Les 23 et 24 mars 1962:Témoignage de J.F XXX Ce que l’on peut appeler "les prémices du 26 mars 1962)

, par  Jean Claude THIODET , popularité : 46%

[(

Autres articles & témoignages

)]

[(
L’auteur a demandé à rester anonyme pour des raisons familiales .)]

Le vendredi 23 Mars 1962, comme tous les matins depuis la mi-janvier, j’ accompagnais ma copine vers son lieu de travail situé avenue du 8 Novembre 1942, mais à hauteur de l’avenue de la Marne, nous avons été bloqués, et nous avons du rebrousser chemin.

Je l’ai raccompagnée chez elle rue Léon Roche, puis j’ai rejoint mon groupe vers la place Desaix.

Vers 9 heures 40, à hauteur de la Place Desaix, un camion de type GMC occupé par des militaires européens et musulmans, assis sur une banquette centrale (dos à dos) remontait la rue Vasco de Gama en direction de la rue Général Verneau. Le chauffeur, sans doute par erreur a pris la rue Gustave Mercier :

Cette rue à sens unique, avec des voitures garées sur le côté gauche de la rue, ne permettait aucune manœuvre.

Au bout de la rue Gustave Mercier, le chauffeur n’avait donc qu’une option : tourner à droite dans la rue Suffren.

Légende : en rouge, la progression du GMC des militaires depuis l’entrée de Bab el Oued

Le camion a ralenti et pris doucement ce virage à angle droit. Il était dans la rue Suffren au pied des escaliers donnant accès à la rue Mizon.

Un membre du commando fit signe au chauffeur de stopper.

Le chauffeur freina, une quinzaine d’homme pistolets au point surgirent.

"Vos armes !!" crie le chef du commando.

Les premiers militaires situés en tête du camion et à droite obtempèrent . . . Mais sur le coté gauche du camion, à l’avant dernière place, armé, d’un pistolet mitrailleur de type MAT 49, un militaire arabe arme son PM : il n’a pas le temps de tirer.

De tous côtes éclate alors la fusillade.

Des soldats tombent. J’ai su plus tard, qu’il y a eu cinq ou six morts et beaucoup de blessés. Le commando s’éclipse après avoir récupéré quelques armes. Mais pas toutes !!!!

[vert fonce]Cet épisode capital, qui marque le début de toute la suite de l’action militaire à l’intérieur du bouclage est terminé.[/vert fonce]

[vert fonce]Un autre épisode va commencer au cours duquel la population va souffrir des exactions des gendarmes mobiles et , bien qu’avec moins de brutalité, semble-t-il, des CRS.[/vert fonce]

Suite du récit de J.F.

Regagnant mon poste de garde sur les hauteur de Bab-el-oued , je suis pris sous le feu d’un fusil mitrailleur dans la rue Soleillet.

Les rues se vident très rapidement.

Je rejoins la cité des Eucalyptus et prends position sur le toit du bâtiment 2 de la cité pour protéger Bab-el-oued d’une attaque des arabes via le cimetière d’El-Kettar.

Nous sommes quatre sur ce toit ; Nous entendons le crépitement des armes automatiques.

Cependant, par ailleurs, le quartier est calme. Pas le moindre coup de feu.

Vers 13h 45, nous apercevons dans le fond du cimetière d’El-Kettar, une procession qui nous semble être un enterrement. Quand la procession est un peu plus visible, nous nous rendons compte qu’il s’agit de deux enterrements. Mais quelque chose nous semble bizarre : il n’y a aucune femme, aucun enfant, ni aucun homme âgé. Nous sommes sur nos gardes. Le cortège s’approche, il est à moins de 60 mètres de l’immeuble.

Les Arabes déposent les deux linceuls au bord de la colline.Les linceuls sont dirigés vers le centre de Bab-El-Oued. Les draps blancs recouvrant les cercueils sont brusquement enlevés.

A la place de morts, apparaissent deux fusils mitrailleurs avec trépieds.

Avant que les arabes ne puissent tirer sur le centre ville, nous ouvrons le feu avec nos pistolets mitrailleurs.

