "J’ai porté plainte contre Mohamed Merah deux fois et j’ai relancé à de très nombreuses reprises. En vain."

Une petite partie des faits qu’elle évoque ont été révélés dans la journée par de nombreux médias, sur la base du témoignage d’une femme, Malika. Celle-ci rapportait un incident datant de 2010 où Mohamed Merah, menaçant, était apparu dans le quartier des Izards, en treillis sombre, encagoulé, un sabre à la main et criant "Allah Aqbar". "C’est nous qu’il menaçait ce jour là, révèle notre témoin anonyme, que nous appellerons Aïcha. Et c’est aussi ce jour là qu’il a agressé mes enfants."

"Il a forcé mon fils à regarder d’insoutenables videos"

La veille, le fils d’Aïcha, alors âgé de 15 ans, est apostrophé par Mohamed Merah. "Il est monté dans sa voiture. Il lui a fait écouter un CD de chants, en lui faisant croire que c’était le Coran." Les chants sont en fait des appels à partir au combat. "Il a conduit mon fils à son domicile, là où il est encore retranché. Dans son appartement, il y avait un immense Coran dans son salon et plusieurs grands sabres accrochés au mur. Il en a décroché un, puis lui a imposé de regarder des vidéos d’Al Qaïda." Les scènes sont "insoutenables". Des femmes exécutées d’une balle dans la tête, et des hommes égorgés. "Mon fils m’a appelé. On a finalement pu le récupérer. Il est resté enfermé là bas de 17h à minuit...".

"Un moudjahidin"

Aïcha porte plainte, ce qui provoque la colère de Mohamed Merah. "Il est venu devant chez nous. Il m’a menacée et frappée. Il disait que j’étais athée et que je devrais payer comme tous les Français. Il n’arrêtait pas de répéter qu’il était un moudjahidin et qu’il mourrait en martyr, qu’il effacerait de la Terre tous ceux qui tuaient des Musulmans... Il disait aussi que lui et ses amis viendraient prendre mon fils et qu’il ne me resterait plus que mes yeux pour pleurer". Le surlendemain, Mohamed Merah s’en serait pris à son fils : "Pourquoi t’as tout raconté à ta mère ?". "Il l’a frappé, reprend celle-ci, et ma fille est intervenue. Il l’a rouée de coups. Il y avait beaucoup de monde, mais personne n’a bougé".

De ces scènes de violence (elle évoque aussi un flash-ball avec lequel il aurait menacé son neveu), Aïcha a "tout gardé" : "la robe de sa fille tâchée de sang et déchirée, le dépôt de plainte, les courriers de relance, des photos et les certificats médicaux..."

Une plainte "très circonstanciée" déposée en juin 2010

L’avocat d’Aïcha, Me Mouton, confirme qu’une "plainte très circonstanciée" a bien été déposée. "Le 25 juin 2010", complète Aïcha. "J’ai relancé à de nombreuses reprises. On ne m’a jamais dit quelle suite avait été donnée", poursuite la mère de famille. L’avocat, qui "répond de la sincérité de sa cliente", confirme encore : "La maman a été entendue, mais j’ignore si une enquête a été déclenchée et si, oui, quelle suite lui a été réservée."

Depuis qu’Aïcha a appris que l’auteur présumé des tueries de Montauban et Toulouse était Mohamed Merah, elle est "terrorisée". "Il nous a menacés de mort. Il m’a fait le signe de l’égorgement. J’essaie de protéger ma famille, mais j’ai peur." Elle reparle de Mohamed Merah. "Si vous le voyiez, vous lui offririez le café. Il semble doux comme un agneau et on lui donnerait le bon dieu sans confession... Il a un double visage. Il pouvait subitement changer de comportement. Il pouvait boire une bière et partir, deux minutes plus tard, en courant pour aller faire sa prière."

Lire la suite ...

Voir en ligne : http://infos-meconnues.blogspot.com...

Navigation

Brèves Toutes les brèves

  • Messages en UNE

    Vive la rentrée !!
    Devenez "promoteur" d’une projection de "La Valise ou le cercueil" ! (...)