Conférence (résumé) : De la fureur de vivre au désespoir de vivre. Que peuvent les livres algérianistes ?

, popularité : 76%



Voici, comme promis, le résumé de la conférence donnée le 15 décembre 2011 par Evelyne Joyaux. Au slogan rebattu et passif "Indignez vous", la présidente du Cercle d’Aix préfère de loin, "Ne renoncez jamais".

1/Naissance de l’Algérianisme

« L’Algérianisme » a reçu son nom de Jean Pomier et Robert Randau, après la guerre de 1914/1918.

Il s’agissait d’une prise de conscience : « quelque chose de neuf » naissait en Algérie qu’il fallait nommer. Ils l’identifièrent comme une « philosophie de l’effort » ; « Philosophie de l’effort d’âme » précisait Jean Pomier.

Ces hommes partageaient avec d’autres une part d’espoir et une part de crainte devant l’avenir.

Ainsi, en 1920, le géographe-historien E-F Gautier disait son incompréhension devant l’attitude des Français de la Métropole qui avaient pris violemment parti contre les colons.

Or la fidélité des soldats d’origine indigène durant la guerre 1914-1918, qui ne connaissaient la France qu’à travers les Européens d’Algérie, témoignait pour lui d’une autre réalité. Cette réalité portait « un germe d’inconnu » affirmait-il, une promesse d’avenir.

L’Algérianisme trouva ses premiers repères chez Louis Bertrand : homme de lettres, diplômé de Normale-supérieure, qui avait été professeur à Aix-en-Provence. ....

Voir en ligne : http://congraix.over-blog.com/artic...

Navigation

Brèves Toutes les brèves

  • Démission du HCR

    Nous apprenons la démission du HCR de Madame Andrée Montéro.