[]

Pauvre cathédrale d’Oran

, par  anonyme , popularité : 8%

Jardins de la cathédrale Le Sacré Cœur : La honte des Oranais

Ce qui était un lieu de culte et de culture est devenu, au fil des ans, un endroit infréquentable tant la délinquance y a élu domicile.

Joyau de l’architecture contemporaine, la cathédrale Le Sacré Cœur, dont les travaux de construction ont débuté en 1903, avant d’être suspendus en 1913 pour des contraintes techniques et reprendre deux années plus tard pour s’achever finalement en 1928, est devenue malheureusement la honte des oranais.

Trônant majestueusememt au milieu de la place Jeanne d’Arc, en plein cœur de la ville d’Oran, cet ex-lieu de culte, inauguré en 1930 à l’occasion du centenaire de la colonisation française, a été transformé en bibliothèque régionale en 1984, puis en bibliothèque communale en 1996. Les jardins ceinturant cette prestigieuse architecture, représentant tout un pan de l’histoire de la région, se sont transformés, au fil des années et devant l’indifférence de tout un chacun, en un véritable lieu de prostitution et de délinquance. Des individus au louche acabit, des deux sexes, y ont même élu domicile en construisant des baraques. Les altercations opposant les intrus, des délinquants, des ivrognes et des prostituées, qui ont en fait leur lieu privilégié de rencontres et de beuveries, constituent désormais l’essentiel de l’ambiance pour les habitants demeurant aux alentours immédiats.

La rue Ali Boumendjel (ex-rue des Lois), longeant la façade est de la cathédrale et la médiathèque attenante, inaugurée en grande pompe par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika en juillet 1999, est devenue un véritable coupe-gorge. « J’ai condamné toutes mes fenêtres donnant sur la rue des Lois. C’est pour éviter à mes enfants d’assister à des actes contre-nature et d’être les spectateurs d’autres scènes vulgaires et ostentatoires qui se déroulent régulièrement chez ces individus créchant en face », a confié un père de famille. Trois crimes crapuleux y ont été perpétrés en l’espace de cinq ans et une longue série d’agressions avec violence qui ne cesse de s’allonger constituent le lugubre palmarès de cette ruelle, devenue, entre autres, un véritable urinoir à ciel ouvert.

En dépit de ce flagrant constat, qui suscite la consternation du visiteur et les multiples requêtes adressées aux autorités locales par les habitants et les commerçants de ladite rue et ses alentours immédiats, aucune action n’a été entreprise pour procéder à la réhabilitation de ce patrimoine historique. En dépit de sa restauration et de son réaménagement avec la construction de petits locaux commerciaux, la façade ouest de la cathédrale n’est pas mieux lotie. La ruelle transformée en allée abrite, le soir venu, des rencontres d’ivrognes et des SDF. Les gérants des établissements de commerce sont dans l’obligation, presque chaque matin, de déblayer les tessons de bouteilles d’alcool et autres cannettes de bière abandonnés après les beuveries nocturnes. Jadis fierté des oranais, la cathédrale Le Sacré Cœur a énormément perdu de sa valeur.

Un projet de restauration, à l’état embryonnaire, tarde toujours à voir le jour et ne semble pas encore être inscrit dans le calendrier des priorités de la ville.

[*C’est les effets négatifs de l’indépendance qui battent leur tambour pour toujours.

Qui a parlé dans les rangs des effets positifs de la colonisation ?*]

Navigation

Brèves Toutes les brèves

  • Messages en UNE

    Vive la rentrée !!
    Devenez "promoteur" d’une projection de "La Valise ou le cercueil" ! (...)