La fusillade dure environ 10 minutes.

Nous en avons sans doute tué une douzaine, avant qu’ils ne prennent la fuite laissant les deux fusils mitrailleurs bien en vue.

[vert fonce]Ce second épisode dont aucune mention n’est faite dans les autres témoignage, nous parait avoir une très grande importance. En effet, à moins que la mémoire de JF. soit défaillante, on voit entrer en scène des arabes, qui jusque là paraissaient être totalement étrangers aux évènements de Bab el Oued. Qui sont ces arabes ? Font ils partie du dispositif de lutte anti OAS du pouvoir, ou dépendent -ils de l’autorité FLN. Il faut en tous cas bien prendre en compte que la limite du bouclage passait exactement à raz du cimetière qui était donc, lui, hors bouclage, et donc totalement libre d’accès[/vert fonce]

Brusquement, nous nous retrouvons sous le feu d’arme automatique de type 12/7 et P.M.

Heureusement, le parapet qui borne la terrasse est en béton de plus de 25 centimes d’épaisseur et nous protège du feu des militaires français qui nous canardent depuis une position située juste en face du bâtiment 2.

Après les événements du matin, il est hors de question de répliquer. Nous restons tranquillement à l’abri pour l’instant.

Peu de temps après, nous subissons des tirs de canon de 37 qui font voler en éclats le mur des escaliers menant aux appartements. Tout autour de nous, les éclats de béton volent sous les tirs incessants des militaires et nous devons protéger nos visages des éclats qui volent de partout.

La situation se prolongeant, il nous est impossible de quitter la terrasse sans passer dans le champ de tir.

Nous pouvons voir les avions survoler les toits de Bab-El-Oued.

Nous attendons que les tirs se calment et avec le responsable nous faisons le point pour sortir de là.

Nous sommes quatre sur ce toit : je suis le plus jeune,

Il y a un jeune homme de 19 ans, dont je ne connais même pas le nom.

Je jette un coup d’œil vers le bas de l’immeuble : il y a un zouave avec une carabine automatique qui nous canarde. C’est lui qui sera le responsable de la mort de ce jeune de 19 ans.

Malgré les tirs incessants, jamais au grand jamais, nous n’avons tiré le moindre coup de feu contre les soldats.

Après une très longue attente, nous commençons notre marche vers les escaliers qui doivent nous mettre à l’abri. Je ferme la marche, avec juste devant moi le jeune homme de 19 ans. Sans cesse je lui demande surtout de ne pas se lever, car il serait la cible parfaite. Son tour arrive, il doit ramper vers les escaliers malgré le déluge de balles. Brusquement, je le vois se redresser, malgré mon hurlement et ma tentative désespérée pour le mettre à terre, il est debout, face au zouave !!. Il s’est sans doute vu mourir, car malgré les deux balles qui l’ont touché tirées par le zouave, il n’était pas mort.

Je m’approche de lui : il est blême, comme s’il avait eu une énorme peur.

Le responsable qui était déjà dans l’escalier, ouvre une brèche dans une partie du mur qui était en parpaings un peu plus à l’abri. Cela va nous permettre de tirer le blessé tout en restant allongés.

Après de très longues minutes, nous arrivons à le descendre dans les escaliers. Les pompiers sont déjà là sans doute avertis par quelques voisins.

Le jeune homme est toujours vivant.

[vert fonce]Note de l’auteur : Il est tout à fait probable que le jeune homme qui a été blessé sur la terrasse de l’immeuble 2 de la cité des Eucalyptus est celui que le jeune étudiant que j’avais placé dans la cité pour assurer un poste de secours a fait évacuer sur mes conseils (par téléphone ) à la clinique Durando, porteur d’une blessure crânienne par balle : Il fut évacué par les pompiers hors bouclage, à la clinique barbier Hugo, rue cardinal Verdier ou à l’hôpital de Mustapha dans la journée du lendemain.[/vert fonce]

Nous cachons nos armes sous le blessé avant qu’il ne parte. Je descends deux étages et je rentre chez moi. Mon appartement était juste en face de la position occupée par le zouave, dans le champ de tir des gendarmes.

