Structure d’action : quelle évolution ?

, par  MORA , popularité : 21%

[!sommaire]

[(

Autres articles sur Justice

)]

Suite de l’approche de création d’un fonds d’intervention.

Parmi les questions et les interrogations liées au Projet, il en revient de très bon sens et de parfaite logique :

- un FONDS d"intervention pour le domaine juridique est une très bonne chose, mais nous n’allons pas passer notre vie à faire des procès ?
- à votre avis, pendant combien de temps faudrait-il ester et bretter avec nos ennemis et détracteurs ?
- et quid du FONDS s’il s’avère qu’il n’y a plus rien à faire ?

Nous adorons ce genre de questions, car cela signifie que le projet et son concept sont intégrés et bien compris !

__espaceur.png__

Nous n’avons pas de boule de cristal, ni de tarots révélateurs !

Il est par contre possible d’envisager plusieurs développements pour répondre à ces justes questions.


- un FONDS d"intervention pour le domaine juridique est une très bonne chose, mais nous n’allons pas passer notre vie à faire des procès ?

Hé non, en tous cas, nous l’espérons ! En fait, si le FONDS arrive à naitre et à agir, comme c’est envisagé, cela prouvera au moins deux choses :

  1. Nous sommes capables de monter quelque chose de pratique, opérationnel ET collectif ET national voire International !
  2. Qu’à la nécessaire protection de notre Communauté, nous pouvons opposer autre chose que des pétitions, lettres de protestation etc...


- à votre avis, pendant combien de temps faudrait-il ester et bretter avec nos ennemis et détracteurs ?

  • S’il est évident que nous devrons nous faire respecter en usant de voies de droit, au début la fréquence et la pertinence de nos actions doit être visible, remarquable et si possible, efficace.
  • Avec le temps il est probable que la "pression" retombe et que l’on puisse envisager soit d’autres développements, soit un système à vitesse réduite, soit la fin de cet axe.
  • le nombre de nos détracteurs est relativement faible, mais il est "bien placé" et appuyé par des intellectuels (c’est eux qui le disent) qui ont noyauté la Société française à différents niveaux et qui imposent leurs vues. Cette situation est en train d’évoluer d’une part, par le temps qui éjecte les plus virulents et idéologues et d’autre part, par une prise de conscience progressive, qui permet à de+ en + de gens de réfléchir et de percevoir la dimension du mensonge politique et sociologique dont nous sommes les cibles.

Bien que cela soit difficile à dire objectivement, nous pensons que si une à une les grandes questions sont abordées au plan juridique, on devrait "faire le tour de la question".

Quelles sont ces grandes questions ?

A nous de les formuler, mais je pense pas que nous ayons des difficultés à en trouver !


- et quid du FONDS s’il s’avère qu’il n’y a plus rien à faire ?

Tout en espérant que cette situation arrive vite, on peut aussi se poser la question de l’utilisation d’un fonds d’intervention !

De toutes façons, ce sont les COTISANTS qui ont autorité sur le FONDS et ce sera eux qui décideront ! Une AG réelle ou virtuelle pourra trancher.

Ceci dit, on peut imaginer, plusieurs développements qui restent dans les cartons "faute de moyens".

- Numérisation de livres ou de publications "papier" pour une meilleure connaissance de tous,
- Mise en place d’un projet d’expositions itinérantes avec leur accompagnement audiovisuel et bien entendu, les équipes de chercheurs qui vont avec.

  • La création de Bourses Universitaires pour favoriser les études fondamentales sur l’aventure Rapatriés !
  • Équipe structurée d’historiens sur ces questions,
  • etc....

Bref, il y a 1000 projets à financer et sans doute ; cette pérennisation pourra-t-elle recevoir d’autres soutiens ? Ceci ne peut être possible que si les Rapatriés/Repliés/Impatriés prouvent à tous qu’ils sont capables de travailler ensemble et de construire quelque chose !


Il y a beaucoup de groupes économiques qui voudraient nous aider ! Mais qui, comment et pourquoi ?

Bien sûr, c’est "aller vite en besogne" alors que le FONDS n’est même pas encore créé, mais avoir des perspectives et des projets signifie aussi espoir et énergie.

Et puis, comme on est poli, on répond aux questions ! B-)

Navigation

Brèves Toutes les brèves