Quand l’ignorance se dispute avec l’histoire ...

, par  MORA , popularité : 92%

Au hasard des alertes reçues (merci Google), j’ai trouvé çà sur le NET, dans le MONDE :

J’ai côtoyé plusieurs fils de rapatriés. S’ils évoquent avec émotion les souffrances de leurs parents qui ont dû fuir l’Algérie indépendante, pour eux, la page est tournée et ils sont avant tout des citoyens français. Peut-on imaginer cinquante ans passés à cultiver la rancoeur et raviver les cicatrices pour les léguer à ses enfants.

Je me suis plongé dans plusieurs sites trouvés sur Google (http://www.cerclealgerianiste.asso.fr ou bien http://babelouedstory.com).

Cinquante ans après, on s’y repaît toujours des mêmes discours victimaires. Quel âge ont-ils donc ? On imagine le fonctionnement de ces organisations. Pour retenir les adhérents on doit sans cesse justifier de son utilité en multipliant les revendications quitte à brasser du vent ou faire de la surenchère : cérémonies du souvenir, repas des anciens, valorisation des activités d’outre-mer pour la retraite, protestation pour des indemnités non versées, obtention d’une aide pour un adhérent victime d’un revers de fortune, campagne pour la construction d’un monument du souvenir, protestation contre la célébration des accords de paix le 19 mars 1962, revendication de l’inscription des morts de la rue d’Isly sur une stelle d’anciens combattants "morts pour la France" et quelle aubaine lorsqu’un réalisateur algérien ose présenter les thèses "indigènes" sous un jour favorable ! En gros, on exige toujours plus pour se clamer victimes d’une coupable indifférence dès lors qu’on lasse l’auditoire.

et aussi :

Les historiens ont depuis longtemps décrit la problématique coloniale. Un livre récent parmi d’autres : Guelma, 1945 de Jean-Pierre Peyroulou évoque ces enfants ou petits-enfants de ceux qui se sont installés en Algérie. Ils ont travaillé dur pour se faire une place au soleil. Non loin de là végètent les enfants ou petits-enfants de ceux qu’on a chassé pour installer les colons européens.

__espaceur.png__

Pour le moins que l’on puisse dire, on est là dans le cliché bob gaucho à son maximum.

Ce rédacteur n’a cependant pas tort sur toute la ligne ! Mais il a la zapette de l’Histoire un peu facile et sacrément rapide !

Et puis surtout il manque de références totalement !

J’inviterai cette personne à lire plusieurs documents (désolé il y a peu d’images !) :

- Tribus d’Algérie Paul Delavigne
- Tribus d’Algérie 1850
- Enseignement en Algérie 1830 1946
- LA SOCIETE CORANIQUE ET LA PROPRIETE

Et pour finir, je lui rappellerai que 1945, c’est juste la fin de la guerre et que l’ambiance sociale était assez particulière ....

Donc justifier des analyses d’aujourd’hui sur des faits du passé est une erreur intellectuelle grave ... mais bon en principe çà se soigne ! :-O

Voir en ligne : Hors-la-loi mémorielle

Navigation