Léo PALACIO nous a quitté

, par  MORA , popularité : 19%

Décès de Monsieur Léo PALACIO, administrateur de RECOURS FRANCE

Le RECOURS FRANCE et le monde rapatriés rendent hommage et s’inclinent respectueusement devant la mémoire de ce grand français.

Né à Oran (Algérie) le 12 avril 1913, études au Lycée Lamoricière à Oran puis supérieures à Paris.

Commence sa carrière de journaliste comme correspondant de guerre en Espagne. Blessé devant Madrid.

En 1939, mobilisé dans un régiment d’artillerie divisionnaire nord africain.

Entre dans le réseau de résistance nord africain Henri d’Astier de la Vigerie comme agent de renseignement et facilite le débarquement des alliées en AFN en novembre 1942.

Il s’engage aussitôt dans le Corp. Franc d’Afrique avec lequel il participe à la libération de Bizerte. Blessé, il rejoint en Tripolitaine le Général Leclerc. Est intégré à la 2ème DB.

Demande à partir comme correspondant de presse pour le journal de l’armée française et suit les opérations en Italie avant de rejoindre la Grande Bretagne pour le débarquement en Normandie.

Entre à Paris avec la 2ème DB et continue la guerre jusqu’à Berchtesgaden.

Démobilisé en 1945, il entre comme grand reporteur à « l’Echo d’Oran », puis en 1955, deviens correspondant du journal « Le Monde », d’Europe N°1, de la RTBF pour couvrir tous les événements d’Algérie.

Expulsé d’Oran le jour des accords d’Evian, il entre à la rédaction du « Monde » à Paris avant de devenir correspondant régional à Toulouse.

A sa retraite, il se consacre à la défense de ses compatriotes rapatriés d’AFN, en tant qu’administrateur de Recours France.

Léo Palacio était :
- Officier de la Légion d’Honneur
- Médaillé militaire
- Commandeur de l’Ordre National du Mérite à titre militaire
- Titulaire de la Croix de Guerre 39-45 avec palmes et étoiles
- De la Croix de la Valeur militaire avec étoiles
- De la Croix du Combattant volontaire de la Résistance

Ainsi que de nombreuses autres décorations dont la Silver Star

Historien et écrivain, Léo Palacio était l’auteur de nombreux ouvrages. Pour « la Maldonne espagnole », il a été récompensé par « l’Académie des Jeux Floraux ». La ville de Toulouse lui avait remis sa médaille d’Or et la ville de Fenouillet, sa médaille d’Honneur.

Il a rejoint ses camarades de combat de l’armée d’Afrique morts pour la France

Ses obsèques se dérouleront Jeudi 30 octobre 08
A 10 heures en l’Eglise de Fenouillet 31 Haute Garonne


Agrandir le plan

Navigation

Brèves Toutes les brèves