[]

Croisade pour la Vérité sur la Croisette

, par  François PAZ , popularité : 32%

Le film algérien « Hors la loi » à Cannes !

Ils ont osé. Nous demandons vérité et justice.

Oui, ils vont dérouler le tapis rouge du Festival de Cannes pour accueillir en grande pompe le dernier film de Rachid Bouchareb « Hors la loi ».

Oui, ils vont oser malgré nos nombreux avertissements, nos interventions répétées depuis des mois auprès de tous les politiques concernés. Nous ne demandions pas que soit interdite la diffusion de ce film en France, mais nous considérons que la décision du Jury de sélection du Festival est une véritable provocation « à domicile ».

En effet, ce film algérien, réalisé par l’auteur d’« Indigènes » est avant tout un film de propagande politique pour le compte de ceux qui l’ont commandité et financé, un véritable complot contre la France, son histoire, sa présence et son oeuvre en Algérie. C’est une organisation cinématographique qui a profité de fonds publics français complétés par ceux d’un mécénat idéologique d’entrepreneurs dévoués à la cause. Il n’aurait jamais dû bénéficier du tremplin publicitaire et médiatique que va lui offrir une institution française, le Festival de Cannes, où il sera présenté quelques jours à peine après sa sortie officielle en Algérie.

Cette « machine à façonner l’opinion française » a commencé avec la réalisation du film « Indigènes », Un film « plein de bons sentiments » qui selon les naïfs de tous bords devait avoir des vertus pacificatrices après les émeutes de banlieue. Film historique, disait-on, mais qui oubliait au passage les quelques 170 000 soldats pieds noirs débarqués en Provence. Film palmé au Festival de Cannes 2006 et soutenu ensuite par un flot de publicité et de critiques élogieuses des médias et, cerise sur le gâteau, diffusé par DVD dans les établissements scolaires pour son message pédagogique ! ! !

Mais malgré ses lacunes, ses omissions et ses invraisemblances historiques, « Indigènes » n’était pas un film « anti- France ».

Pour le film « Hors la loi », c’est le même scénario qui se prépare pour faire maintenant accepter aux français les exigences de repentance du pouvoir algérien qui, à cette occasion et en toute liberté, falsifie l’histoire de la guerre d’Algérie et de la présence française jusqu’en 1962.
Car c’est bien l’acte officiel de repentance des « crimes du colonialisme » qu’exige le FLN algérien, et il est soutenu en France par tous les complices idéologiques, les inconsistants, les ignorants, des godillots de la majorité, tous adeptes de la repentance.

Depuis plus de 2 ans, les déclarations de nos ambassadeurs en Algérie, les voix de ministres et de parlementaires en mission dans ce pays, et même celle du Président de la République (discours de Constantine du 5 décembre 2007) orientent le « discours officiel français » vers les exigences du FLN qui a annoncé récemment toute une série de mesures d’intimidation sur ce sujet.

C’est pourquoi, en présence d’un tel dessein et tant de machiavélisme d’état les français, épris de justice et soucieux de vérité, doivent réagir avec force, pour contrer cette entreprise de désinformation et dénoncer les vrais « faussaires » de l’histoire et la mythologie mensongère qu’entretient le FLN au pouvoir en Algérie depuis 1962. Ce film, présenté de manière rassurante, lénifiante, comme étant la suite d’ « Indigènes », ne cherche qu’à salir et humilier la France.

Nous irons, sur la Croisette, raconter LA VRAIE SUITE d’ « INDIGENES », celle que nous connaissons, qui a été dès 1954 l’extermination systématique par les tueurs du FLN de tous les anciens combattants musulmans défenseurs et libérateurs de leur patrie la France, mais aussi la généralisation sur tout le territoire des attentats, des attaques contre les civils en ville et dans les campagnes et, dès le « cessez le feu » du 19 mars 1962, l’organisation du massacre de dizaines de milliers de Harkis et de leurs familles, en même temps qu’un acharnement d’assassinats et d’enlèvements pour des milliers de Pieds noirs.

Nous leur montrerons, preuve à l’appui, ce que les « Hors la loi » djihaddistes du FLN faisaient des décorations des « héros d’Indigènes » qu’ils venaient d’égorger : anciens combattants, gardes-champêtres et tous les français musulmans fidèles à la France.
Nous leur parlerons de toutes les victimes civiles de cette guerre d’Algérie, européennes et musulmanes, en rappelant les purges, les exterminations criminelles de villages entiers, liées aux conflits internes entre le FLN et le MNA.

Nous leur crierons notre indignation de voir les porteurs de valises et les déserteurs être glorifiés par le film et être élevés au rang de « Justes » pour avoir fourni des armes aux assassins de soldats français.

