[]

Monument du Quai branly

, par  Allezou...bIda, anonyme , popularité : 36%

Reçu par mail

Le Président de la Mission aux "Rapatriés" (MIR), direct sous le Premier ministre, a déclaré à un parterre de présidents du CLAN qui n’ont pas bronché et même lui ont fait des salamalecs que « jamais le monument n’accueillerait les fusillés et que jamais il ne serait déposé de gerbes pour ces derniers, mais que Gavoury y avait toute sa place ». Ceux-ci sont des victimes "innocentes" selon le discours officiel. Les fusillés n’étaient pas "innocents".

Bien sûr, on peut comprendre les familles du 26 mars, mais autour de nous tout est politique.

Aller se compromettre avec les ministres et élus qui promettent au moment des élections, c’est :

1.- Accepter de diviser les morts entre victimes « innocentes » et pas (les combattants OAS). Est-ce cela notre Histoire ? Je pense qu’ils seraient surpris, alors que si le Paradis existe, ce sont les meilleurs compagnons !

2.- Accepter de participer alors que les Morts du 5 juillet sont de nouveau bafoués, puisque l’Etat a fait appel de nos deux procès gagnés.

3.- Accepter d’être traités en sous Hommes sur les points 1 et 2. Car en quoi devons-nous, à la différence des autres communautés, nous voir imposer date (5 décembre), bout de monument sur un monument qui n’est pas fait pour nous, qui interdit les meilleurs d’entre nous, Pieds-Noirs ou Métros, qui nous oblige à commémorer à un monument et à une date (5 décembre) qui honore les victimes civiles "innocentes" que sont les barbouzes et certains porteurs de valises, au minimum moraux, en présence des héritiers du bourreau ?

Oui, même pour les familles, c’est payer bien cher !

Nous voulons un monument qui rassemble toute notre Histoire. Nos générations passées, nos Monuments aux Morts (plaques), nos victimes civiles de la guerre d’Algérie, le rappel collectif du sacrifice de jeunes soldats qui ont majoritairement fait leur Devoir, et les noms de ceux qui sont tombés pour que demeure l’Algérie française. Un Monument à nous, qui soit respecté par les Pouvoirs publics et protégé comme tous les lieux de Mémoire, financé par nous s’il le faut, et où nous honorerons nos Morts aux dates qui nous conviennent.

Le combat pour la Vérité et l’Honneur de notre Communauté que nous menons avec VERITAS et l’ADIMAD n’est pas facile, car beaucoup de nos compatriotes ne voient que le premier degré. Ce sont les mêmes qui ne voient pas qu’aller se presser aux pieds des élus du Sud parce qu’il « défendraient » la Mémoire de la France, y compris coloniale, au moment des élections et parce qu’ils ont un électorat PN, quand toute l’année ils se recommandent du bourreau et acceptent l’invasion de la France et la ruine et l’insécurité de leur enfants, si ce n’est pas la leur, les mêmes qui votent Sarkozy parce qu’il serait mieux au niveau des impôts. Et comme ils sont trompés ou guidés par d’autres idiots utiles ou des prébendiers, tous présidents d’associations qui font parfois du bon boulot sur d’autres plans … !

Oui ce n’est pas facile de montrer la voie. Mais une très grande majorité le comprend quand nous parvenons à lui parler.

Jean-Pierre Rondeau - Délégué VERITAS Paris / Ile de France

Navigation

Brèves Toutes les brèves

  • Démission du HCR

    Nous apprenons la démission du HCR de Madame Andrée Montéro.