[]

Frantz Fanon : sa vie, son oeuvre

, par  Allezou...bIda , popularité : 21%

Ayant émis l’éventualité de faire décortiquer le contenu idéologique de l’œuvre de Frantz Fanon, je fus interpellée par un "ami virtuel" qui me conseilla de m’y atteler.

N’étant pas critique littéraire, ni politologue je fus tentée de ne pas relever le défi et puis finalement l’idée me vint d’explorer ce qui avait été dit ou écrit sur cet auteur dont le cinquantenaire de la mort tombe cette année et qui aura l’honneur de figurer parmi les personnes faisant l’objet d’une commémoration en 2011

Période française

Frantz Fanon, né à Fort-de-France en Martinique, est le cinquième enfant d’une famille mulâtre comptant huit personnes. Il reçoit son éducation au Lycée Victor-Schoelcher de Fort-de-France où Aimé Césaire enseigne à l’époque.

En 1943, il rejoint les Forces françaises libres puis s’engage dans l’armée régulière après le ralliement des Antilles françaises au général de Gaulle. Combattant avec l’armée française du général De Lattre de Tassigny, il est blessé dans les Vosges. Parti se battre pour un idéal, il est confronté à « la discrimination ethnique, à des nationalismes au petit pied »[1]. Après son retour en Martinique, où il passe le baccalauréat, il revient en France métropolitaine et poursuit ensuite des études en médecine, tout en suivant des leçons de philosophie et de psychologie à l’Université de Lyon, notamment celles de Maurice Merleau-Ponty.

De son expérience de noir minoritaire au sein de la société française, il rédige Peau noire, masques blancs, livre mal perçu à sa publication en 1952.

Période algérienne

En 1953, il devient médecin-chef d’une division de l’hôpital psychiatrique de Blida-Joinville en Algérie et y introduit des méthodes modernes de « sociothérapie » ou « psychothérapie institutionnelle », qu’il adapte à la culture des patients musulmans algériens ; ce travail sera explicité dans la thèse de son élève Jacques Azoulay. Il entreprend ensuite, avec ses internes, une exploration des mythes et rites traditionnels de la culture algérienne. Sa volonté de désaliénation et décolonisation du milieu psychiatrique algérien lui vaut l’hostilité d’une partie de ses collègues[réf. nécessaire].

Dès le début de la guerre d’Algérie, en 1954, il s’engage auprès de la résistance nationaliste et noue des contacts avec certains officiers de l’Armée de libération nationale ainsi qu’avec la direction politique du FLN, Abane Ramdane et Benyoucef Benkhedda en particulier. Il remet au gouverneur Robert Lacoste sa démission de médecin-chef de l’hôpital de Blida-Joinville en novembre 1956 puis est expulsé d’Algérie en janvier 1957.

Il rejoint le FLN à Tunis, où il collabore à l’organe central de presse du FLN, El Moudjahid. En 1959, il fait partie de la délégation algérienne au congrès panafricain d’Accra ; il publie la même année L’An V de la révolution algérienne publié par François Maspero. En mars 1960, il est nommé ambassadeur du Gouvernement provisoire de la République algérienne au Ghana. Il échappe durant cette période à plusieurs attentats au Maroc et en Italie.

Se sachant atteint d’une leucémie, il se retire à Washington pour écrire son dernier ouvrage Les Damnés de la Terre. Il décède le 6 décembre 1961 à l’âge de 36 ans, quelques mois avant l’indépendance algérienne ; sa dépouille est inhumée au cimetière des « Chouhadas » (cimetière des martyrs de la guerre) près de la frontière algéro-tunisienne, dans la commune d’Aïn Kerma (wilaya d’El-Tarf).

Il laisse derrière lui son épouse, Marie-Josèphe Dublé, dite Josie (décédée le 13 juillet 1989 et inhumée au cimetière d’El Kettar au cœur d’Alger), et deux enfants : Olivier né en 1955 et Mireille qui épousera Bernard Mendès-France (fils de Pierre Mendès France).

En hommage à son travail en psychiatrie et à son sacrifice pour la cause algérienne, l’hôpital de Blida-Joinville où il a travaillé porte désormais son nom.

Œuvre littéraire

Frantz Fanon est devenu un maître à penser pour de nombreux intellectuels du tiers-monde. Son livre le plus connu est Les Damnés de la terre, manifeste pour la lutte anticoloniale et l’émancipation du tiers-monde. Cet ouvrage et, peut-être plus encore, la préface écrite par Jean-Paul Sartre, ont été perçus rétrospectivement comme fondateurs de la critique tiers-mondiste[2] Il a inspiré des mouvements de libération en Afrique ou encore le Black Panther Party aux États-Unis.

Aujourd’hui encore, Frantz Fanon est revisité par de nombreux auteurs ; le courant des critiques post-coloniales a notamment initié une relecture de l’auteur martiniquais. Edward Saïd, dans Culture et impérialisme, a très souvent repris les écrits de Fanon. D’autres auteurs contemporains se sont intéressés à son œuvre, comme Stuart Hall, Homi Bhabha et Judith Butler, et en particulier à Peau noire, masques blancs. Des représentants de la scène dite du "rap de fils d’immigrés" tels Casey ou La Rumeur, dont les textes sont centrés sur la dénonciation de la colonisation, font référence à Fanon et à son œuvre, parfois ouvertement comme dans le titre "Nature Morte" de La Rumeur.[3] On peut ainsi voir sur la pochette du street-cd Nord Sud Est Ouest du rappeur Ekoué une réédition du livre Les Damnés de la Terre.

Son livre Peau noire, masques blancs contient une critique de l’ouvrage Psychologie de la colonisation[4] d’Octave Mannoni. Frantz Fanon qui adopte une attitude d’observateur extérieur au système colonial n’admet pas l’analyse psychologique de Mannoni. En particulier l’élaboration du "complexe de Prospero" du colonisateur lui parait "non fondée"[5].

Claude Lanzmann dans son livre Le Lièvre de Patagonie raconte sur de nombreuses pages sa rencontre avec Fanon et comment celle ci a été la plus marquante de sa vie. C’est lui qui le présentera ensuite à Sartre.

(source wikipédia)

__espaceur.png__

Extrait du livre "Les damnés de la terre"

" La violence qui a présidé à l’arrangement du monde colonial, qui a rythmé inlassablement la destruction des formes sociales indigènes, démoli sans restrictions les systèmes de références de l’économie, les modes d’apparence, d’habillement, sera revendiquée et assumée par le colonisé au moment où, décidant d’être l’histoire en actes, la masse colonisée s’engouffrera dans les villes interdites. Faire sauter le monde colonial est désormais une image d’action très claire, très compréhensible et pouvant être reprise par chacun des individus constituant le peuple colonisé."

Ce livre a été préfacé par J.P. Sartre en ces termes :

« Car, en le premier temps de la révolte, il faut tuer : abattre un européen c’est faire d’une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé : restent un homme mort et un homme libre ; le survivant pour la première fois sent un sol national sous la plante de ses pieds. »

__espaceur.png__

Vous comprendrez pourquoi le retrait de L.F. Céline de la liste des personnalités à honorer alors que le nom de Frantz Fanon était maintenu a soulevé quelques protestations dont la mienne.

Si il y eut des salauds il y en eut à toutes les époques : tous devraient être déshonorés

Navigation