Avec les anciens combattants, nous leur dirons que l’armée française n’était pas une armée de tortionnaires seulement capables d’exterminer des populations algériennes innocentes, comme veut le faire croire le film : de nombreux officiers et sous officiers, des « Justes courageux », ont sauvé, malgré les ordres, plusieurs milliers de Harkis et leurs familles.

Oui, nous devons tous nous retrouver sur la Croisette dès le 12 mai et jusqu’au dernier jour peut-être, le 23, pour la remise des trophées. Nous devons nous organiser pour crier la vérité et la faire entendre devant les micros et les caméras de nombreux médias. Avec nos affiches, nos banderoles, nos slogans nous pouvons « pourrir » ce Festival pour dénoncer cette machination politique qui va se dérouler sous couvert d’un évènement culturel de renommée mondiale.

Oui, nous le dirons avec force, le Festival ne doit pas être un outil de propagande politique au profit du FLN.

Nous allons bien faire comprendre aux politiques que la repentance exigée par une clique de maffieux djihaddistes ne peut avoir aucune signification à nos yeux. Les dirigeants algériens ont hérité d’un pays riche, « clés en mains ». Ils essaient aujourd’hui de dissimuler leur bilan de faillite et de corruption en provoquant des situations de conflits mémoriels pour faire diversion, détourner l’attention des algériens confrontés aux dures réalités de leur quotidien et diviser encore tous les natifs de ce pays.

Les organisateurs et tous les « irresponsables » du Festival de Cannes ont été maintes fois prévenus. Veulent-ils relancer la guerre d’Algérie en France ? menacer la cohésion sociale et la paix civile ? raviver les blessures, les douleurs des drames vécus en donnant une tribune à ces moudjahidines qui n’ont offert, en 1962, aux Pieds-noirs et Harkis, que le choix de la valise ou du cercueil ?

A l’affiche prochainement à Cannes pendant le Festival :

CROISADE SUR LA CROISETTE

Ils ont osé
Communiqué suivant page 2

LE POMPIER PYROMANE…

Dans le communiqué que vous avez adressé à l’AFP depuis Los Angeles, vous appelez au calme après les passions déclenchées par votre film Hors la loi et, dans un souci d’apaisement, vous rappelez 2 choses : « Hors la loi est un film de fiction, une saga qui raconte l’histoire de 3 frères algériens depuis les années 30 jusqu’à l’indépendance de l’Algérie en 1962 et, en vous défendant de vouloir faire une œuvre d’historien, il vous paraît normal que certains puissent être en désaccord avec votre film ».

Désaccord est un bien faible mot pour exprimer ce qui nous oppose à la façon dont vous évoquez outrageusement les événements dramatiques du 8 mai 1945 à Sétif et tous ceux qui se sont déroulés en France et en Algérie jusqu’à l’indépendance en 1962.

Vous tentez à présent d’éteindre le feu que vous avez allumé avec l’interview accordée au journal El Watan le 21 juin 2009. Vous expliquez avec force détails « vouloir rétablir avec votre film une vérité historique jusque là confinée dans les coffres » (coffres français cela va de soi). Vous dites « on va tout déballer à travers ce film », vous annoncez que « ce long métrage de 2h30mn consacrera 25mn aux événements du 8 mai 1945 à Sétif et à Kerrata pour mettre la lumière sur une partie (pourquoi une partie ?) de ces événements sanglants et leur donner une dimension universelle » (sic). Vous oubliez effectivement les villages de Amouchas, Perégotville, Sillègue, La Fayette, Chevreuil…

Vous n’ignorez pas que l’insurrection du 8 mai est un djihad avec sa violence et son fanatisme. Partout on a entendu les cris "N’Katlou ennesara". Vous n’ignorez sûrement pas que cela veut dire « Tuons les Chrétiens . »

Ces déclarations nous avaient suffisamment mis en alerte pour que nous nous inquiétions du scénario car, déjà votre film Indigènes, du point de vue historique et réalité des faits, souffrait de grosses lacunes ou d’omissions volontaires. C’est pour cela que nous dénonçons, avec les historiens qui se sont attachés à en faire l’analyse, toutes les erreurs graves qui ont été relevées dans la relation et la présentation des faits contenus dans votre film Hors la loi.

On ne peut pas prétendre rétablir une vérité en prenant pour base des faits qui n’ont pas eu lieu ou en les déformant. Quand la vérité est à ce point falsifiée et détournée, il ne s’agit plus de liberté artistique mais de désinformation politique et/ou de propagande idéologique.

