Europe : Malte, submergée par l’immigration clandestine !

, par  MORA , popularité : 99%

... vu sur le NET ...

Malte coule sous les vagues d’immigrés clandestins !

Avec pas moins de 18 000 immigrés clandestins et autres réfugiés accueillis dans les centres de rétention de l’archipel depuis 2002, il y a de quoi. Les autorités de La Valette ont été contraintes de prendre des mesures d’urgence qui, partout ailleurs, auraient soulevé un tollé général, comme la mise en place de camps en dur, financés en prélevant une partie des fonds destinés à la construction de logements sociaux, ou encore par la transformation de structures militaires en centres d’accueil pour les réfugiés et les clandestins qui continuent à débarquer.
Une aide financière est nécessaire pour renforcer les moyens de lutte...

Par ailleurs, le gouvernement maltais envisage de faire de nouveau appel à l’Union Européenne, pour obtenir une aide financière, de même qu’à l’Italie, puisque ce pays représente l’étape finale pour bon nombre de ces nouveaux « damnés de la terre », venant pour la plupart des côtes libyennes. Les fonds obtenus serviront ainsi à renforcer le système de surveillance côtière Transas Marine (huit sites de surveillance déjà en place, que Malte voudrait faire passer à douze) et à déployer de nouveaux moyens de lutte contre l’immigration clandestine.

Des moyens navals, avec les vedettes rapides australiennes Austal (quatre unités commandées) ou le patrouilleur de haute mer classe Diciotti, déjà en service, qui a été entièrement financé par l’Italie, aussi bien qu’aériens, avec le nouvel avion de surveillance maritime Hawker Beechcraft B-200 de toute récente acquisition, financé en partie par l’Union européenne et qui devrait entrer en service opérationnel en février 2011

 [1]

Voir en ligne : Europe : Malte, submergée par l’immigration clandestine !

[1Texte et photo extraits de l’article source

Navigation

Brèves Toutes les brèves

  • Messages en UNE

    Vive la rentrée !!
    Devenez "promoteur" d’une projection de "La Valise ou le cercueil" ! (...)