[]

Cérémonie des cimetières regroupés de Guelma et Souk-Ahras

, popularité : 18%

[(

Autres articles sur Cimetières

)]

Cérémonie des inaugurations des stèles et monuments des cimetières regroupés de Guelma et Souk-Ahras

Lundi 26 Mai 2008 avaient lieu les cérémonies d’inauguration des cimetières du secteur de Guelma et Souk-Ahras.

Le cimetière de Guelma comme centre de regroupement a accueilli les cimetières de Oued Fragha et Roknia , le cimetière de Souk-Ahras ceux de Sedrata et Zarouria.

Les cérémonies étaient présidées par le consul Général de France Monsieur Gérald Martin accompagné par le père André ( ancien curé de Souk-Ahras) , de Monsieur Sabri Mel, Président de l’association In Mémoriam sous couvert du consulat général de France à Annaba

Assistaient également les représentants de l’ ASCA Algérie, de l’association Mémoire Bônoise en la personne de son président, Bernard Haddad, de l’association les Enfants de Thagaste en la personne de son président , Gilbert Quaranta-Greck, accompagné d’une invitée Marie-Thérèse Moyo (native de Souk-Ahras).


Le rendez vous avait été pris pour 8 heures du matin à Oued Fragha ( Oued Frarah) du côté de St Joseph.

Constat : Cimetière désert, aucune sépulture, seule une stèle blanchie à la chaux sur laquelle est posée une plaque de marbre avec les inscriptions suivantes :

Sur ce site se trouvait le cimetière chrétien communal

la translation des restes mortels des personnes

inhumées a été effectuée au cimetière de Guelma.

le 26 Mai 2008

Dépose d’une gerbe et une minute de recueillement.

Ensuite ce fut au tour du cimetière de Roknia prés de Hammam Meskoutine

Même constat que pour le précédent cimetière, vide, avec la même stèle et les mêmes inscriptions.

Dépose d’une gerbe et une minute de recueillement.

Le cortège sous escorte policière se rendit ensuite au cimetière de Guelma centre de regroupement.

Courte visite du cimetière, quelques dégradations constatées.

Même cérémonial avec trois gerbes de fleurs représentant les trois cimetières.

Recueillement et prières dites par l’abbé René.

La plaque :

Ici reposent les restes mortels des personnes

inhumées dans les cimetières de Oued Fragha et Roknia

Le 26 mai 2008

Une visite du cimetière juif de Guelma, non prévue au programme a eu lieu aussitôt après.

Nous arrivons sur les lieux par un chemin très étroit, devant nous quelques bâtisses construites.

de façon rudimentaire de chaque côtés du chemin, les aboiements des chiens sont très impressionnants, les maîtres sont obligés de les retenir pour ne pas qu’ils cassent leurs liens.

Accueillis par les occupants de ce petit groupe de maisons, nous sommes alertés par une dame qui nous invite à prendre garde en nous criant « Faites attention aux serpents ». Nous prenons cet avertissement très au sérieux car devant nous ce profil une scène incroyable : les tombes et caveaux sont recouverts d’une végétation dense et désordonnée, composée de ronces et d’épineux, herbes folles, arbustes etc. Nous apercevons quelques restes de sépultures par ci, par là. Les marbres ont été retirés sur la plupart des tombes, les chemins sont très accidentés, c’est un ramassis de détritus de toutes sortes qui nous empêche même d’avancer. Ce spectacle est apocalyptique et le consul Général ne cache pas son dégout et laisse éclater sa colère face à ce capharnaüm.

La réaction de Bernard Haddad est également très vive. Il laisse éclater sa colère en demandant comment il allait faire pour retrouver son père enterré dans ce cimetière.

Un homme se présente comme étant le gardien des lieux, il s’adresse au consul dans un Français sans accent d’un ton agressif , je cite « Monsieur je suis allé personnellement en France, j’ai rencontré des familles , et il site les noms. Je les ai mises au courant de la situation et de l’état du cimetière, personne n’est venu constater, ni même visiter le cimetière, tout le monde s’en fiche, que voulez vous que je fasse moi qui loge sur place mais qui ne touche aucun salaire Je ne peux pas tout faire gratuitement, la surveillance , l’entretien, les réparations etc. »

Le cortège accompagné du consul décide de prendre acte de cette situation et de continuer les visites non sans une certaine amertume et une grande colère intérieure.

Direction Sédrata où nous attend l’équipe municipal pour un déjeuner couleur locale.

Le cimetière de Sedrata est lui aussi vide, les restes mortels ont été déposés au cimetière de Souk-Ahras

Même rituel, Couronnes et recueillement

Zarouria est un petit cimetière, il est vide également, seules dans le fond contre le mur d’enceinte, une stèle blanche et la plaque de marbre avec les inscriptions suivantes :

Sur ce site se trouvait le cimetière chrétien communal

La translation des restes mortels des personnes

inhumées a été effectuée au cimetière de Souk-Ahras.

Le 26 Mai 2008

Souk-Ahras dernier cimetière visité. C’est avec beaucoup d’émotion que nous montons une à une les marches dans l’allée bordée de cyprès centenaires, les caveaux sont bien rangés côte à côte, le sol et les marches sont propres. Nos regards sont attirés par les ornements encore présents sur les tombes. Les croix sont intactes, les reliques également, quelques chapelets laissés par les familles avant de partir sont encore là. La procession se fait lente et silencieuse, nous pouvons lire dans les yeux de chacun l’étonnement et en même temps la satisfaction de l’état de conservation de ce cimetière.

Le père André fit un discours élogieux du fait de son appartenance autrefois à l’église de notre cité, plusieurs de ses amis sont là. Il nous dit que c’est lui même qui les a conduits dans leur dernière demeure.

La stèle a été construite devant l’entrée du caveau Méozi, caveau vidé de ses occupants par la famille en 1962.

Les restes mortels des deux cimetières ont été regroupés dans des caisses de petites tailles et entassés dans ce caveau sur toutes sa hauteur.

Sur la plaque ces inscriptions :

Ici reposent les restes mortels des personnes

inhumées dans les cimetières de Sedrata et Zarouria

le 26 mai 2008

La demande d’une visite du cimetière juif de la ville est faite par Bernard Haddad, demande refusée par le sous préfet à cause des travaux de construction du futur pont qui enjambera prochainement le réseau ferré à la hauteur du cimetière.

Les visites se terminent vers 18 heures avec l’assurance que des travaux de réhabilitation seront prochainement entrepris dans les deux cimetières.

Notre association, à travers son président, a été le témoin que ces inaugurations (pour ce qui concerne les cimetières de Guelma et de Souk-Ahras) elles se sont parfaitement déroulées, conformément aux accords passés entre la France et l’Algérie sur le programme de regroupement des cimetières en Algérie.

enfants.thagaste@neuf.fr

__espaceur.png__

Navigation

Brèves Toutes les brèves

  • Messages en UNE

    Vive la rentrée !! Devenez "promoteur" d’une projection de "La Valise ou le cercueil" ! (...)