Nous nous posons la question de savoir pourquoi l’Algérie se fait représenter par « Hors la loi » alors qu’elle a interdit d’autres films traitant du même sujet, mais en contradiction avec l’histoire officielle de l’Algérie ?

Le Collectif Vérité Histoire Cannes 2010

Le pompier pyromane
Troisième communiqué page 3

Le Ministre Frédéric MITTERRAND se trompe et nous trompe.

Interrogé dimanche soir lors du « Grand Rendez-vous » Europe 1- « Le Parisien- Aujourd’hui en France », Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture, a estimé que le film Hors-la-loi de Rachid Bouchareb « remplit les critères esthétiques pour figurer à Cannes et n’est pas un film historique mais une fiction »

Il reprend ainsi les déclarations du réalisateur qui, dans un souci d’apaisement, rappelait par un communiqué qu’il avait adressé à l’AFP depuis Los Angeles, que «  Hors-la-loi était un film de fiction, une saga qui raconte l’histoire de trois frères algériens depuis les années 30 jusqu’à l’indépendance de l’Algérie.

Il n’ya pas de doute que devant la grande émotion et la mobilisation contre ce film, Rachid Bouchareb veut, en France, nous faire oublier ce qu’il avait déclaré en Algérie au journal EL Watan le 21 juin 2009 « rétablir avec son film une vérité historique jusque là confinée dans les coffres (français cela va de soi !) et tout déballer à travers ce long métrage de 2h30 où 25 minutes seraient consacrées aux événements du 8 mai 1945 à Sétif et Kerrata.

Alors on peut se poser la question : film qui rétablit la vérité historique, comme annoncé par le réalisateur en Algérie et pour les spectateurs algériens, ou film de fiction pour sa présentation au festival de Cannes par le jury de sélection et destiné à des spectateurs que l’on veut ménager voire conditionner. Les ficelles sont un peu grosses Monsieur le Ministre et, même si le trucage fait partie des recettes du cinéma, le sujet de ce film est trop grave pour tenter comme vous le faites d’abuser les français en agissant de la sorte.

Vous êtes le Ministre de tutelle de la création cinématographique et vous cautionnez toute une entreprise de désinformation et de manipulation de l’opinion française dont les conséquences seront gravissimes car nous pensons que vous vous rendez ainsi complices d’une supercherie que vous ne pouvez pas ignorer.

Vous savez, comme nous, pourquoi la projection officielle du film hors la loi qui était programmée en grande pompe le 8 mai dernier à Sétif, dans le pays qui le présente, a été annulée et reportée au 21 mai au soir. Vous n’ignorez pas non plus que la séquence consacrée aux événements de Sétif, initialement de 25 minutes, a été copieusement raccourcie dans le film présenté à Cannes.

Ce que nous voulons surtout vous dire Monsieur le Ministre, c’est qu’au nom de la liberté d’expression, de la création artistique et de l’esthétisme, on ne peut pas faire offense, discriminer, blesser en toute impunité. On ne peut pas laisser une photo s’exposer dans les locaux de la FNAC de Nice présentant un homme qui bafoue le drapeau français.

On ne peut pas non plus, au nom de la création artistique, laisser toute la communauté des Harkis et leur famille être traités de collabos dans le musée Picasso de Vallauris et, même si vous avez regretté que cette exposition ne soit pas accompagnée des explications nécessaires, le mot collabo est aussi discriminant pour nos frères harkis que les propos hélas malheureux d’un élu qui les a cependant toujours soutenus.

Enfin, Monsieur le Ministre, dans un film et au nom de la même création artistique, on ne peut pas laisser nos institutions républicaines, toute une population française et l’armée de notre pays être discriminées, salies, traitées de racistes, colonialistes insatiables, meurtriers organisés en milice, alors que les pauvres villageois européens que l’on désigne ainsi venaient d’assister au massacre des leurs, ceux qui n’avaient pas pu rejoindre les quelques familles harcelées qui s’étaient regroupées pour organiser leur auto-défense.

Honte à ceux qui cautionnent de telles falsifications de notre histoire, ils jouent les apprentis sorciers comme Rachid Bouchareb dans son rôle de pompier pyromane. Pour toutes ces raisons, nous exprimerons notre total désaccord en rendant un hommage digne et solennel aux nombreuses victimes oubliées dans le film Hors-la-loi. Nous serons le 21mai prochain, jour de la présentation du film, non pas au Palais du Festival, mais au monument aux morts de Cannes.

Le Collectif Vérité Histoire Cannes 2010

Le ministre Mittérand

Navigation

Brèves Toutes les brèves

  • Messages en UNE

    Vive la rentrée !!
    Devenez "promoteur" d’une projection de "La Valise ou le cercueil" ! (...)