Entre les "Gouttes Fiscales"

, par  Jean Claude THIODET , popularité : 86%

Article reçu par Mail

Il n’y a bien que le ministre Éric Besson pour penser (en privé, souligne-t-on) son « étonnement » de voir ses ex-camarades socialistes attaquer bille en tête une idée aussi populaire que la taxe carbone. Populaire au sens probablement des ex-démocraties du même nom puisque les deux tiers des Français la rejettent. 73 % d’entre eux la jugent totalement inefficace pour diminuer la consommation d’énergie dans le pays (sondage de TNS Sofres/Logica pour Europe 1).
D’autant qu’« appliquer de façon progressive cette taxe, en partant du prix de la tonne sur le marché, soit 14 euros » comme le souhaite François Fillon, serait « inefficace aussi bien sur le plan écologique que sur le plan énergétique » d’après l’eurodéputé Europe Écologie Jean-Paul Besse, reçu jeudi soir à l’Élysée en compagnie de la secrétaire nationale des Verts, Cécile Duflo. L’ancien Premier ministre Alain Juppé s’est quant à lui déclaré favorable à cette taxe carbone, tout en rejetant toute idée d’impôt supplémentaire… oubliant au passage d’expliquer ce que pourrait bien être une taxe sinon un impôt.
Mais le gouvernement a pris soin d’annoncer cette « contribution climat-énergie » en plein mois d’août. La chaleur estivale a donc largement atténué l’effet désastreux d’un impôt supplémentaire dans l’opinion. En ce début septembre, c’est forcément du réchauffé, d’autant que Nicolas Sarkozy n’aurait encore « rien décidé », et que François Fillon s’est empressé d’assurer que les ménages devraient bénéficier en compensation « d’une diminution de la fiscalité sur le travail, soit par l’impôt sur le revenu, soit par une baisse des cotisations sociales. »
En France, c’est une vieille habitude : ce qu’on prend d’une main, on en redonne une partie de l’autre ; chaque Français se dit ainsi qu’il pourrait passer entre les gouttes fiscales et tant que c’est le voisin qui trinque, il n’y a jamais péril en la demeure.
Et toute cette cacophonie sur le coût réel et l’utilité ou non de la taxe carbone fait que la majorité des gens finit par ne plus rien y comprendre. Il est donc probable que ceux-ci s’en désintéressent rapidement… ce qui pourrait bien être finalement le but recherché par le gouvernement.

Robert RANDA

Pourquoi éditer cet article ? En fait, je ne comprends pas bien ce que représente cette manœuvre du gouvernement.

Va-t-on nous tondre encore plus ras ? Cette taxe a-t-elle des chances d’être efficace sans nous faire trop de bobo ? Man’arf !!

Navigation

Brèves Toutes les brèves

  • Messages en UNE

    Vive la rentrée !!
    Devenez "promoteur" d’une projection de "La Valise ou le cercueil" ! (...)