Grèce : « Nous avons été égoïstes et cupides, et ce comportement nous a conduits à la crise »

, par  no-reply@20minutes.fr , popularité : 64%

INTERVIEW - Costas Bakouris, président de Transparency International Grèce, analyse pour 20Minutes la situation actuelle dans son pays...

Et si la crise grecque était un mal pour un bien ? Rencontré à Athènes par 20Minutes, Costas Bakouris, le président de la section grecque de l’ONG de lutte contre la corruption « Transparency International », estime que la situation actuelle va forcer ses compatriotes à améliorer leur comportement.

Quel est le plan d’action de Transparency International en Grèce ?
L’objectif principal est de convaincre les hommes politiques de renforcer les lois et réduire la corruption aussi bien au sein du pouvoir (92% des Grecs pensent que les partis politiques sont corrompus) que dans le service public. Il faut également mobiliser les citoyens pour qu’ils participent à cette lutte. Il y a eu trop de tolérance dans le passé, les gens savaient mais l’acceptaient au lieu de faire quelque chose.

Votre rapport sur l’année 2010, publié en mars, indique un recul des cas de corruption recensés en Grèce, est-ce une bonne nouvelle ?
Oui, d’autant plus que c’est la première fois que ce chiffre baisse depuis quatre ans. Le pourcentage de personnes signalant un cas de corruption est passé de 13,4% en 2009 à 10,4% en 2010. Il y a plusieurs raisons à cela : la crise économique (moins d’activité donc moins de corruption), la mobilisation du gouvernement qui a essayé d’agir, et la prise de conscience des citoyens qui ont réalisé que c’était risqué. Les Grecs considèrent de plus en plus la corruption comme inacceptable, mais pour le moment, si cette prise de conscience est dans le cerveau, il faut qu’elle atteigne le ventre.

Voir en ligne : http://flux.20minutes.fr/c/32497/f/...

Navigation

Brèves Toutes les brèves

  • Messages en UNE

    Vive la rentrée !!
    Devenez "promoteur" d’une projection de "La Valise ou le cercueil" ! (...)