Structure d’action : qui peut être cotisant ou membre ?

, par  MORA , popularité : 5%

[!sommaire]

[(

Autres articles sur Justice

)]

Suite de l’approche de création d’un fonds d’intervention.

Parmi les questions qui reviennent, il y a les questions simples mais fondamentales :

- qui peut être COTISANT ou MEMBRE ?
- qui peut participer à l’étude des dossiers ?

En gros qui pourra faire quoi ?

__espaceur.png__

Faisons une distinction claire et pleine de sens :

Le FONDS sera sous la tutelle d’une Association de gestion.

Accéder à ce FONDS signifie d’abord être MEMBRE de cette association.

Donc quiconque pourra être membre de cette association.

Mais pour accéder au FONDS, il faudra être cotisant au FONDS, c’est à dire qu’il y aura un lien juridique clair entre le MEMBRE et l’ASSOCIATION de TUTELLE et un lien complémentaire, aussi très clair et particulier pour tout MEMBRE qui souhaite devenir COTISANT.

En gros le COTISANT a une convention avec l’association, d’un type particulier qui transfére à l’association, le droit de prélever sur le compte du COTISANT, les sommes convenues (5 euros par mois par exemple ou 15 par trimestre - selon les banques -) puis qui autorise l’association à gérer les fonds ainsi recueillis dans le cadre d’actions de type juridique avec une motivation de représentation.

Dans cette optique, 1 COTISANT = 1 droit de vote

Comment faire pour les associations, me direz-vous ?

Et bien c’est simple une association COTISANTE = aussi 1 vote.

Si par exemple, un président d’association est désigné (délégation de vote) pour voter pour plusieurs COTISANTS, c’est aussi très simple, sa voix en vaudra 5, 10, 100, c’est une question d’organisation entre COTISANTS !

Et surtout c’est très logique, cela donne un avantage aux gens qui sauront se regrouper et agir ensemble !

Et comme tout le monde peut s’exprimer, l’équité est au Rendez Vous !


Conclusion : Tout cotisant doit être MEMBRE de l’association de tutelle, 1 COTISANT (physique ou moral) = 1 VOTE !


Pour ceux qui grimacent déjà en lisant "délégation" ou "procuration", dites vous que c’est très simple à gérer. Chaque COTISANT aura en plus de son IDENTIFICATION NOM et mot de PASSE, un code "magique" qui permettra de l’identifier à coup sûr et un code "magique" DÉLÉGATION qui évitera toute manipulation. Ce n’est pas compliqué et vous le faites déjà tous les jours avec les codes que vous manipulez.

__espaceur.png__

Une autre question récurrente est :

- Qui va instruire les dossiers ?

Là aussi les réponses sont simples et logiques :

- 1 - des juristes seront consultés pour les questions juridiques,
- 2 - des "engagés" seront consultés pour les questions "politiques",
- 3 - toute personne représentative et missionnée pour le faire et qui sera prête à y consacrer le temps nécessaire.

Il est certain qu’il y aura dés le début un mode opératoire de défini. Ce mode opératoire évoluera avec la pratique.

Bien sûr toutes ces personnes devront être membre de l’Association de tutelle.

Il faut bien le dire aussi, les règles de participation seront claires et définies, car il n’est pas question d’avoir des intervenants "fantôme" !

__espaceur.png__

Voilà donc en quelques lignes, des éléments pour alimenter la réflexion !

Et la suite me direz-vous ?

C’est simple, la prochaine étape définira :

- quelles évolutions et quelles idées pourraient se greffer sur le concept initial ?

Ensuite, l’opération sera lancée. Et vous pourrez y participer !

Avec une pré-inscription : seul moyen d’accéder aux statuts.

Navigation

Brèves Toutes les brèves