Réponses aux commentaires de M. Dandelot (FNACA/Chalon. 71)

, par  Jean Claude THIODET , popularité : 47%

A la lecture des commentaires de M. Michel Dandelot (FNACA/Chalon), ironisant de façon malsaine sur la cérémonie du 5 Décembre à St. Marcel, des A.C. de diverses associations ont été indignés par les propos agressifs et méprisants de ce responsable d’Anciens Combattants, propos qui n’honorent ni leur auteur ni ce qu’il est sensé représenter.

En ce qui me concerne, responsable local et départemental de « l’association vedette » habitué à des articles parfois pires de la part de responsables de l’Ass. à laquelle appartient Mr. Dandelot, et estimant que tout ce qui est excessif finit par être insignifiant, je n’ai ressenti que de la commisération pour ce pitoyable gribouillis d’un chroniqueur/correcteur ……en retraite heureusement, même si d’éventuels ennuis gastriques pourraient à la rigueur expliciter ces excès biliaires !

Outre que le nombre n’est pas un facteur avéré de la qualité, il apparaît totalement déraisonnable, indécent, de caricaturer une date officielle ( la seule ) d’hommage à des Morts pour la France, date qui n’est contestée que par moins de 20% des A.C./AFN. et bien souvent que par leurs responsables, et d’exprimer un tel mépris envers des A.C. venus se recueillir à la Mémoire de Morts pour la France.

Même en nombre restreint, ces A.C. sont sûrement tous aussi honorables que ce M. Dandelot et leur présence devant un monument aux Morts se doit d’ être respectée. M. Dandelot devrait réserver ses élucubrations fantaisistes et ses dénigrements obsolètes à un «  sottisier » adapté !

Que M. Dandelot se complaise dans sa prose insipide comme un poisson dans de l’eau, passons, les propos discriminatoires frisant l’insulte par des comparaisons inappropriées et tendancieuses ne sont-ils pas le palliatif au manque d’arguments et/ou de talent ? Laissons ces procédés minables à ceux auxquels ils sont assortis !

Contentons nous, nous, d’informer nos concitoyens, ( souvent perplexes ), sur le pourquoi de notre non participation aux cérémonies du 19 mars, en respectant l’Histoire et la réalité de terrain.

Bien que n’ayant jamais lancé d’ordre autoritaire d’interdiction de participer au 19 mars, nous ne sommes pas favorables à l’officialisation de cette date, d’abord parce que la présentation qui en est faite " 19 mars, cessez le feu ayant mis fin officiellement à la guerre d’Algérie" ne correspond absolument pas à la réalité.

1) Tous les A.C. qui ont participé à ce conflit, et même bien au delà, savent pertinemment qu’il n’y a jamais eu de cessez le feu effectif sur le terrain, les chefs de guerre du FLN, les véritables patrons, s’étant déclarés antérieurement hostiles à tous accords, d’ailleurs aucune des clauses contenues dans les soit disant accords d’Evian n’a été respectée, avec les conséquences connues.

Oubli de M. Dandelot ?

2) Concernant la fin officielle de la guerre d’Algérie, la date en a été fixée au 2 juillet 1962, ( coïncidant avec l’indépendance officielle de l’Algérie ) par un vote à l’unanimité de l’Assemblée Nationale : ( consensus rare en politique ) le 19 mars n’ a donc rien à voir avec la fin, officielle ou non de cette guerre. ( encore un oubli, ou une erreur de M Dandelot ? ).

Par ailleurs, pourquoi les responsables de l’organisation de M. Dandelot et lui-même revendiquent ils le titre de combattant jusqu’en juillet 1964, si cette guerre d’après eux, était terminée depuis le 19 mars 1962, c’est-à-dire depuis 2 ans et ½ ?.... C’est très long 2 ans ½ .…

De plus, n’oublions pas que le 19 mars est, en Algérie, l’officiel Jour de la Victoire, la date sacrée, historique ( en effet ) du FLN et consort, de ce fait il nous semble inapproprié, c’est un euphémisme, d’honorer nos Camarades Morts pour la France, le jour même ou ceux qui les ont tués, massacrés voire assassinés fêtent leur victoire. Nous avons le droit légitime et compréhensif d’ exprimer ce sentiment.

Depuis 1962 tous les Présidents de la République et tous les chefs de gouvernements de la France, de droite et de gauche, ont toujours refusé d’officialiser le 19 mars 1962 ? Quelle en est la raison ? Parce que c’est
la date d’une victoire ennemie ? la date sacrée du FLN et de ses alliés, renégats, déserteurs, porteurs de valises, traîtres à la France, à l’idéologie fort bien connue mais que M. Dandelot se garde bien d‘évoquer ou bien tout simplement parce que le 19 mars n’est que l’officielle date de la st. Joseph ?

Et puis, n’en déplaise à M. Dandelot, la date d’inauguration d’un monument national, véritable symbole représentatif puisque le seul comportant les noms de tous nos Frères d’Armes Morts pour la France au cours de la guerre d’Algérie, n’est elle pas beaucoup mieux appropriée qu’une date de défaite ( même politique), qu’une date d’un pseudo cessez le feu ou que la date d’une fin de guerre située 4 mois ( ou 2 ans ½ ….. ) après ?

