l’Algérie est née le 14 octobre 1839

, par  Jean Claude THIODET , popularité : 90%

pour aller voir les deux premiers panneaux de la FNACA :[bleu] cliquez là

[/bleu]

Ce document exceptionnel a traversé les ages et les générations de ma famille depuis sa promulgation. Il est tout à fait probable que son premier détenteur fut mon quadri-aïeul, Edmond PELLISSIER DE REYNAUD, qui prit part à l’expédition de De BOURMOND en mai / juin 1830.

Pour arriver jusqu’à moi, il est passé entre les mains de sa fille, Thérèse, née à Alger le 15 janvier 1837, 10 rue de la Lyre, et qui , épousant le capitaine Jules GAND, est devenus la grand mère de mon père.

En effet, Claudius THIODET, né à PARIGNY commune du COTEAU sur ROANNE en 1865, nommé juge au tribunal de Grande Instance de MOSTAGANEM, a épousé Thérèse GAND, petite fille d’Edmond PELLISSIER DE REYNAUD, dont est né mon père, le 6 mai 1895.

Ce document a donc été transmis de génération en génération, a abouti dans les papiers de mon grand père Claudius THIODET, conseiller à la cour d’appel d’Alger, puis , mon père étant fils unique , dans les documents que ma mère a gardés précieusement, et m’a transmis à son décès en 1998.

J’ai donc édité dans "notrejournal.info" l’acte de naissance de l’Algérie.

La splendide calligraphie du fonctonnaire qui a écrit cette lettre du Ministre de la Guerre au Maréchal VALEE, premier gouverneur générale de l’Algérie étant devenue difficile à lire, de reproduction en reproduction, j’ai jugé utile de la transcrire d’une façon aussi lisible que possible.

Paris, le 14 octobre 1839

Monsieur le Maréchal, Jusqu’à ce jour, le territoire que nous occupons dans le nord de l’Afrique , a été désigné dans les communications officielles soit sous le nom de possession française dans le nord de l’Afrique ,soit sous celui d’ancienne régence d’Alger, soit enfin sous le nom d’Algérie.

Cette dernière dénomination, plus courte, plus simple et en même temps plus précise que toutes les autres m’a semblé devoir dorénavant prévaloir.

Elle se trouve d’ailleurs déjà consacrée par une application constante dans les documents distribués aux chambres législatives et dans plusieurs discours du trône.

Je vous invite en conséquences à prescrire les mesures nécessaires pour que les diverses autorités et généralement tous les agents qui ,à un titre quelconque , se rattachent aux services civiles ou militaires de notre colonie (illisible) dans leurs correspondances officielles et dans les actes ou certificats quelconques qu’ils peuvent être appelés à délivrer à substituer le mot Algérie aux dénominations précédemment en usage.

Recevez, Monsieur le Maréchal , l’assurance de la très haute considération.

Le Ministre, Secrétaire d’’Etat de la Guerre à

M. le Mal Valée , Gouverneur Général de
l’Algérie’’

« C’est la France qui « inventa » l’Algérie………. »
Lettre du Général Schneider, Ministre, Secrétaire d’Etat à la Guerre ;
En date du 14 octobre 1839, au maréchal Valée, gouverneur général,
Créant l’appellation d’Algérie.
—Archives historique de l’Armée

Navigation