L’ex-ministre de l’égalité des chances à Sétif

, par  Allezou...bIda , popularité : 90%

Lundi - 26 Djoumada Awal 1431 - 10 mai 2010

Azzouz Begag : "Le film de Bouchareb tombe à point nommé"

Publié le : lundi 10 mai 2010 | Source : Djamel Gherib

__5__

Rencontré hier en marge de la traditionnelle marche qui rappelle les massacres du 08 mai 45 à Sétif, Azzouz Begag dont les parents sont originaires de Sétif, et qui été ex-ministre délégué à la promotion de l’égalité des chances sous le gouvernement français de Dominique Villepin, a aimablement accepté cet entretien du JI.

-Vous venez de participer à la traditionnelle marche de Sétif qui rappelle le souvenir des événements sanglants qui ont marqué la région, il y a de cela 56 ans ?

- Oui, c’est un fait qui a marqué l’histoire des relations entre la France et l’Algérie et qui a marqué aussi le début de la conscientisation de l’auto détermination algérienne. Kateb Yacine qui était au lycée Kerouani (ex Albertini ndlr) disait que pour lui, le 08 mai était le 1er jour de la cimentation de son nationalisme algérien.
Je trouve qu’en 2010, il est temps que la France et l’Algérie prennent conscience de la nécessité de réconcilier leur mémoire. Il faut admettre, comme me le disait mon père, que la France a commis des atrocités et des meurtres par milliers. Il est temps de reconnaître, non pas pour s’excuser, mais au moins pour faire entrer dans les consciences qu’il y a eu des massacres perpétrés par l’armée françaises contres des dizaines de milliers de paysans. Ces derniers qui avaient tout juste le souci de la dignité avaient hissé pour la première fois le drapeau algérien ce jour-là.
Aussi, ce 08 mai 45 qui a célébré la victoire des alliés contre le Nazisme rappelle aussi le retour des tirailleurs Algérien qui venaient de participer à la libération de la France et qui de retour à Sétif, ont appris que l’armée française qu’ils avaient servie sur le front allemand, venait de liquider leurs proches.
Il faut s’entendre sur la vérité historique, car il y a eu en effet des massacres par milliers, si j’en crois l’ambassadeur américain de France qui parlait à cette époque de 17 mille morts. Il y a eu des fours à chaux à Kherrata. Dans la ferme où habitaient mes parents près de Ouricia, ( 11km de Sétif) une trentaine de corps ont été trouvés dans une cave.

Je suis là en tant qu’ancien ministre français pour essayer de faire la jonction entre ces deux mémoires qui ont besoin de retrouver des points communs aujourd’hui. Ce serait cependant un moment opportun de retrouver une histoire commune pour pouvoir bâtir un avenir commun.

-Le long métrage de Rachid Bouchareb, "Hors-la-loi", nous replonge dans ce contexte et semble déclencher la polémique ?

- Oui, ce film s’inscrit dans la suite du film "Indigène" (du même auteur R. Bouchareb, réalisé en 2006 ndlr) qui était pour les millions de Français la découverte que pendant les guerres françaises, 14/18 notamment, les tirailleurs algériens qui ne parlaient pas français et qui étaient là pour servir les valeurs de la République et du drapeau français. Et donc la prochaine étape dans le film de Bouchareb, c’est le 8 mai 45 où ces indigènes, de retour au pays, constatent qu’à Sétif, Kherrata, Guelma… leur propre familles ont été massacrées par les milices et par l’armée française dont ils faisaient partie.

Je me rappelle aussi que ma mère me disait que ceux qui nous ont tués, se sont " les saliguènes". Et comme elle me devait une explication de ces propos sortis de nulle part de la phonétique algérienne qui veut dire tout simplement les Sénégalais engagés dans l’armée française, j’ai appris que ces soldats qui étaient tous noirs, et qui, à l’instar des "tabors" marocains, ont été utilisés pour les basses manœuvres en tuant ces pauvres fellah algériens qui avaient besoin de respirer le bonheur de la liberté et de l’égalité des chances.

Je dois donc dire bravo à Bouchareb dont le film tombe a point nommé dans la continuité de cette reconnaissance de la participation des Algériens dans les guerres de libérations françaises et dans la libération des mémoires.

Et je salue tous ceux qui soutiennent ce combat de la mémoire contre les négationnistes qui continent malheureusement de nier ces massacres dont les milliers d’algériens ont été victimes.

-Vous êtes ici aussi en qualité d’écrivain pour prendre part au salon international du livre, n’est ce pas ?

- Oui. Et c’est important d’être là en tant qu’écrivain. J’estime que l’écrivain est le charpentier de la couture de ces mémoires. Nous avons le rôle poétique, politique et social majeur pour essayer d’éduquer le peuple vers la conscience.

Vous vous souvenez de la phrase de De Gaulle en 1958 quand il disait " je sais ce qui s’est passé ici…je vous ai compris…je sais ce que vous avez fait" et moi j’aimerais bien savoir aussi si tous les jeunes algériens qui sont devant les kiosques et qui vendent les cigarettes au marché noir, savent ce qui s’est passé ici, il y a 65 ans. S’ils ne le savent pas, nous avons donc l’obligation de faire prendre conscience que savoir le passé, c’est un bon argument pour pouvoir construire l’avenir.

Entretien réalisé par Djamel Ghérib

Nous avons trouvé confirmation de cet entretien dans Le Parisien

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/65-ans-apres-l-algerie-commemore-le-bain-de-sang-de-setif-08-05-2010-914650.php

__ornement.png__

Il va sans dire qu’une réconciliation entre la France et l’Algérie est dans le droit fil de l’histoire (dusse-t-elle être falsifiée) et il est fort probable que notre descendance (les enfants des enfants de nos enfants) verra un jour les mains se tendre et se rejoindre par delà les rives de la Méditerranée mais j’espère qu’auparavant la lumière aura été faite sur ces évènement tragiques, que les belligérants, les historiens, les analystes se seront enfin entendus sur le nombre exact de victimes (elle seront toujours trop nombreuses) et que nos arrières- petits-enfants serreront ces mains en toute connaissance de cause.

Voir en ligne : http://www.setif.info/edition_du_jo...

Navigation

Brèves Toutes les brèves

  • Messages en UNE

    Vive la rentrée !!
    Devenez "promoteur" d’une projection de "La Valise ou le cercueil" ! (...)