TEST : Etes-vous français ? Notre Journal vous aide à savoir à quoi vous en tenir

, par  NEMO , popularité : 17%

[(Voir RÉSULTATS Résultats du Test : êtes-vous Français ?)]

Je suis certain que depuis que notre ministre de l’Identité Nationale et de l’intégration a lancé ce grand débat qui occupe tant les médias, vous vivez une période angoissante de grande remise en question : qui suis-je ? Où vais-je ? Dans quel étagère ? L’identité Nationale, c’est bien beau, mais si avant de me demander quel français je suis, on commençait par le commencement : est-ce que je suis vraiment français ?

NOTRE JOURNAL, vous le savez, fidèles lecteurs, n’a qu’un seul but : vous aider, dans tous les domaines. C’est pour vous exclusivement que nous avons donc demandé aux meilleurs experts mondiaux de l’Identité Nationale (il y en a plein les caves du CNRS qui ne savent pas à quoi occuper leurs journées et qui ont répondu avec reconnaissance à notre sollicitation) de concevoir un moyen simple, accessible aux petits comme aux grands, de répondre à la question qui vous mine, et dont dépendent vos futures allocs : êtes vous français, oui ou non, nom de Dieu ?

Après des journées de 24 heures d’effort, la mise en batterie de centaines d’ordinateurs, nos experts ont conçu ce test que je n’hésiterai pas à qualifier de Léonardin (comme Vinci), tant il est complet, facile, intemporel et pour résumer le tout d’un seul mot : génial.

Amis lecteurs de NOTRE JOURNAL, en exclusivité mondiale, LE TEST !

L’idée (géniale) des experts a été de s’appuyer sur un révélateur universel : le sport. Que vous soyez amateur de sport, sportif vous-même, ou au contraire réfractaire à l’idée même du moindre effort gratuit ne remet absolument pas en question l’infaillibilité garantie du résultat. Il vous suffira de lire attentivement le texte qui suit, et de choisir parmi les trois cas présentés, la proposition unique (parmi les 10, de A à J) qui vous correspond. Résultat la semaine prochaine.

TEST : ETES-VOUS FRANÇAIS ?

Contexte général : une équipe française, nationale ou de club, de quelque sport que ce soit, (sauf l’équipe de France de football qui est exclue du test, du moins tant qu’elle sera coachée par Raymond de Domenech, qui pourrait fausser le résultat).

Cas n°1 – … L’équipe française rencontre n’importe quelle autre équipe, de n’importe quel autre pays.

Vous êtes français de France, de souche, de couche, et de tout le tremblement - ça marche aussi pour les bretons, les alsaciens et même les Corses.

A : Vous êtes amateur de sport, vous supportez l’équipe Française.

A’ : Vous êtes amateur de sport, vous supportez l’équipe française, jusque et y compris l’équipe de France de Football (bien qu’elle soit exclue du test, ça compte si vous la supportez quand même)

B : Vous n’êtes pas amateur de sport, vous préférez quand même que ce soit l’équipe française qui gagne.

C : Vous vous en foutez, mais tant qu’à faire, vous n’irez pas jusqu’à encourager l’équipe adverse, sauf à la fin, et par dérision, si l’équipe française prend une pile.

D : Vous vous en foutez mais vous supportez l’équipe adverse, rien que pour embêter vos copains supporters, et parce que vous êtes de mauvaise humeur, cocu, gauchiste, con, ou les quatre à la fois.

Cas n° 2 - … L’équipe française rencontre une équipe qui représente le pays de vos origines.

Vous êtes français issu de la diversité, né en France ou ailleurs, de parents nés en France ou résidant depuis longtemps dans le pays.

E : vous souhaitez la victoire de l’équipe française, avec un petit pincement au cœur quand même. C’est plus fort que vous, il vous est impossible de traiter les joueurs adverses d’ « enculés », comme vous le faites d’habitude pour d’autres équipes.

F : vous souhaitez la victoire de l’équipe de votre pays d’origine. Mais vous n’irez pas jusqu’à traiter de « pédés » les joueurs de l’équipe française. Vous applaudirez les uns, sans siffler les autres. Et, en dehors de ce cas précis, vous êtes un inconditionnel de tout ce qui est français. On vous voit régulièrement au stade, drapeau bleu blanc rouge à la main et peint sur la figure.

Cas n°3 - … L’équipe française rencontre une équipe d’un pays dont votre religion est la religion d’Etat ou majoritaire (musulmans, juifs, shintoïstes, bouddhistes etc…), ou dont les habitants sont de votre « ethnie » (les experts demandent de préciser qu’ils ont retenu le mot « ethnie » par commodité, mais qu’ils ne veulent voir quant à eux entre les humains que des différences d’ordre culturel, religieux et social à l’exclusion de toute connotation de race).

Nous sommes bien d’accord que l’adversaire de l’équipe française n’est pas de votre pays d’origine, même très, très lointaine. Il est même possible que vous n’ayez jamais mis les pieds dans le pays en question, et que vous n’y connaissiez personne :

G : vous trouvez incongru, voire injurieux que l’on vous présente ce cas. Vous êtes français, vous supportez l’équipe française, point final. Vous estimez que Notre Journal ne s’honore pas en évoquant une hypothèse aussi imprégnée de relents racistes, anti sémites et xénophobes (je vous rappelle que ce n’est pas NOTRE JOURNAL, mais une équipe d’experts qui a conçu ce test. Vous comprendrez que NOTRE JOURNAL, pourtant réticent, ne pouvait pas escamoter ce cas, au risque de rendre le test parfaitement inutile.

H : c’est l’autre équipe que vous supportez, mais c’est parce que vous êtes de mauvaise humeur, cocu, gauchiste, con… et au fond vous vous fichez comme d’une guigne de tout ce fourbi.

J : vous souhaitez ardemment la victoire de l’autre équipe. Vous vous reconnaissez en elle. Les français sont vos adversaires. Vous allez jusqu’à brandir le drapeau de l’autre équipe, à vous installer avec ses supporters dans le stade, et, si votre religion vous le permet, à traiter les joueurs de l’équipe française d’ « enculés ».

Fin du test. Relisez attentivement ces trois cas et les 10 propositions qui les accompagnent. Je vous rappelle que vous ne pouvez choisir qu’une lettre.
Réponse la semaine prochaine…

N.B. Vous êtes impatient de savoir si vous êtes vraiment français au point de ne pas être certain de pouvoir attendre une semaine sans crise cardiaque ? Je vous offre un moyen malhonnête d’obtenir un passe droit : faites un don à NOTRE JOURNAL, en fonction de vos ressources, et non seulement vous recevrez en avant première la réponse, mais vous ferez une bonne action : NOTRE JOURNAL vient d’être en effet lourdement condamné pour une « faute » qui, s’il ne s’agissait pas d’un journal libre et dédié aux Pieds Noirs, n’aurait donné lieu qu’à une amende symbolique et au versement d’un euro du même nom. A croire que d’aucuns auraient préféré que les Pieds Noirs se noient au milieu de la Méditerranée, là où on aurait eu le moins de chances de retrouver leurs corps

Navigation

Brèves Toutes les brèves