Mes volets sont grands ouverts. Je suis sous la menace des militaires qui ouvrent le feu en me voyant dans l’entrée du couloir face aux fenêtres.

Je rampe jusqu’au mur sous les fenêtres, abrité par le mur en béton et avec un balai, je ferme les volets sous un feu nourri de 12/7.

Le lustre de ma salle à manger vole en éclat sous les tirs du canon de 37.

Le mur est un véritable gruyère.

Une fois les volets fermés les tirs se calment. Il est presque 19 heures. J’allume la télévision pour avoir des informations sur les événements de la journée.

[vert fonce]Le samedi 24 la rafle commence dans Bab el Oued[/vert fonce]

Le lendemain, les marques des impacts sur le mur et l’état de dégradation de mon appartement, me signaleront aux gendarmes mobiles qui me réserveront un petit traitement spécial. (Claques, bousculade et coup de pied dans cul)

Nous embarquons dans des camions, nous roulons pendant plusieurs heures. Nous arrivons dans un camps gardé par des militaires arabes et entouré de barbelés. Nous serons libérés une semaine plus tard, un samedi à 6 heures du matin, près de l’avenue Malakoff.

Quelques jours après ma libération, Nous avons déménagé, car il ne restait pas grand-chose des baies vitrées et les murs ressemblaient à un gruyère.

Je crois que le jeune homme est mort plus tard, mais je ne peux l’affirmer car les événements se sont brusquement enchaînés et j’ai quitté rapidement la cité des Eucalyptus.

Pour expliquer ma connaissance des rues, je prenais toujours le même chemin pour aller de la rue Léon Roche à la cité des Eucalyptus où j’avais aménagé mi-janvier 62, car mise à part les trois horloges, je ne connaissais pas Bab-el-oued.

[(Questions - réponses)]

J’ai demandé à JF s’il faisait partie des commandos delta de Degueldre ou des alpha de Achard : cela est important dès qu’on sait que l’ORO dont dépendait Degueldre avait donné comme consigne formelle que les commandos ne soient pas armés et se contentent d’aborder les patrouilles militaires "pacifiquement " en leur demandant tout simplement de leur donner leurs armes. Cala ne semble pas correspondre du tout avec ce que raconte JF.

Voici sa réponse.

Jean-Claude bonjour,

Je ne peux pas répondre à ta question, car je n’ai pas la réponse.

A cette époque, je ne savais pas qu’il existait plusieurs groupes.
Je dépendait d’un responsable, déserteur parachutiste, que nous rencontrions une fois par semaine,dans un appartement au premier étage dans la rue des moulins,

Je me souviens qu’il y avait une cité en face !!!

C’est lui qui m’a donné les armes que je conservais chez moi.
Notre rôle était la sécurité de Bab-el-oued, contre une attaque des arabes.

Ce matin là, on avait rendez-vous rue Suffren, à l’angle de la rue Vasco de Gama : c’est par le plus grand des hasards, que j’ai assisté à cette attaque, j’étais aux premières loges.

Quand au responsable qui était sur le toit avec moi, c’est lui qui est venu me contacter un soir chez ma mère, quelques temps avant ce triste jour, mais je ne le connaissais pas.

Je pense qu’il habitait dans la cité, mais je ne connaissais pas grand monde.

Jean-François

[*Note de l’auteur : depuis la publication de cet article des messages nous sont parvenus apportant des précisions et corrigeant quelques erreurs concernant plus particulièrement le lieu exact où se sont déroulés les faits . Cela va nous amener à apporter des modification à notre texte ainsi qu’à son imagerie. Tous les témoignages seront les bienvenus afin de nous permettre de cerner au mieux la vérité sur ce qui s’est passé à Bab el Oued le 23 mars 1962, à 9h45, et particulièrement dans la zone : Av. Général Verneau (alias avenue du frais vallon) rue Suffren, rue Vasco de Gama, place Desaix) Merci à tous.
*]

[(

Autres articles & témoignages

)]

Navigation