L’ UNC « l’ association vedette  » ( ainsi dénommée insolemment par M. Dandelot ) et la plupart de ses responsables ont très souvent cité les exactions criminelles de responsables de l’OAS, mais en se gardant bien de tout amalgame, contrairement à M. Dandelot, car l’OAS en grande majorité, était composée, non pas que de riches colons, mais de Pieds Noirs ouvriers, employés, commerçants, artisans, fonctionnaires, etc.. lesquels, eux aussi abandonnés par la France, n’avaient pas d’autres solutions que lutter pour espérer continuer à vivre sur la terre ou eux et leurs ascendants étaient nés.

A leur place, quelle aurait été l’attitude de M. Dandelot ? Fuir, choisir entre la valise ou le cercueil ? faire front ?

Même si les actions meurtrières de l’OAS. doivent être et sont condamnées, il faut reconnaître qu’elles étaient très éloignées des excès barbares et sanguinaires du FLN, dont les tortures inimaginables en général précédaient l’égorgement. Mais ces faits avérés, pas ou très rarement évoqués par les partisants du 19 mars, M. Dandelot ( entre autres ) les ignorait, ou les avait oubliés… décidément, que d’oublis !

Pour ce qui est de "la politisation" dont parle M. Dandelot, qui ne craint pas le ridicule, sans lui faire de dessein et sans lui donner de conseil, ce qui serait prétentieux de notre part, qu’il regarde donc dans son organisation avant de juger les autres…..

Ce conflit d’Afrique du Nord a fait près de 30000 victimes chez les militaires, jeunes d’une vingtaine d’années pour la plupart, des centaines de milliers d’autres victimes civiles, une centaine de milliers de Harkis, soldats français de souche nord africaine, dont la plupart ont combattu non seulement en Algérie, mais également en Indochine, en 39/45, et même pour certains en 14/18.

Pour ces fidèles, leur récompense a été d’être trahis et abandonnés honteusement par la France qu’ils considéraient comme leur Patrie et qui, en les désarmant, ne leur a même pas permis de mourir en tant que Combattants.

Mais si cette guerre, désavouée par le peuple français dés son début a duré si longtemps, à qui la faute ?

Pour rappel, le 12 mars 1956, quand le socialiste G. Mollet, chef du gouvernement, a demandé les pouvoirs spéciaux consécutifs au problème algérien, ne les a-t-il pas obtenus grâce à l’apport des voix de gauche, lorsque socialistes et communistes ont joint leurs voix à celles de la droite, dans un vote politique on ne peut plus hétéroclite ? et ce, non pour mettre un terme à cette guerre de trop comme ils en avaient le pouvoir et même le devoir , mais à seule fin de la poursuivre et de l’intensifier, prolongeant d’autant le colonialisme dont la gauche actuelle se prétend être le pourfendeur.

Notons qu’à l’époque, le PCF n’était pas moribond comme actuellement, ( moins de 2 % ) mais le plus important parti politique français avec près de 30 % de suffrages et plus de 150 députés.

Combien de victimes militaires et civiles sont elles dues à ce manque de courage politique et à cette grave faute de la gauche notamment ? Mais ce fait historique, M. Dandelot, qui incrimine allègrement la droite, l’avait certainement ( et encore ) oublié !

L’ANFANOMA, sur laquelle bave également M. Dandelot, est une organisation connue, respectable, comportant très certainement une écrasante majorité de personnes aussi honorables que beaucoup d’autres et dont il faut comprendre certains comportements liés au drame d’avoir dû abandonner tout ce qui les liait à cette terre d’Algérie, et dans quelles conditions, pour ensuite, devoir « émigrer » dans un pays, leur pays, la France, ou longtemps ils ont été considérés comme des étrangers !

Il est naturel que ces personnes aient la nostalgie du berceau de leur jeunesse, de leur vie de « là bas » ; les millions d’exilés de force, pour simples divergences d’opinions, qui croupissaient dans les goulags communistes sibériens, n’avaient ils pas, eux aussi, ce même sentiment de nostalgie ?
Quant au chant des Africains, il est tout à fait adapté à un conflit s’étant déroulé en Afrique, mais peut être que l’Internationale serait mieux appréciée……. par les porteurs de valises du FLN et leurs amis !!
Rien n’oblige ( ? ) mais rien n’empêche une commune d’organiser la cérémonie officielle du 5 Décembre, même si cela semble perturber M. Dandelot !

Contrairement à ce que raconte M. Dandelot, un bon nombre d’historiens collaborent avec l’U.N.C., en général, ceux qui respectent l’Histoire de la guerre d’Algérie, surtout dans sa finalité.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur les élucubrations méprisantes, les commentaires vitriolés, les oublis délibérés de M. Dandelot, mais ne lui accordons pas trop d’attention, .….. pour cette fois !

Bien que nous soyons habitués à de pareils errements épistolaires, les écrits de M. Dandelot, même médiocres, retiendront toujours notre attention, et sans rechercher ou entretenir une polémique peu souvent positive, nous y répondrons lorsque cela s’avérera nécessaire, sans agressivité, du moins excessive, mais également sans aucune complaisance.

Pour information, l’auteur et signataire de ce texte n’est pas un négationniste ou un nostalgique de quoi que ce soit, pas plus que l’inconditionnel d’une droite vilipendée par M. Dandelot, mais simplement un citoyen et un A.C., lassé, écœuré par les slogans mensongers et falsificateurs de responsables d’associations d’Aniens Combattants n’ayant ni respect ni tolérance envers d’autres Aniens Combattants de convictions différentes.

Gilliot Michel, pt. UNC/Broye, adm. UNC/71.

Voir en ligne : http://www.over-blog.com/profil/blo...

Navigation