François Hollande choisit un repris de justice comme Premier Ministre

, par  Jean-Patrick Grumberg , popularité : 28%

Pendant sa campagne, Hollande a déclaré, en visant Juppé : « Je n’aurai pas autour de moi, à l’Elysée, de personnes jugées et condamnées »


Gouvernement Hollande : polémique autour des… by BFMTV

Le mensonge, c’est maintenant. Sans vergogne.

Le 19 décembre 1997, Jean-Marc Ayrault, qui était déjà président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, avait été condamné par le tribunal correctionnel de Nantes, en Loire-Atlantique, à six mois de prison avec sursis et 30.000 francs d’amende pour délit de favoritisme dans l’attribution d’un marché public.

Son avocat, Me Yvon Chotard, n’avait pas fait appel, jugeant la peine douce au regard de la gravité de la magouille.

Jean-Marc Ayrault était poursuivi pour octroi d’avantages injustifiés (favoritisme) à la Société nouvelle d’édition et de publication (SNEP), qui avait réalisé « Nantes Passion », le journal municipal de la ville, de 1989 au 1er janvier 1994. Son PDG, Daniel Nedzela, était alors considéré comme le financier du PS en Loire-Atlantique. La fabrication avait coûté environ 6 millions de francs par an et la SNEP conservait 45% des recettes publicitaires.

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

http://www.active-bits.nl/support/social-sharing-toolkit/ —>

Share via email

Voir en ligne : http://www.dreuz.info/2012/05/franc...

Navigation

Brèves Toutes les brèves